Communication de nos partenaires

Dexter Ward – Rendezvous with destiny

Le 13 juin 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Akis Pastras - Guitares / Stelios Darakis - Batterie / Manolis Karazeris - Guitares / Mark J. Dexter - Chant / John Luna Tsimas - Basse Guest : Randy "Thrasher" Foxe - Batterie, Claviers sur 9.

Style:

Heavy metal

Date de sortie:

29 avril 2016

Label:

No Remorse Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Pour les fans de littérature auxquels le nom de Dexter Ward parle un tantinet, il s’agit d’un personnage de la nouvelle fantastique « L’Affaire Charles Dexter Ward » d’Howard Phillips Lovecraft, s’inscrivant dans l’univers du mythe de Cthulhu et publiée en décembre 1941 dans « Weird Tales ».
Pour les fans de musique uniquement, ça sera le nom de ce groupe italo-grec formé en 2009 qui aura compté dans ses rangs le batteur Angelos Tsoukalas (Angelo Perlepes’ Mystery, ex-Kerno, ex-Bloodstained, ex-Blood Covered, ex-Flames, ex-Kinetic, ex-Obduktion, ex-Obsecration, ex-Power Crue, ex-Phantom Lord, ex-Vice Human) jusqu’en 2010.
Articulé autour de John Luna Tsimas (Endomain, ex-Airged L’amh, ex-Black Sun) à la basse, Manolis « Barraza » Karazeris (Finger Of Scorn, Heathens from the North, ex-Battleroar) et Akis Pastras aux guitares, de Marco ‘Mark Dexter’ Concoreggi (Lost Lullaby, Tilarids, ex-Battleroar) et du dernier venu Stelios Darakis (The Eternal Suffering, ex-Casus Belli, ex-Lloth, ex-Mortal Torment, ex-Sacred Outcry) à la batterie, Dexter Ward nous sort son deuxième album full length après l’excellent « Neon Nights » (2011).
Forts également d’une démo en 2010, un EP « Antarctic Dream » la même année comprenant une reprise de Cirith Ungol Go it alone »), d’un single « Stars and Stripes » en 2013 et d’un split avec Black Soul Horde et d’une reprise du morceau « Running from the Law » pour un tribute à Riot Thunder and Steel down under – Tribute to Riot ») en 2015, les cinq metalleux continuent leur bonhomme de chemin en nous distillant un heavy metal épique bien teinté US à la limite du power metal.
Au fil du temps, ils ont pu jouer avec des groupes confirmés comme Crimson Glory, Manilla Road ou Warlord et réussissent à nous mâtiner un album « Rendezvous with Destiny » qui ravira les fans d’Iron Maiden et de toute cette vague NWOBHM.

Clairement, on nage dans les eaux des premiers Savatage, Manowar, Omen, Warlord, Saxon, Judas Priest ou autre Jaguar avec un chant aigu rappelant parfois Midnight (Crimson Glory), les montées dans les aigus en moins.
L’album est principalement axé sur des mid tempos bien sentis, qui fleurent bon le heavy metal des années 80 : bon nombre de riffs rappelleront Crimson Glory un peu partout dans l’album.
« Rendezvous with Destiny » débute par un titre éponyme, nerveux sans être speed, au refrain entraînant, aux soli bien sentis et au break efficace.
Avec « Stone Age Warrior », on est dans un registre plus lent : sans être doom, le titre s’étire sur plus de six minutes d’un heavy metal pachydermique tout en puissance avec un taux élevé de mélodies accrocheuses. Un titre qui pourrait bien être un hymne du groupe de par son côté épique et viril à la Manowar.
« These metal Wings » se veut beaucoup plus proche d’Iron Maiden avec un riff principal proche de « Wasted Years » qui aurait copulé avec Hammerfall. A nouveau, ça joue nerveusement et on sent que la section rythmique a envie de jouer les accélérateurs à tout moment. Le refrain est purement magnifique.

Dexter Ward joue la carte de la variété : ainsi on se retrouve avec une power ballade bien sympathique qui se transforme en quasi hymne heavy dans sa deuxième moitié (« Metal for the Light ») pour un grand moment de l’album, des morceaux mid tempo suffisamment plombés pour garder intacte l’attention de l’auditeur (« Rendezvous with Destiny », l’excellent « Fighting for the Cross », « We are Dexter Ward »), d’autres jouant sur une lenteur vicieuse (« Stone Age Warrior », « Knights of Jerusalem », « Ballad of Green Berets ») ou verse carrément dans le speed metal avec un « Robocop » bien furieux sur lequel on retrouve Randy « Thrasher » Foxe (Hellwell, ex-Manilla Road) à la batterie et aux claviers.

Dexter Ward se permet même de nous offrir une curiosité avec le titre « Ballad of the Green Berets » composé en 1965 par le Sergent Barry Sadler à son retour du Vietnam.

Très belle surprise que ce deuxième album de Dexter Ward, hautement recommandé !

Tracklist :

1. Rendezvous with Destiny (4:41)
2. Stone Age Warrior (6:38)
3. These Metal Wings (4:43)
4. Metal for the Light (6:44)
5. Fighting for the Cross (6:44)
6. Knights of Jerusalem (5:04)
7. We Are Dexter Ward (4:28)
8. Ballad of the Green Berets (5:02)
9. Robocop (3:37)

Myspace : http://myspace.com/dexterwardband
Facebook : https://www.facebook.com/pages/Dexter-Ward/112208518802441
BandCamp : https://dexterward.bandcamp.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green