Communication de nos partenaires

Critical Solution – Sleepwalker

Le 13 janvier 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Egil Mydland - Batterie
  • Bjoernar Grossfjell - Guitares
  • Christer Slettebø - Chant, Guitares
  • Eimund Grøsfjell - Basse

Style:

(Horror) Thrash Metal

Date de sortie:

12 décembre 2015

Label:

Punishment 18 Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Un album de thrash metal pour un concept sur l’horreur ?
Pourquoi pas ! Certains groupes s’y sont essayés par le passé et ça ne leur avait pas mal réussi.
A l’écoute de ce « Sleepwalker », on pense souvent à « Alice in Hell » d’Annihilator.

Critical Solution est un groupe norvégien proposant une musique entre le pur heavy metal et le thrash le plus vicieux.
Formé en 2005, le quatuor balance un premier EP en 2011 (« Evidence of things unseen »), un album en 2013 (« Evil never dies ») proposant en outre trois reprises de Deep PurpleMotörhead et Metallica.
Un deuxième EP fin 2014 (« The death lament ») sur lequel apparaissent déjà deux titres de ce nouvel album (« Blood stained hands » et « The death lament ») fera patienter les fans en attendant ce « Sleepwalker » qui s’avère être une belle surprise !
Déjà, quand on lit qu’Andy LaRocque se charge de produire l’album, on a vraiment envie d’en savoir plus tant le gaillard nous a habitué à ne jamais se déplacer pour rien, il suffit d’écouter le son qu’il a donné à des groupes tels qu’EvergreyFalconerLord Belial, le dernier Tsjuder… ou tout simplement King Diamond pour en être convaincu.
Et d’autres guests ne s’y sont pas trompés : ainsi Mika Lagreen (Grave) vient poser ses notes sur « Lt Eliot » tandis que M. Denner et H. Shermann viennent y mettre les leurs sur « Back to the grave ».

Et clairement, de tout l’album, aucune faute de goût, aucune redondance, aucune longueur à déplorer malgré des compositions qui s’étendent parfois jusqu’à sept, voire onze minutes.
En dix titres pour 55 minutes de plaisir, Critical Solution nous envoie dans les méandres d’un (heavy) thrash metal sophistiqué avec des compositions variées et suffisamment étoffées pour que l’ennui ne pointe à aucun moment.

Dès l’intro, le ton est donné.
Un grincement puis claquement de porte initial nous emmène directement dans une atmosphère étrange, flippante, avant que des guitares mystérieuses enveloppent un monologue fantomatique expliquant la trame du concept album.
Le titre éponyme déboule ensuite : intro bien heavy avant qu’une rythmique furieusement thrash se mette en branle. On pense à un bon compromis entre AnnihilatorMetallicaTestament et Mercyful Fate.
Le chant par ailleurs fait de suite penser à un rejeton du croisement entre James Hetfield et Jeff Waters.
La composition passe comme une lettre à la poste et le break sur lequel une accélération divine introduit un solo hyper rapide est purement époustouflant !
« Welcome to your nightmare » s’enchaîne sans le moindre temps mort et nous colle une baffe façon Testament du premier album (on pense à « Over the wall » ou à « C.O.T.L.O.D. » par moment) : rapide, intense, avec un break qui accélère encore plus l’ensemble : bref, quasiment quatre minutes grandioses.
D’entrée, on se mange donc deux titres bien carton dans la figure qui font un bien fou par où ils passent.

Premier long titre, « Blood stained hands » et ses sept minutes commence calmement : intro acoustique à la Testament de « Practice what you preach » : au début, on a presque l’impression d’écouter « The ballad » tellement Critical Solution se veut proche de la bande à Chuck Billy !
Pendant presque quatre minutes, on nage dans cette ambiance de quasi ballade avant que la musique ne passe dans un low tempo certes, mais beaucoup plus lourd. A presque six minutes, une accélération sur le solo nous rappelle qu’on est quand même en train de s’écouter un album de thrash avant un final qui revient sur une note beaucoup plus calme avant de finir sur le son d’un électrocardiogramme au final tragique.
L’instrumental « Murder in the night » commence sur le même ton : acoustique, planant avant de partir sur une note beaucoup plus énervée de la deuxième minute à la cinquième. Trois minutes de thrash aussi furieux que technique mais qui reste somme toute très posé avant de revenir sur le calme du début.
Et comme pour mieux contraster les émotions, « Evidence of things unseen » déboule avec des riffs bien profond, au thrash bien senti. On nage à nouveau dans un univers proche de l’Anthrax de « Spreading the disease » (le refrain rappelant quelque peu « A.I.R. ») qui aurait copulé avec l’Annihilator du premier album.
Le long « Lt Eliot » (sur lequel apparaît le Grave Mika Lagreen) débute sur un univers très doom, proche de Candlemass, et tout au long du morceau plane une atmosphère très Sabbathienne. Les accélérations, toujours thrash, restent tapies quelque part et surviennent de temps à autres, histoire de contraster l’ensemble afin de nous faire ressentir une foule de sentiments contradictoires.
Le très long « Dear Mother » commence avec une intro à la basse faisant un rien penser à « Remember tomorrow » sur le premier Iron Maiden. Les guitares par ailleurs feront penser à la paire Stratton / Murray par moment.
Le morceau oscille entre la power ballade et le low tempo et rarement les riffs se montreront agressifs et hormis un (court) passage plus heavy dans le troisième tiers du morceau, « Dear Mother » restera d’un calme absolu sans n’être à aucun moment ennuyeux.
« The death lament » revient à des sonorités plus proches de celles de « Sleepwalker » : un titre efficace, in-your-face et très facile d’accès. Du pur thrash influencé très certainement par Testament et Death Angel.

Et Critical Solution sait garder le meilleur pour la fin : en s’entourant de la paire Denner / Shermann aux guitares, le groupe savait que l’impact allait être très fort.
C’est après une intro acoustique très mélodique que tout s’emballe : titres furieusement thrash, plus speed que tout le reste et d’une intensité absolue !
Pour le coup, il semblerait que le groupe se vide de toute la fureur emmagasinée pendant tout l’album.
Un défoulement limite crossover thrash bien salvateur après une heure pendant lesquelles nos nerfs auront été mis sous tension.

On l’aura compris, « Sleepwalker » est un album d’une qualité aussi grande que sa maturité, d’une richesse énorme qu’il convient d’écouter plusieurs fois pour s’imprégner de toutes les subtilités.

Une belle surprise !

Tracklist :
1. The Curse (2:01)
2. Sleepwalker (4:58)
3. Welcome to Your Nightmare (3:48)
4. Blood Stained Hands (7:06)
5. Murder in the Night (Instrumental) (5:46)
6. Evidence of Things Unseen (4:23)
7. LT.Eliot (feat. Mika Lagreen) (7:03)
8. Dear Mother (11:12)
9. The Death Lament (4:16)
10. Back from the Grave (feat. Michael Denner and Hank Shermann) (4:33)

Site officielhttp://critical-solution.net/
Myspacehttp://myspace.com/csolution
Facebook http://www.facebook.com/CriticalSolution
Twitterhttps://twitter.com/CriticalSoluti1
SoundCloud : https://soundcloud.com/critical_solution
ReverbNationhttp://www.reverbnation.com/criticalsolution
Youtubehttp://youtube.com/user/CriticalSolutionCC

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green