Communication de nos partenaires

Heaven shall burn – Wanderer

Le 15 septembre 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Marcus Bischoff : Chant
  • Maik Weichert : Guitare
  • Alexander Dietz : Guitare
  • Eric Bischoff : Basse
  • Christian Bass : Batterie

Style:

Melodic Death Metal

Date de sortie:

12 septembre 2016

Label:

Century Media Records

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 9/10

Entre deux parties de Scrabble avec mémé, une de Monopoly avec les gosses et une (surtout plusieurs) de Limite, limite avec les potes, pourquoi ne pas poser une oreille sur Wanderer, le dernier sorti de chez Heaven shall burn ?

Le jeu favori d’Heaven shall burn est assurément celui des Sept familles, tant il pioche un peu partout, mais sa famille favorite, celle sur laquelle il fonde sa stratégie pour plumer tout le monde, c’est la famille MeloDeath. Bon, dans sa main, il y a au moins une carte d’autres familles, comme la famille Dark (la transition « My Heart is my Compass », qui semble reprendre le thème du « Ô Fortuna » des Carmina Burana de Carl Orff), Brutal (« Prey to God »), Black (les harmonies de « The Loss of Fury »), Deathcore (« They shall not pass »), et il joue en paire avec In Flames en approchant sa technique de composition de main (cf. « Passage of the Crane »).

Un son énorme est ce qui caractérise le mieux cet album, il englobe tout… C’est son point fort mais aussi son point faible parce que l’écriture nécessite de prendre ce paramètre en compte et on a des impressions de vide par moments. Idem pour la sècheresse du mix : ça aide à gagner en agressivité mais ça donne une impression d’enchevêtrement de parties sans réelle unité (ce qui est particulièrement notable sur les entrées de doubles harmonies de guitares en arrière plan).

Des allemands qui font du Sweddeath, produit par un danois, c’est bon, ça, non ? Plus fort qu’un programme Erasmus ou une auberge espagnole ! Et ils ne sont pas mauvais joueurs, tant du point de vue technique (ça ne fait pas dans la dentelle, même si ça fait aussi dans la finesse) que des invités des autres familles * attention, spoiler* : si vous avez l’impression d’entendre du Cannibal Corpse sur « Prey to God », c’est normal puisque George « Corpsegrinder » Fisher y pose sa voix – sur un morceau qui m’a même fait douter de ne pas être une reprise – et si vous avez l’impression d’entendre du Sólstafir sur « The Cry of Mankind », c’est pas normal puisque c’est du My dying Bride… mais Aðalbjörn Tryggvason y pose sa voix.

Tant qu’à parler de chanteurs, autant parler de paroles. On le sait, Heaven shall burn est un groupe engagé, que ce soit pour l’écologie (militantisme pro-Sea Shepperd, et Greenpeace autrefois), les œuvres caritatives (album enregistré lors du tsunami de 2004 pour lever des fonds), le veganisme/végétarisme – personne n’est parfait… –, les injustices sociales et le racisme, etc. Si Veto était le plus clairement positionné dans l’engagement politique (le titre est assez éloquent en soi), ce Wanderer n’échappe pas à la règle, son credo étant « Every revolutionary is a wanderer ». Il y a encore beaucoup de choses qui n’ont pas été digérées, et même encore récemment, sans remuer le couteau dans le steak – qui ne sera de toutes façons pas approché par les membres du groupe.

Quitte à rester dans le domaine du repas, s’il vaut mieux aller se baigner deux heures après avoir mangé pour éviter l’hydrocution, les sauveteurs d’Heaven shall burn ne réveillent pas au bouche-à-bouche mais à la tarte-à-5-doigts. Dans toute cette variété et ces petits « défauts » de mix (enfin en tous cas je les ressens comme tels), ça n’empêche pas le groupe de coller des bonnes petites baffes, que ce soit dans la lourdeur ou l’émotionnel – « Downshifter » est magnifique dans son équilibre.


Si vous vous sentez d’humeur à écouter ce très bon Wanderer, 8ème album du groupe, celui-ci torpillera assurément la quiétude de votre camping pendant la pause-déjeuner ou la petite partie de cartes postprandiale…

A écouter durant vos dernières heures de répit avant de reprendre le chemin – ou SUR le chemin, si vous y êtes déjà – du dur labeur. (Hé oui, mémé va pouvoir ranger son Scrabble… jusqu’à Noel !)

Tracklist:
1. The Loss of Fury (2:22)
2. Bring the War Home (4:21)
3. Passage of the Crane (3:57)
4. They shall not pass (5:33)
5. Downshifter (6:00)
6. Prey to God (3:09)
7. My Heart Is My Compass (1:11)
8. Save Me (4:57)
9. Corium (5:28)
10. Extermination Order (3:20)
11. A River of Crimson (4:48)
12. The Cry of Mankind [My dying Bride cover] (7:35)

Facebook: https://www.facebook.com/officialheavenshallburn
Site officiel: http://www.heavenshallburn.com/
Spotify: https://play.spotify.com/artist/4sy5qWfwUwpGYBnCKnwfcW
Youtube: https://www.youtube.com/user/heavenshallburntv

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green