Communication de nos partenaires

Chastain – We bleed metal

Le 6 mars 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Stian Kristoffersen - Batterie
  • Mike Skimmerhorn - Basse
  • David T. Chastain - Guitares
  • Leather Leone - Chant

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

05 Novembre 2015

Label:

ure Steel Records

Note du SoilChroniqueur (Wilhelm von Graffenberg) : 8.5/10

« Metal is the laaaaaaw ! » Vous vous souvenez de ce cri farouche qu’avait lancé Massacration il y a une décennie de ça ? On en vient à se demander si l’album We bleed Metal, dont le titre éponyme qui sert d’ouverture et dont la puissante voix de la chanteuse de Chastain (le groupe ET le guitariste leader) hurle ces paroles « Weeee bleeed metaaaaal », sosie de celle de Detonator en 2004, fait également dans la parodie, tel le groupe brésilien cité comme comparatif (je ne parle pas de Sepultura bien sur… ils ont su tomber dans leur propre parodie sans qu’on les y invite).

Si Massacration se foutait ouvertement de la gueule des groupes de Metal, que ce soit heavy comme thrash, parodiant allègrement tous les poncifs du genre, le quatuor Chastain y croit encore et toujours, et ne se fout pas de nous, pour le coup, parce qu’on est dans un Heavy puissant et de qualité, avec du gros son, de la puissance qui donne limite envie de sortir son cuir clouté tel un gros fan de Judas Priest. Il faut dire que David T. Chastain – dont le nom vous dira forcément quelque chose, autant qu’à moi – n’est pas un débutant. Si son nom vous évoque quelque chose, c’est que le monsieur est en effet loin d’être un débutant !!!

Alors que le premier morceau sonne littéralement comme un stéréotype manowartien (entendre par là au sens littéraire, hymnique de chevelus headbangers unis pour glorifier le Metal dans sa toute plénitude et sa splendeur), le reste de l’album est dans les codes metal à fond : du gros heavy lourd et ciselé, porté par la voix granuleuse et rauque de la chanteuse Leather Leone, de retour dans le groupe de puis leur précédent opus daté de 2013  – car oui, c’est bien une dame qui chante, là – et les riffs puissants dont a su s’entourer Chastain – le guitariste. Oui, car celui-ci n’est certainement pas peu fier de lui eu égard à ses poses photogéniques. Et il a de quoi, faut dire qu’il a de la bouteille, et pas forcément que de Jack Daniel’s : le géorgien guitar hero-producteur (Diginet Music et… Leviathan Records, ô heureux hasard car label du groupe) d’Atlanta qu’il est n’en est pas à son coup d’essai et on ne compte pas le nombre de projets et d’albums auxquels il a participé. Si on ne jauge que sa carrière avec le groupe Chastain, il sévit avec celui-ci depuis 1985 avec pas moins de 10 albums antérieurs à We bleed Metal. Bref, ça ne déconne pas !

Bon, comme tout guitar hero qui se doit, il ne peut pas reléguer sa gratte au rang de simple instrument rythmique et s’empêcher de se la donner un peu, eu égard au morceau « I am a Warrior », faisant la part belle à la branlette de manche dès son intro. Pourquoi se priver quand on a déjà une section rythmique ultra pesante et acérée, avec une basse aux graves assises et une grosse caisse qui se pose et s’impose (les rythmiques de « Don’t trust Tomorrow » sont so heavy) ?

L’album laisse quand même sa place à son once de finesse et de tendresse avec l’intro de balade – quand même, il faut bien quelques secondes de répit dans cette masse sonore – « Last Ones alive », comme tout bon album de heavy doit en avoir – un peu de son clair de temps à autres, quoi.

