Communication de nos partenaires

Corners Of Sanctuary – Metal Machine

Le 12 janvier 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Frankie Cross - Chant / James Pera - Basse / Sean Nelligan - Batterie, Choeurs / Mick Michaels - Guitares, Claviers.

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

14 décembre 2015

Label:

Metalizer Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Une chose est sûre, ils ne chôment pas !
Corners Of Sanctuary, quatuor de Philadelphie formé en 2011, en est, avec ce « Metal machine », déjà à rien de moins que son quatrième album après « Breakout » (2012), « Harlequin » (janvier 2013) et « Axe to grind » (Novembre 2013). Rajoutons à tout ça trois EP (« Forgotten hero » et « December wind » en 2012, puis « Epilogue » l’année suivante), on comprendra que ces mecs sont de véritables bourreaux du travail.
En plus de ça, certains membres font partie d’autres formations, à l’instar du batteur Sean Nelligan également membre de Seeker, tout comme le guitariste Mick Michaels (et qui en plus grattouille chez Decypher).
On l’aura compris, les quatre garçons de Corners Of Sanctuary sont déjà bien aguerris !

Avec ce « Metal machine », COS officie dans un heavy metal tout ce qu’il y a de plus classique, aux influences très marquées à chercher chez Judas Priest, Raven, Tokyo Blade ou Anvil.
En onze titres pour 39 minutes de musique, « Metal machine », mixé par Stu « The Hammer » Marshall (Death Dealer, Eversin, Dungeon ou Vänlade), fait la part belle à un heavy metal traditionnel et mélodique, bien aidé par un chant taillé à la hache signéFrankie Cross.
Ancré dans un mid tempo assassin, les différents titres souffrent toutefois d’une trop grande homogénéité, ce qui fait qu’à plusieurs moments, on a la sensation de resté ancré invariablement sur une même thématique, avec son petit lot de redondances.
Certes, lorsqu’on sort quatre albums et trois EP avec le même line up, on est bien rodé et l’ensemble gagne en cohésion mais si on ne va pas remettre en question le talent de composition de COS, on va par contre mettre en doute la capacité du groupe à se remettre en question.

L’album est bon, rien à redire là-dessus, mais le rythme reste désespérément le même pendant 39 minutes, avec quelques (trop) rares accélérations (seul « Wrecking ball » se veut plus véloce que le reste) et surtout peu de variations dans un chant pourtant très bon.
On peut malgré tout sortir du lot l’impeccable « Tomorrow never comes », le quasi hymne « Metal machine », l’énorme « Left scarred » et son refrain à chanter sous la douche, le guerrier « In blood we shall fight » ou le puissant « The return ».
« Souls will shout » et « Monster », ultra classiques, se veulent plus dispensables.
Quant aux instrumentaux « Turn it on » et « Killswitch », ils ne sont respectivement qu’une intro et outro qui, quelque part, ne servent pas à grand-chose.

Malgré tout, « Metal machine » fourmille de bonnes idées et fera sûrement passer un bon moment à tous les nostalgiques du heavy metal tel qu’on l’a adoré dans les mid eighties.
Corners Of Sanctuary se contente de faire le métier, et c’est quelque part tout ce qu’on leur demande.

Tracklist :

1. Turn It On (1’12)
2. Metal Machine (4’12)
3. Like It Matters (3’41)
4. Left Scarred (2’40)
5. In Blood We Shall Fight (3’31)
6. The Return (3’47)
7. Souls Without Shout (5’26)
8. Monster (3’22)
9. Tomorrow Never Comes (6’30)
10. Wrecking Ball (3’06)
11. Killswitch (1’46)

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green