Communication de nos partenaires

Destruction – Day of Reckoning

Le 15 février 2011 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Marcel "Schmier" Schirmer : Chant, Basse
  • Mike Sifringer : Guitare
  • Wawrzyniec Dramowicz ("Vaaver") : Batterie

Style:

Thrash metal

Date de sortie:

Février 2011

Label:

Nuclear Blast

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 8,5/10

Dans certains pays le thrash metal est considéré comme le noble art, devenu au film du temps le style de musique par excellence. Vu aurez vite compris, de quel pays on veut parler… L’Allemagne avec des groupes souhaitant jouer plus fort et plus vite leur heavy metal, mais de façon bien plus martiale au passage. On retrouve parmi ces derniers la formation pionnière Kreator avec comme second couteau Sodom ( son album Agent Orange est toujours considéré comme l’un des meilleurs du genre), Destruction rejoint au troisième rangs les alcooliques de Tankard et Holy Moses. Autant dire qu’avec du si beau monde dans ses rangs l’Allemagne ne peut être que le quartier général du thrash metal, ce depuis une trentaine d’années, et ça ne changera de sitôt.

Trio de musiciens, démarrant leur activité en 1983 et n’ayant jamais arrêté de nous faire headbanguer, Destruction a pourtant connu des hauts et des bas. Il est d’ailleurs possible de diviser sa carrière en trois parties comme pour Judas Priest, la première avec les débuts du groupe, ensuite le remplacement du chanteur, puis le retour en force du chanteur originel. Entre 1983 et 1989 « Schmier » s’occupe du chant sur les quatre premiers albums du groupe, Thomas Rosenmerkel le remplacera ensuite, Destruction enregistra durant cette période le très mitigé « The Least Successful Human Cannonball », c’est alors que « Schmier  » fait en 2000 son grand retour pour l’album « All Hell Breaks Loose », et depuis reste fidèle au poste permettant ainsi au groupe de publier un album tous les deux ans en moyenne. Il ne reste de la formation originelle que le duo guitariste Mike Sifringer et chanteur/bassiste Marcel « Schmier » Schirmer, le poste de batteur étant toujours en mouvement.

Day of Reckoning est le onzième album du groupe, que nous réserve t’il? Toujours la même chose, la recette n’a pas changé depuis le retour de « Schmier », Destruction nous offre le même type de thrash metal, direct efficace et ne cherchant pas à faire dans la fioriture. Le changement notable depuis 2000 est la production, le son est plus puissant, mais n’altère en rien la qualité des riffs ainsi que le côté incisif de Destruction. Les onze titres proposés certes ne sont pas des tubes et ne décrocheront pas une place dans le hit-parade, comme tous les précédents morceaux du combo. Une courte introduction comme un compte à rebours et c’est « The Price » qui annonce la couleur par son déluge de riffs, sa puissance et sa vitesse, la voix n’a pas changé d’un poil, le chanteur n’a pas vieilli depuis « D.E.V.O.L.U.T.I.O.N. ». Rentre-dedans et dévastatrice, elle colle parfaitement avec la musique.

« Hate Is My Fuel » est quand à lui ralenti mais taillé pour la scène avec un refrain que chacun peut hurler à pleins poumons, sur « Armageddonizer  » Destruction s’essaye même aux choeurs clairs presque heavy par moment, de plus sur ce titre la voix est plus mise en avant, plus énergique et martiale, on a l’impression d’entendre un Général s’adresser à ses troupes. Le titre éponyme est bourré de petits soli de guitares tous capables de faire hurler de bonheur tous les fans de thrash metal des années 80. La deuxième partie de l’album reste plus homogène, se qui n’est pas signe d’une moins bonne qualité, mais la musique est moins variée, déjà qu’elle ne l’était pas beaucoup, mais des titres comme « Sorcerer of Black Magic « , « The Demon is God « et « Church of Disgust » (hormis sa courte introduction) restent dans la même veine que les précédents.

Vous l’aurez compris, aucune variation en ligne de mire, vous aimiez Destruction, vous aimerez Day of Reckoning, vous n’aimiez pas Destruction, alors tant pis pour vous car cet album n’est toujours pas pour vous. Destruction nous joue du Destruction. Du thrash metal depuis presque trente ans, et c’est maintenant qu’il devrait changer? Soyons sérieux quand même. Le groupe à presque inventé le style, il l’a fait vivre et sans lui le thrash allemand ne serait pas ce qu’il est. Alors j’espère bien que Destruction reste fidèle à lui même et jouera toujours un thrash metal simple direct, incisif et ravageur.

On ne reproche pas à Monet de ne pas avoir changé de style, ni à Mozart d’avoir composé des œuvres dans la même veine. Pourquoi en serait-il autrement avec Destruction? Ce n’est pas à lui de varier, mais au jeunes loups de jouer d’une autre façon et de ne pas le plagier. Faudrait voir à rester logique et clair dans le raisonnement.

Site:http://www.destruction.de/

Myspace:http://www.myspace.com/xtotalxdesasterx

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green