Communication de nos partenaires

Dagara – La Règle Du Je

Le 30 août 2011 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Chant : Jim
Basse : Gaël
Guitare: Alex
Guitare: Gwen
Batterie : Richard
Percus : Max

Style:

MetalCore

Date de sortie:

Septembre 2011

Label:

M & O Office

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) : 07 / 10

 

Allez pour une fois, votre sophiste préféré de chroniqueur va laisser dans sa musette son langage châtié et son français hautement classique si souvent vanné par ses collègues d’écurie Soilchronienne pour vous délivrer un ressenti en argot de la rue purement métaleux. Cela évitera à certains sycophantes du monde de la chronique d’avoir à se torturer en une sinécure épileptique le bulbe rachidien pour saisir mes propos d’une part. Et de l’autre, la démarche originale et unique de cette review (pas de gabegies, je ne vais pas mettre ma plume à la griffe stylistique légendaire aux oubliettes !) pourra peut-être éviter aux louves et louveteaux taquins scribouillards de notre petite famille des chroniqueurs du terroir d’arrêter certaines puérilités quant à l’âge canonique du dunedain rôdeur… Évoluer entre premier et second degré parait déjà mettre les méninges de certains lecteurs en surchauffe, alors passons direct aux aveux en vocabulaire djeuns !

Votre Metalpsychokiller a un caractère de merde, est coléreux, rancunier et sa mauvaise humeur, -particulièrement au réveil-, le cale irrémédiablement dans le gang des « cas soces » à éviter. No life, pas intéressant, le gars se lève à deux heures de l’après midi… Café/clopes (avant la mousse qui ne va pas tarder !), se fout devant l’ordi… Et se goinfre d’emblée en poussant à donf le caisson de basse d’un Ep de Dagara qui déchire sa race ! Ma fille monte le son du plasma et mon fils celui-du line7 pour sa Viper, ma femme fait la gueule et ferme la porte, mon chien hurle la mort, et les voisins se gavent de Valium car les décibels du taré tatoué sont de retour. Fuck the neighbors mes potos, le Metal est une religion ancrée dans mon sang bleu d’alcool, non de royauté.

L’endorphine du vieux ne se déclenche qu’avec ce genre de brulot plein de hargne, de couilles et de testostérones lâchés en cadence Kalachnikov telles des rafales de pets sataniques martyrisant le boyau culier d’un moine moyenâgeux vérolé syphilitique. Car Dagara crée en 2007, tout jeune combo qu’il est et n’ayant à son actif qu’un Ep éponyme en 2008, s’y entend à martyriser vos esgourdes et faire monter votre adrénaline. Un metalcore hexagonal ravageur, destructeur, compact et bigrement bien ficelé ! Une rythmique d’acier poudrant sans failles, une énergie incandescente en trame musicale ou la dualité riffs incisifs/chant frénétique hurlé fait son effet perpétuel, des lyrics assénés en frenchies et traitant de l’existentialisme, une prod presque sur mesure (guitares prenant à mon sens parfois la primauté au chant)… Perso, la règle du Je, je la kiffe et l’adopte ! Sans protestations, sans réserves rédhibitoires et surtout sans retenues.

Car nos « Dagoba coreux » en juste cinq titres démontrent non seulement un savoir faire certain ; mais plus encore un potentiel énorme. Les gars en ont sous la pédale, indéniablement, et on prendrait même les paris sur une réussite à tenir aisément la distance sur la longueur d’un album car nos Dagos affichent une réelle personnalité, une vraie unicité. Un nappage mélodique en filigrane ou encore les percussions du Max étant par exemple autant d’éléments rajoutant à la plus value musicale des parisiens. Quand bien même l’entame d’ « Anesthésie » pourra faire penser à certains d’entre vous au « Un Jour en France » de « Noir Désir », quand bien même la tuerie ouvrant cet Ep pourra vous remémorer « Silmarils » et sa fusion… Dagara a du caractère, une démarche cohérente et prometteuse. Putain de France de Nico qui recèle de nouveaux talents à foison à l’image des T.A.N.K, 6 :33, Absurdity, Unsafe et autres Bad Tripes ou Bawdy Festival

Pour conclure, Dagara m’a foutu mon intraveineuse, et le vieil MPK est maintenant de bonne humeur. Requinqué, apaisé, satisfait, que demander de plus les blaireaux ? Ah ouep, un album plutôt qu’un cinq titres ce qui évitera déjà de limiter ma notation de prosélyte des dagos. Mais bon, malgré tout dans ce monde de brutes, tout viendra à qui sait attendre, le déclenche et surtout le mérite. Alors les potos, 2012 fin du monde, mon C.. ! Premier opus de Dagara, cela va le faire incontestablement !!! On parie les djeuns ???

 

Tracklist :

1 : La Règle Du Je
2 : Anesthésie
3 : L’Envers Du Décor
4 : Azerty
5 : Prosélyte

 

Myspace : http://www.myspace.com/dagaramusic

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green