Communication de nos partenaires

Dublin Death Patrol – Death sentence

Le 8 août 2012 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


  • Willy Lange - Basse
  • Danny Cunningham - Batterie
  • Steve 'Steevo' Robello - Guitares
  • Andy 'KK' Billy - Guitares
  • Greg Bustamante - Guitares
  • Chuck Billy - Chant
  • Steve 'Zetro' Souza – Chant
 

Style:

Thrash metal (surtout !) mâtinée de death (un peu !)

Date de sortie:

14 août 2012

Label:

Mascot Records

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8/10

 

Dublin Death Patrol, alias DDP – qu’on évitera de confondre avec l’autre politicard de Demonic Devil Pain – est à proprement parler ce qu’on peut un star band du thrash. Voyez plutôt le line up : Chuck Billy (Testament) et Steve « Zetro » Souza (ex-Exodus, ex-Testament, Hatriot…) au chant ; Willy Lange (Lääz Rockit) à la basse ; Steve « Steevo » Robello (Out Of Control), Andy « KK » Billy (ex-Guilt, ex-Rampage, ex-Sacred Dog, et frangin de Chuck) et Greg « G Money » Bustamante (ex-Rampage) aux guitares ; auquel vient s’ajouter le batteur Danny Cunningham. Fondé en 2006, tout ce petit paquet de gaillards, avec en plus John Hartsinck aux guitares, Troy Luccketta à la batterie, Eddie Billy et John Souza à la basse nous sortent un « DDP 4 life » en 2007 avec son lot de titres thrash efficaces et ses quelques reprises bien senties comme « Iron fist » de Motörhead, « Cold sweat » de Thin Lizzy » et « Lights out » de U.F.O.

Pour cette nouvelle sortie plus de cinq ans après, autant le dire franchement, si Testament n’avait pas eu la bonne idée de sortir son « Dark roots of Earth » le 30 juillet dernier, ce « Death sentence » avec son pochette réalisée par Eliran Kantor (Testament, Atheist, Sodom ou Gwar)aurait été mon album thrash de l’été.

Si la sentence de mort à été prononcée, c’est à grands coups de bombes puissantes qu’elle est exécutée… Le duo de vocalistes aussi différents formé par Zetro et par Chuck Billy se complète à merveille et certains refrains sont d’une beauté absolue (« Blood sirens » en tête) et les duels de guitares, très teintées eighties, rappellent d’excellents souvenirs tout au long de l’album. Inutile de dire que DDP évolue dans une sphère musicale entre Exodus de l’époque « Pleasures of the flesh » ou « Fabulous disaster » et le Testament de la première période de « The legacy » à « Practice what you preach » sur le plan des riffs et des compositions, malgré un Chuck Billy growlant plus souvent que dans son groupe.

L’alternance des vocaux de canards de Souza et des graves de Billy ne fait d’ailleurs que renforcer un sentiment de puissance et d’oppression omniprésent tout au long de la galette. Ainsi, après une minute d’intro mélodique tout en agressivité contenue (si si ! on sent que ça va monter d’un instant à l’autre), les riffs assassins entrent en jeu, puis vient l’alternance des vocaux précités ! Refrains efficaces, riffs tranchants, soli impressionnants : cette recette efficace tout au long des quarante minutes d’un album qui ne se doit pas de rester dans l’anonymat. Les morceaux de bravoure pullulent et il est difficile de trouver un temps faible lors des dix morceaux. Citons l’efficace « Mind sewn shut », l’explosif « Dehumanize », Blood sirens » commençant sur un riff très lourd avant de revenir à un thrash certes basique mais au refrain diablement entraînant, « Broken » plus mid tempo mais qui n’oublie pas de rester tout en puissance, le vicieux « Welcome to Hell » et ses riffs emprunts d’un côté plus mystique, le très thrash « Conquer and divide » proche d’un Overkill en pleine bourre, le plus classique « Death toll rising », le plus heavy et sans doute le morceau le plus accompli de l’album « My riot », le plus « Testamentien » « Macabre candor » avec une fois de plus son refrain à rechanter après une seule écoute, et la reprise finale des Plasmatics « Butcher Baby » pour parachever la grande impression d’originalité proposée par le groupe de par son alternance de deux voix complémentaire, de la capacité des guitaristes à proposer des soli très mélodique sur des titres à l’agressivité affirmée, et de la variété proposée tout au long d’un album au pourtant prédominant thrash on ne peut plus classique.

Franchement, un album à côté duquel il serait ridicule de passer.
Laissez vous tenter.

Tracklist :

01 Mind sewn shut
02 Dehumanize
03 Blood sirens
04 Broken
05 Welcome to Hell
06 Conquer and divide
07 Death toll rising
08 My riot
09 Macabre candor
10 Butcher Baby (cover Plasmatics)

 

Site officiel : http://www.dublindeathpatrol.com/
Myspace : http://www.myspace.com/dublindeathpatrol
Facebook : http://www.facebook.com/dublindeathpatrol

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green