Communication de nos partenaires

Fuck The Facts – Desire Will Rot

Le 3 juillet 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Topon Das : guitare, basse
  • Mel Mongeon : chant
  • Mathieu Vilandre : guitare, batterie
  • Johnny Ibay : guitare
  • Mar Bourgon : basse, chant, guitare
 

Style:

Grind

Date de sortie:

25/08/2015

Label:

Noise Salvation

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 9/10

La discographie de Fuck The Facts étant ce qu’elle est, c’est-à-dire pléthorique et typique du Grind (accumulation de splits, d’EP, de singles, etc.), le mieux est encore de se concentrer sur leur dernier album en date : « Desire Will Rot ». Ceux qui connaissent les Canadiens savent combien leur approche du Grindcore est originale, à peu près aussi inventive qu’un Cephalic Carnage bien que dans un tout autre registre. Sans compter qu’à toutes les qualités techniques que l’on peut attribuer à la formation, elle a en ses rangs une chanteuse phénoménale : Mel Mongeon. Quant aux prestations scéniques, elles sont dantesques, ce ne sont pas les quelques présents le 31 mars dernier au Gibus qui me contrediront.

Dès qu’on veut causer Grind, ils sont nombreux à sortir les quolibets, les clichés. Évidemment que beaucoup de groupes frôlent l’inaudible et se vautrent dans le mauvais goût, ce n’est pas pour autant que le style ne contient pas des merveilles. C’est comme si j’avais arrêté d’écouter du Heavy sous prétexte que je n’aime pas les coupes mulets ! Bref, Fuck The Facts, c’est la fessée.
Déjà, parce que les riffs sont dantesques, boostés par une batterie frôlant le phénomène de foire dans son aisance à enchaîner les plans. Ensuite, parce que le quintette est intelligent : l’extrémisme n’est qu’une base sur laquelle il compose des titres n’hésitant pas à lorgner sur le Punk Hardcore, l’expérimental, le Métal traditionnel avec ses solos et encore des tonnes d’influences dont le mixage est idéalement dosé. Et en dernière instance, il y a Mel. La furie. Au milieu de toutes les petites princesses prétentieuses du Métal, elle est une reine parmi les insectes. Putain, quelle voix ! Et à 2 minutes 30 sur « Solitude » oh la rouste ! Le riff venu d’ailleurs ! L’hystérie vocale ! Le truc bandant par excellence.
Bien sûr, vous pouvez continuer à exister sans avoir écouté « Desire Will Rot ». La vie aura juste moins de saveur.

Tracklist :
01 : Everywhere Yet Nowhere
02 : Shadows Collide
03 : The Path Of Most Resistance
04 : La Mort I
05 : La Mort II
06 : Prey
07 : Storm of Silence
08 : Solitude
09 : False Hope
10 : Circle
11 : Nothing Changes

 

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green