Communication de nos partenaires

Granada – PrisionEgo

Le 17 octobre 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


• Guillermo Estévez : Chant, Guitare • Manuel Mauriño : Guitare • Juan Franco Vilche : Basse • Marcos Edwards : Batterie

Style:

Thrash Metal

Date de sortie:

29 Avril 2016

Label:

Tommy Gun Entertainment / Symbol of Domination Productions

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 8.5/10

 

Je sais que vous vous attendez à ce que je fasse les jeux de mots les plus pourris pour parler de PrisionEgo, troisième album (depuis 2010) du groupe Granada, à base de « cet album, c’est trop de la bombe », « c’est la grande éclate » et ce genre de choses… Et bah, que dalle ! Et boum !… Bon, tant pis, allez, on dégoupille le CD du boitier et on fait péter la chronique.

Ce quatuor argentin (Buenos Aires) œuvre moins pour la démocratisation du tango que pour celle du pogo, et si d’habitude l’air y est bon, pour traduire littéralement le nom de la capitale, ici il est davantage pollué par les volutes sonores brutales d’un Thrash mâtiné de Death (on y reconnait le groupe initiateur du genre, Death, dans le pénultième morceau qui clôt la partie studio de l’album, « Impune ») et de Hardcore (bon, là, c’est partout, dans la scansion vocale, mais aussi dans le leitmotiv du groupe « defendiendo al metal de la estupidez humana »), le tout dans la langue nationale, obviamente.

S’ils se définissent comme du « Metal cyclothymique », je suis moyennement d’accord avec ladite définition, tant on ressent surtout de la colère et de la rage énervée que des sentiments opposites bipolaires. Ça tape violemment, avec une volonté d’empressement, le point noir du groupe étant la frénésie des breaks du batteur qui fait davantage penser à un sketch idoine de Pérusse dans Les deux minutes du peuple qu’à la régularité métronomique d’une boite à rythme. Bon, après, on peut se dire que la culture du tango argentin a pu avoir son impact sur sa façon d’interpréter les rubatos, mais j’avoue en douter, vu le manque de sensualité plus inhérent au moshpit qu’au collé-serré.

Est-ce malgré ce détail un bon album ? Oui car si on prend en comparaison des (actuels) grands groupes de Thrash qui n’ont ou n’avaient pas forcément une régularité imparable dans leurs premiers albums, là on se dit que les mecs n’en ont eu cure de savoir ce qu’est un clic lors de l’enregistrement tant ça oscille sur le tempo, même de manière pas forcément dicible. Ce qui aide, c’est la variété des morceaux et des riffs au long de ce court album de 10 titres, augmenté de 4 versions live en bonus de cette édition russe (à la qualité toute relative, mais mettant encore plus en avant les travers du batteur ci-dessus présentés). Des riffs qui d’ailleurs sont bien construits, fournis, s’enchainent avec énergie et fougue et parfois un aspect progressif, pour une construction efficace, voire optimale et prenante. Je pense par exemple aux simples 2’39 de « De-construcción », redoutablement directes.

Si le son fait un peu amateur, avec des tas de petits défauts, l’unité et la cohésion se ressentent malgré tout et se projettent sur l’équilibre de l’ensemble pour en faire une entité sonore cohérente. La conclusion pas navrante à ceci : on ne peut s’empêcher de se laisser entrainer par les morceaux et secouer les cheveux – pour ceux qui ont une crinière ondoyante et soyeuse – ou taper sur le bord de… bah, de tout ce qui est à proximité, le tempo tel l’usuel tic du batteur – et on en revient au sketch de Pérusse, la boucle est bouclée… autant que les cheveux !

Un album qui passe très vite, trop vite tant les morceaux sont courts (3 minutes en moyenne), mais qui tient une recette claire : un truc qui pète directement à la gueule… et ça fonctionne !

A écouter en se sifflant non pas un bon air, mais un jus de grenade – je vous l’ai dit plus haut, la boucle est bouclée, même si j’ai pas pu m’en empêcher !

 

Tracklist:
1. Iman (3:44)
2. PrisionEgo (3:35)
3. Escupiendo al Cielo (3:28)
4. Roto X Dentro (3:39)
5. De-construcción (2:39)
6. Faktor komún (3:44)
7. Consumidor de ideas (3:44)
8. Aparición (3:00)
9. Impune (1:58)
10. La Montaña (2:26)
11. Iman – live (4:08)
12. Roto X Dentro – live (3:54)
13. PrisionEgo – live (3:53)
14. De-construcción – live (2:44)

Facebook: https://www.facebook.com/granada.banda/
Site officiel: http://www.granadametal.com
Spotify: https://play.spotify.com/album/0GErYZ82KXgDplTDuOEcFT
Youtube: https://www.youtube.com/user/GRANADAMETAL

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green