Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Chrigel Glanzmann - chant, guitare
Ivo Henzi - guitare
Simeon Koch - chant, guitare
Kay Brem - basse
Merlin Sutter - batterie
Meri Tadic - chant, violon
Päde Kistler - cornemuse, flute
Anna Murphy - Vielle à roue

Style:

Metal folk

Date de sortie:

Avril 2009

Label:

Nuclear Blast

En 2006 sortait « Spirit », premier LP d’ Eluveitie . Dire que cet album et ce groupe, sortis de nulle part, ont marqué la petite communauté metal n’est qu’une juste constatation. Ce mélange de sonorités folkloriques gauloises et d’une musique en droite provenance de Göteborg , avait d’ailleurs valu au groupe ce doux sobriquet, peut-être réducteur mais ô combien évocateur, de «  Dark Tranquillity sauce folk « . Un album détonant et convainquant qui n’empêchera tout de même pas l’octet helvète de tomber dans les affres du second album. Pas que « Slania » (2008) soit mauvais, bien au contraire, mais la formation n’a su éviter la redite, rendant une copie par trop conforme à l’originale et perdant au passage le charme et la spontanéité propres à son prédécesseur. Ce troisième album sera donc crucial pour l’avenir du groupe, et se devra de surprendre à nouveau afin de ne pas retomber dans le marasme grouillant et souvent fatal des ex-futures-formations-prometteuses.

Pari réussi ? je ne pourrai me permettre de juger à votre place.

Néanmoins, le groupe surprend d’emblée avec ce premier volet d’un concept qui en comptera deux. ‘ Acoustique ‘ est indubitablement le principal mot d’ordre de cette nouvelle offrande aux dieux païens. Débranchées, les guitares saturées; c’est un véritable retour aux valeurs folkloriques que nous concocte ici l’orchestre suisse et, à souligner, sans perdre sa propre identité, je vous l’assure. Même épuré de ses éléments ‘metal’ et malgré le départ des frères Kirder (chant, basse et flûte), le son d’ Eluveitie garde toute sa superbe, conservant sa si caractéristique griffe. La part belle est toujours faite aux instruments moins conventionnels (flûte, violon, vielle à roue) mais leur mise à contribution, en ce sombre et sobre contexte, change radicalement, ceux-ci jouant dorénavant à parts égales avec les guitares (si ce n’est plus) en termes de présence. D’une manière générale, nos bardes ont privilégié les ambiances, mais il n’est pas rare de voir tout ce petit monde s’emballer (notamment la partie basse/batterie) sur certains tempos plus rapides (‘ The cauldron of renascence ‘) ou plus ‘rock’ (‘ Omnos ‘, ‘ Memento ‘), mais tout en conservant une certaine retenue propre à l’œuvre, à ses atmosphères. Ainsi se dessinent très nettement deux types de compositions, entre toiles folks conventionnelles et esquisses atmosphériques déjà moins enjouées, dépeignant les froides et brumeuses altitudes helvètes.

Concernant les vocalises, les habitudes du combo ont elles aussi évoluées, une part très importante étant dorénavant allouée au chant féminin (non lyrique, rassurons-nous) qui, soutenu de grunts et d’autres parties masculines plus ‘ambiantes’, balaye le disque d’une brise fraiche et inattendue. Cette dualité, renforcée par des textes en vieux gaulois, ne fait d’ailleurs qu’en accentuer l’aspect séculaire. Mais un bon album de folk ne serait pas ce qu’il est sans sa pléiade d’invités et d’instruments en tout genre. Nos petits suisses s’offrent ainsi le luxe d’ajouter quelques mélodies de luth, d’alto et même de cymbalum judicieusement répartis ça et là. Notons enfin la participation de A.A. Nemtheanga , chanteur de Primordial , sur un couple de morceaux, et nous bouclerons ainsi la description de cet  » Evocation I « .

Alors, qu’en retenir au final ? Surement la qualité d’un groupe intègre et honnête désireux de faire table rase du passé le temps d’une escapade acoustique, tout en gardant ce talent propre à nous emmener sur les traces de nos celtiques ancêtres, par une musique demeurant aisément identifiable. Cette parenthèse musicale fermée, reste à savoir ce que nous réservera le groupe à l’avenir, mais gageons qu’il n’a pas fini de nous surprendre.

Bodom.

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Eluveitie – Evocation I – The Arcane Dominion”

  1. 1

    Terrible, tout spécialement Dessumiis Luge, perso me fait un peux penser à Faith and the Muse par moment, mais trempé dans de l’hormone de breton.

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green