Communication de nos partenaires

Godwatt – Necropolis

Le 20 mars 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Moris Fosco – guitare/chant
  • Mauro Passeri - basse
  • Andrea Vozza - batterie

Style:

Stoner/Doom

Date de sortie:

26 Janvier 2018

Label:

Jolly Roger Records

Note du SoilChroniqueur (Berkaïal) : 6,5/10

La scène stoner doom italienne est bien connue pour être l’une des plus prolifiques d’Europe, avec des labels comme Heavy Psych Sounds Records et des groupes emblématiques comme Black Rainbows, TONS ou My Home on Trees. Sans parler du légendaire Dunajam, micro festival réservé à quelques centaines d’élus qui voit la crème du stoner mondial mettre le feu aux dunes sur une plage méditerranéenne, à l’ancienne, branchés sur des groupes électrogènes, comme à la glorieuse époque des débuts de Kyuss.

C’est donc de cette terre de stoner que débarquent les Godwatt qui, chose rare, chantent dans leur langue maternelle. Soyons honnêtes, ça marche plutôt bien, mais le traitement des voix ne rend pas forcément justice à ce choix, nous y reviendrons.

Au menu, donc, un Stoner Doom qui mêle riffs hypnotiques à la Kyuss (« E’ la tua ora », « Tenebre ») et morceaux plus bluesy, lorgnant du coté de Clutch (« Tra le tue carni »), le tout entrecoupé de pièces originales, voire surprenantes, comme l’instrumental « RIP ».

C’est sans aucun doute dans le premier de ces 3 registres que le trio est le meilleur. On en effet retrouve tous les ingrédients qui font le plaisir du genre, son hyper fuzzy (« E’ la tua ora »), riffs bulldozer (« Siamo noi il male ») répétés jusqu’à l’hypnose… On se laisse emporter, et c’est souvent ce qu’on cherche en écoutant du Stoner. A ce titre, « Tenebre », pour lequel les Italiens ont tourné un clip (vidéo ci-après) est une vraie réussite, sans doute le point culminant de l’album.

Avec de tels morceaux, on ne peut donc que regretter que l’ensemble pèche par trop d’hétérogénéité. Ainsi, on ne peut que s’étonner de la présence d’éléments plus dispensables, comme l’interlude « RIP », déjà évoquée, qui n’apporte pas grand chose à l’album et brise l’élan donné par « Tenebre », alors qu’on se serait attendu à ce que Godwatt enfonce le clou. De même, « Tra le tue carni », qui va chercher du coté du Clutch de « Blast Tyrant », avec son chant écorché et son tempo martelé à la cowbell, est bien moins réussi et tranche avec le coté « rouleau compresseur » de « Morendo », « Siamo noi il male » et surtout « E’ la tua ora », sans doute l’autre grand moment de l’album avec sa fin presque post-rock.

Notons enfin que la production ne sert pas vraiment l’album. D’une manière générale, la guitare et la voix sont très en avant, souvent au détriment de la basse, ce qui ne manquera pas de surprendre dans un style où l’on recherche avant tout un son lourd et un effet « rouleau compresseur », hypnotique. C’est particulièrement patent sur un morceau comme « Siamo noi il male », où le chant un peu trop agressif nuit à la première partie du morceau, après une intro certes un peu téléphonée mais efficace, et où l’excellente 2ème partie de morceau planante pâtit d’une basse trop en retrait par rapport à la guitare.

En somme, on a donc là un album honorable, dont émergent quelques très bons morceaux, mais qui ne réussit pas totalement à nous emporter, à cause d’un ensemble trop hétérogène où les ambiances stoner et hypnotiques parfois esquissées se brisent trop rapidement.

Tracklist :

01. Necropolis
02. Morendo
03. Siamo noi il male
04. E’ la tua ora
05. Tra le tue carni
06. La morte è solo tua
07. Tenebre
08. RIP
09. Necrosadico

Site officiel : https://jolly-roger-records.bandcamp.com/album/godwatt-necropolis
Facebook : https://www.facebook.com/godwatt/
Youtube : https://www.youtube.com/user/godWatt

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green