Communication de nos partenaires

Eversin – Trinity : The annihilation

Le 2 novembre 2015 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Ignazio Nicastro - Basse / Giangabriele Lo Pilato - Guitares / Angelo Ferrante - Chant / Danilo Ficicchia - Batterie.

Style:

Thrash / Power metal progressif

Date de sortie:

18 mai 2015

Label:

My Kingdom Music

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7/10

C’est écrit sur leur Facebook : quand ils se décrivent brièvement, ils disent être le son de la guerre.
Quand ils se décrivent plus longuement, ils nous disent de prendre du Megadeth, de l’Annihilator, du Metallica, un peu de Slayer et de Testament et de les passer dans un blender, et on obtiendra Eversin.

Il faut être beau joueur et le reconnaître, ils ne sont pas loin de ne pas avoir tout à fait tort, toutes proportions gardées malgré tout.
Quelque part, ça déboîte quand même pas mal et c’est bien foutu.
Perso, j’y rajouterais un bon côté ‘bordélique’ à la Artillery époque « Terror squad » et ça donne une vraie idée de ce que nous propose ce quatuor Sicilien.

Déjà, pour donner une idée de la crédibilité du groupe, James Rivera (Helstar, Malice, Distant Thunder, Killing Machine, ex-Destiny’s End, ex-Seven Witches, ex-Vicious Rumors…) vient pousser une gueulante sur « Fire walk with me » et le guitariste Glen Alvelais (LD/50, Hate FX, Bizarro, ex-Forbidden, ex-Tenet, ex-Testament…) apparaît sur « We will prevail ».
Mixé par Stu Marshall également guitariste chez Deaf Dealer, Empire of Eden, ex-Dungeon entre autres et qui s’est également occupé du son pour Vänlade, Dragonsclaw ou Ronny Munroe, « Trinity : The annihilation » a le mérite de présenter huit titres pour quarante minutes de musique avec un son digne de ce nom, mention spéciale sur une basse tantôt vrombissante, tantôt claquante, et aux guitares aux riffs aussi précis que démoniaques, sur des tempi bien souvent rapide.

La musique d’Eversin est en effet un power thrash, moderne, très puissant, avec un chant furieux proche de celui du regretté Gus Chambers (Grip Inc, Squealer), agrémenté parfois par quelques growls bien profond du plus bel effet, donnant un relief conséquent à des morceaux déjà riches en couleur.
Les titres sont assez difficiles d’accès : les breaks sont nombreux, complexes (écoutez le break de « Flagellum Dei » et son côté proche de Meshuggah) et les titres à tiroir foisonnent, mais le talent de composition du groupe est suffisamment bien foutu pour qu’on retombe assez vite sur nos pattes.
Bien sûr, on pourra reprocher à l’ensemble un certain manque de feeling, le tout semblant se figer dans la même approche d’un titre à l’autre pour un rendu au final relativement monocorde, uniquement rompu par quelques soli bien sentis.
Mais les accélérations, parfois à nous coller au siège, sont légion et nous mettent de bien grosses claques bien fortes, on pense notamment au final de « Trinity ».

Non, Eversin ne s’embarrasse pas de fioritures : le tout est direct, in your face, et d’une puissance de tous les instants.
On ne criera pas au génie, « Trinity : The annihilation » n’est surement pas l’album de l’année, mais décrassera bien toutes les oreilles qui tenteront l’écoute.
Et finalement, c’est bien là l’essentiel !

Tracklist :

1. Flagellum Dei (3:25)
2. Fire Walk with Me (5:11)
3. Chaosborn (5:26)
4. We Will Prevail (4:02)
5. Crown of Nails (5:47)
6. Beneath an Atomic Sun (4:24)
7. Litanies of War (4:16)
8. Trinity (6:40)

Myspace : http://myspace.com/eversinmetal
Facebook : http://www.facebook.com/EVERSINMETAL
Youtube : http://www.youtube.com/user/EversinMetal

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green