Communication de nos partenaires

H.E.A.T. – Tearing down the walls

Le 13 juin 2014 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Erik Gronwall : Chant / Eric Rivers : Guitares / Jona Tee : Claviers / Jimmy Jay : Basse / Crash : Batterie.

Style:

Hard FM

Date de sortie:

14 avril 2014

Label:

earMUSIC

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10


H.E.A.T., j’en avais dit le plus grand bien lors de leur dernier album « Address the Nation », paru en mars 2012 (chronique ici : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/h-e-a-t-%E2%80%93-address-the-nation ).

Dire que j’ai pris une bonne claque en écoutant leur nouvelle offrande « Tearing down the Walls » n’a rien d’exagéré. Ce quatrième album est purement excellent.
Le raccourci basique consisterait à dire que H.E.A.T. a repris les choses là où ils les avaient laissées avec l’opus précédent mais ce serait les cantonner à ne se contenter que d’une recette qui marche.
Que nenni !
Si effectivement le fil conducteur reste dans les grosses lignes à peu près le même, il faut reconnaître que, relation de cause à effet peut-être, le départ du guitariste et principal compositeur Dave Dalone aurait pu donner un coup d’arrêt à la carrière d’un groupe qui nous donne un excellent album en moyenne tous les deux ans.
Donc là, pour le coup, à la première écoute de cet album, on sent la « patte H.E.A.T. » toujours bien présente, mais propose des morceaux pour la plupart certes cantonnés dans le Hard FM qui a fait leur succès mais avec quelques incursions dans des univers plus différents tout en restant proches du Hard mélodique.

Déjà, la marche « Address the Nation » était très haute… trop haute peut être ! « Tearing down the Walls » n’est pas supérieur au précédent et n’enfonce pas le clou sur un succès mérité. Mais n’allons pas en déduire que ce nouveau jet est mauvais.
Il ne l’est pas, absolument pas, et loin de là !
Mais cet album sera plus long à apprivoiser : l’album démarre de belle façon avec un « Point of no Return », qui marque une continuité entre l’album précédent et le nouvel album. Une intro tranquille avant que ne déboule un titre qui fera mouche en concert : on nage en plein Europe des années 80 et les adorateurs du genre raffoleront de ce morceau tant il est construit de façon à faire mouche. Un titre direct au refrain superbe bien interprété par un Eric Gronwall à la voix toujours aussi chaude.
Plus groovy avec un refrain à tomber par terre, « A Shot of Redemption » est une merveille de morceau à taper du pied et à chanter à tue-tête et se veut être un des points forts de l’album. Gros son et rythmique entraînante, inutile de préciser qu’il mettra tout le monde d’accord en concert et on se surprend à imaginer le public chanter le refrain en chœur.


« Inferno » n’inversera pas la tendance : encore un bon gros Hard Rock (FM) proche de l’album précédent sur une structure on ne peut plus classique mais diablement efficace.
Quand « The Wreckoning » commence, on sent l’intro inquiétante et sombre qui met en place une petite bombe atomique comme a pu le faire en son temps Pretty Maids avec « Future World » et c’est là que le contre-pied fonctionne : cette intro met en place une ballade, superbe, qui nous replonge dans le milieu des années 80 (« Tearing down the Walls »). Belle ballade à faire fondre n’importe quel Hard Rocker…
« Mannequin show », d’approche plus Rock, est pour moi un des deux points faibles de l’album… D’abord parce qu’il ne dépareillerait pas sur Skyrock et le refrain rappelle un rien trop ce qu’on entend par camions entiers sur les radios (qui a dit Britney Spears ?).
Heureusement que la suite revient avec de bien meilleures intentions : « We will never die » nous retransporte dans des domaines certes connus mais toujours efficaces propres à Fair Warning ou Europe, voire Magnum, « Emergency », le très Bon Jovi « Eye for an Eye » et surtout le pêchu « Enemy in me » nous montre une fois de plus un H.E.A.T. en pleine forme. Mais au milieu de tout ça, « All the nights » est limite saoulant car on ne sait trop où il veut arriver malgré une performance vocale au petits oignons.
Pour finir, « Laughing at Tomorrow » mettra tout le monde d’accord avec un refrain absolument imparable et un titre superbement exécuté.

Si « Address the Nation » ne souffrait d’aucune faiblesse, ce petit nouveau nous gratifie de deux titres absolument dispensables qui empêchent d’être satisfait à 100%.

Soyons beaux joueurs, il reste dix titres fabuleux, on ne va pas non plus faire la fine bouche.

 

Tracklist :

01.Point Of No Return
02.A Shot Of Redemtion
03.Inferno
04.The Wreckoning
05.Tearing Down The Walls
06.Mannequin Show
07.We Will Never Die
08.Emergency
09.All The Nights
10.Eye For An Eye
11.Enemy In Me
12.Laughing At Tomorrow

 

Teaser :
Site officiel : http://www.heatsweden.com/
Facebook : https://www.facebook.com/heatsweden
Myspace : https://myspace.com/heatsweden
Twitter : https://twitter.com/heatsweden

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green