Communication de nos partenaires

Dead Heroes Club – A Time Of Shadow

Le 9 mars 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Liam Campbell - Vocals, Acoustic Mickey Gallagher - Drums, Percussion Wilson Graham - Bass Guitar, Vocals Gerry Mc Gerigal - Electric & Acoustic Guitars, Vocals Chris Norby - Keyboards, Piano

Style:

Néo Prog

Date de sortie:

17 Novembre 2009

Label:

ProgRock Records

Note du Soilchroniqueur (METALPSYCHOKILLER):
9 / 10

Forcément, un artwork cover aussi réussi ne peut qu’attiser votre curiosité et votre envie de savoir quelle est donc cette nouvelle sortie dont le nom du groupe, quoiqu’accrocheur, vous est certainement peu familier, voir inconnu. Commençons donc par le visuel vous ayant interpellé à juste titre en vous donnant immédiatement le nom de son créateur canadien : Ted Nasmith. Une des sommités les plus marquantes –et officielle- à illustrer l’univers mystique et unique de Tolkien, l’auteur divin d’une trilogie ayant marqué aux fers rouges tant de générations. Et dont l’accointance avec la planète Metal ne peut être contestée tant ce « Lord of the rings » a été source d’inspiration pour celle-ci. Ne serait ce qu’aux niveaux des noms dont des myriades de groupes se sont affublés tels, Bal Sagoth, Balrog, Blind Guardian, Wurthering Heights (ex Minas Tirith), Burzum, Cirith Ungol, ou le volcan du Mordor Amon Amarth ; et même nos petits frenchies de Silmarils… Nous nous étendons, alors concluons juste en conseillant à tous ceux ayant apprécié la trilogie, de taper sur leur moteur de recherche, Ted Nasmith. Un pur régal dont on ne se lasse pas !!!

Bien sur le contenant est un plus, mais encore faut-il que le contenu soit du même acabit et en parfaite équation avec l’attrait initial. Et là sincèrement, si comme moi vous ne connaissiez pas « Dead Heroes Club », ce sera la surprise. De prime abord, vous pourrez penser qu’il s’agit du chainon manquant entre l’album concept de Genesis, « The Lamb Lies Down », et les opus ayant succédés au départ de Peter Gabriel « Winds And Wurthering » puis de Steve Hackett « And Then They Were Three »… Parallèlement, certains d’entre vous selon leur culture musicale, croiront y déceler du Pink Floyd, du King Crimson, ou du Anderson : Ian de
Jethro Tull, et Jon du YES de Rick Wakeman. La liste n’est pas exhaustive, mais devant juste par comparaisons, servir de cadrage pour vous permettre de cerner un tant soi peu l’univers musical de cet « A Time Of Shadow », petite pépite héritage du Prog/rock des fins seventies et des eighties.

Mais attention, si les racines sont multiples, fertiles et profondément ancrées… Le tronc de l’arbre est unique, énorme, majestueux, et pourvu d’un feuillage verdoyant resplendissant et en fleurs. Cette métaphore ne vous paraitra d’ailleurs pas si osée que cela quand vous aurez appris d’une part que DHC nous vient de la verte « Ireland », de l’ile des Shamrocks, des moutons laineux, et du RIP tant regreté de Thin Lizzy, -plutôt que du U2 de Bono-, Phil Lynnott. Et de l’autre que le combo est un quintet pur souche : Gallagher, Graham, Mac Gerigal, Norby et son exceptionnel frontman Liam Campbell. Un vrai « Irish » remake de Highlander, et dont la musicalité sera d’ailleurs marquée des sceaux du terroir et de nuances folk indéniables. Comme en atteste le seul opus délivré en 2004, auto produit et éponyme au combo, et se présentant sous un cover noir et blanc orné de héros disparus tels Stan Laurel et Oliver Hardy. Passé totalement inaperçu, ce premier jet de neuf titres et de près d’une heure n’en recèle pas moins en son sein un sublime « A Day in the Life of the World » où émerge tout un potentiel qualificatif énorme.

Et cette seconde offrande sera tout simplement l’aboutissement à ces prémisses sous jacentes. En six titres, DHC nous en met plein les conduits auditifs et nous subjugue tout simplement par son aisance et sa maturité à nous séduire. Sur des compositions très développées où les alternances des thèmes ne trouvent leurs réparties que dans celles des tempos, la prestation vocale du Sieur Campbell flirte avec l’excellence. Oscillant dans le registre de Peter Gabriel, son timbre chaud et clair donne une dimension supplémentaire à des mélodies accrocheuses, ciselées, toutes en finesse et subtilités. Véritable liant de la tracklist délivrée, la performance du frontman ne sera pas en outre le seul effet moteur du combo qui profite de jeux de guitares sur mesures, et de surcroit d’un claviste « Taille Patron ». Chris Norby en effet, par ses lignes organiques d’exception –et sonnant parfois résolument Hammond d’antan – rehaussera encore les mélodies assénées. Par des nappages et volutes de hautes tenues enrobant l’assise structurelle déjà conquérante, un vernis atmosphérique et mystérieux générera un univers unique comme sur l’intro au piano du morceau de bravoure final de plus d’un quart d’heures donnant son titre à l’album ».

Pas de temps mort dans cet “A Time Of Shadow” profitant en parallèle de lyrics soignés et recherchés; à l’instar par exemple d’un ‘The Centre Cannot Hold » inspiré par son compatriote de poète William Butler Yeats, décédé en 1939 et ayant accessoirement été Prix Nobel de littérature en 1923. Six plages d’orfèvres que n’aurait pas renié Saint Eloi, et dont les « A Gathering of Crows » et « Theatre of The Absurd » sont des hauts faits d’armes ; la palme revenant cependant sans conteste à un « Stranger In The Looking Glass » d’anthologie. Le terreau fertile du Prog/rock ancien caressé de modernisme nostalgique a refait fleurir l’arbre blanc d’Osgiliath.

 
Site Internet : 

 

METALPSYCHOKILLER

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green