Communication de nos partenaires

Decayor – Reccuring Times of Grief

Le 9 mars 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Kevin Mc Closkey : Basse Pauric Gallagher : Chant, Guitare Gary Byrne : Batterie

Style:

Death/Doom

Date de sortie:

25 septembre 2009

Label:

Lugga Music

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller):
8 / 10

Decayor est un trident irlandais nous venant de Donegal, formé en 2005, et ayant pondu une démo cinq titres en 2008, « Welcome The Stench Of Betrayal« . Rien de viscéralement transcendant dans ce premier essai, si ce n’est un « Silent Hill » du feu de dieu et particulièrement réussi, laissant entrevoir un potentiel plus que prometteur. Restait cependant à fourbir ses armes et prendre de la maturité, ce que le trio fera dans son île du « Figthing Spirit » aux cotés des Abaddon Incarnate, Overoth, Scald, Ground of Ruin ou autres Mass Extinction. Et en se confrontant avec des pointures ayant pour noms Paradise Lost, Rotting Christ, Desaster, Thurisaz, voir même les roumains de Negura Bunget.

C’est en forgeant que l’on devient forgeron, parait-il ; et les trois Irish l’ont bien assimilé et nous reviennent donc avec une seconde démo « Recurring Times Of Grief », profitant du coup de pouce de l’excellente société de promotion espagnole spécialisée pour dénicher les nouveaux talents : Lugga Music. Ce petit coup de pub pour la team d’Adrian De Buitlear sera d’ailleurs un réel plaisir perso, tant leurs dernières releases, telles les On Evil Days de « Liquid Graveyard » et autres Imago de « Nova Orbis » valent le détour.

Revenons-en donc à nos moutons, qui tiennent plus des loups cependant que des fournisseurs grégaires de laines, ne serait-ce déjà que par la ressemblance entre le guitariste chanteur Paulic Gallagher et le frontman d’Amon Amarth, Johan Hegg.

Les trois compères proposent donc trente-deux minutes d’un Doom/Death, sommes toutes foncièrement conventionnel, et introduit par une mise en place ambiante ou le son de l’orage se duplique avec un piano évanescent « Stir Of Echoes ». Une intro assez Pagan comme mise en bouche, digne d’un Winter des teutons d’ « Helfahrt », avant d’entrer directement dans le bois dur et lourd d’un « Veil Of Despair » énorme. Mélodie sombre et froide, emphase magistrale et majestueuse, nappage de prog et sonorités diversifiées où l’amidonné syncopé de la rythmique alterne avec la clarté cristalline des lignes de guitares, Chant Death jouissif virant au Black criard au fur et à mesure que montera l’adrénaline, break titanesque… De l’excellence tout simplement, la preuve en étant que les douze minutes de la plage vous sembleront bien courtes…

Car à l’image par exemple des saoudiens de « Grieving Age », Decayor affiche une facilité déconcertante à générer des titres développés de plus de dix minutes. Là ou un « Syrach » se fendra péniblement et exceptionnellement d’un « A Mourner’s Kiss » de plus de onze minutes ; nos irlandais emplis par la fougue de la jeunesse et foisonnants de riffs parfois Thrashy vous subjuguent en plus d’une demie-heure en trois titres seulement. Ainsi, « The Sacred Heart Is Bleeding », véritable satellite de la plage précédente et profitant de la même alchimie, passera avec un agrément presque semblable dans vos cages à miel. Le pont avant le retour au thème vaudra tout particulièrement le détour, tant ses tintements épileptiques et entêtants avant une arrivée de vocalises « claires » seront ciselés et marquants.

Le « Weeping Willows » de clôture se démarquera subtilement par son intro de lead guitare épique et lancinante alternant avec la grandiloquence des percussions mises en avant. Tout cela précèdera un alternatif progueux aux consonances à la Pink Floyd –remises au goût du jour néanmoins- avant un final en forme de déluge apocalyptique ou grawls et soli de grattes se répondront sur un martèlement infernal du bucheron derrière les fûts.

Vous l’avez bien saisi, cette démo possède de sacrées qualités intrinsèques et annonce des lendemains prometteurs pour le trident irlandais. Reste à savoir si, sur la longueur d’un opus, le combo assurera avec la même aisance et une réussite semblable ; le risque étant de tomber dans la linéarité où la réitération. Pour ma part, et quoiqu’un chroniqueur ne doit pas en théorie s’engager, je suis prêt à prendre les paris sur le la prochaine offrande délivrée. Ce sera une tuerie !!!

Site Internet : www.bebo.com/decayor
MySpace : www.myspace.com/decayordie

MetalPsychoKiller

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green