Un album gros, heavy au sens littéral du terme – cette fois-ci, j’utilise le mot « littéral »… au sens littéral – constitué de 9 titres dont aucun n’est à jeter tellement c’est efficace, même s’il est vrai que le genre n’a plus trop de secrets désormais, tout actualisé que soit le son. A écouter en se tranchant les veines avec une lame de rasoir british steel pour voir si, nous aussi, « on saigne metal » (ceci est une image, hein… n’allez quand même pas le faire pour vérifier…)

 

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

L’air de rien, Chastain continue son petit bonhomme de chemin en nous sortant régulièrement de bons albums de pur heavy metaldepuis plus de trente ans.
C’est que le gaillard, David T. Chastain, a du talent et de l’énergie à revendre pour continuer à nous sortir en moyenne tous les deux ans une nouvelle offrande oscillant entre le bon et l’excellent.
Qu’il soit une valeur sûre de la guitare, on le savait déjà et ce, depuis fort longtemps.
Mais qu’il arrive à ne pas se répéter, c’est quand même fort !
Dixième album sous ce nom (en plus des trois avec CJSS, des deux avec Spike, des neuf en solo et des deux avec Zanister, sans parler de ses inombrables apparitions en guest sur tout plein d’albums et ses activités de producteur… c’est dire si le bonhomme passe sa vie en studio) avec ses indécrottables complices que sont Leather Leone au chant (Sledge Leather, ex-Leather, ex-Malibu Barbi) et Mike Skimmerhorn (ex-CJSS, ex-Spike, deux groupe dans lesquels il jouait déjà avec David T.) auxquels on rajoute le batteur Stian Kristoffersen (Pagan’s Mind, ex-Firewind, ex-Jorn, ex-Kinrick, ex-Dimension F3H) déjà présent sur l’album précédent « Surrender to no one », « We bleed metal » au titre que même Manowar n’aurait pas osé utiliser (quoi que…) se veut être un bon cru !

Sorti chez Pure Steel Records en Europe et chez Leviathan Records pour le reste du monde (avec une pochette différente), on se prend neuf titres de power / heavy metal pur jus, typiquement américain, très bien accompagné par le chant tout en puissance d’uneLeather Leone qui joue dans le même registre vocal qu’une certaine Ann Boleyn (Hellion) en peut-être plus burné.
D’entrée, on se mange « We bleed metal », « All Hail the king » et le très Hellion « Against all the gods » (on a presque la sensation d’entendre « Screams in the night » avec ce dernier par moments) dans les gencives : trois titres foncièrement énergiques et sans compromis ! Titres véloces flirtant avec les limites du speed metalChastain se fend de couplets et de refrains efficaces, le tout avec quelques soli toujours bien sentis et typiques du maestro.
Plus mid tempo, « Search time for you » se montre plus mystérieux, avec un chant délicieusement vicieux, à l’instar d’un « I am a warrior », titre au tempo lent et écrasant, contrastant avec celui qu’ils encadrent, beaucoup plus fluide et rapide au jeu de guitare un rien démonstratif.
« Evolution of terror » reste également dans le schéma du morceau impitoyablement heavy, puissant à souhait.
« The last ones alive » débute façon ballade, avant de nous rebalancer la sauce façon Judas Priest copulant allègrement avec Hellion.
« Secrets » clôt l’album en beauté sur un titre à nouveau mystérieux, aux rythmiques assez lentes, et à la lancinance vicieusement sadique, tout en rage contenue qui ne demande qu’à exploser. Six minutes de pur heavy metal sans concession aucune !

Très homogène sans être rébarbatif, ce « We bleed metal » est un bon album du genre, qui n’a certes rien d’exceptionnel et pour lequel on ne criera pas au génie mais qui se laisse écouter d’une traite sans voir poindre un quelconque ennui.
Chastain arrive toujours à nous balancer ses petits brûlots bien sentis pour notre grand plaisir.

Tracklist :
1. We Bleed Metal (4:13)
2. All Hail the King (4:05)
3. Against All the Gods (5:48)
4. Search Time for You (5:22)
5. Don’t Trust Tomorrow (5:10)
6. I Am a Warrior (6:16)
7. Evolution of Terror (4:05)
8. The Last Ones Alive (4:56)
9. Secrets (5:58)

Myspacehttp://myspace.com/chastainofficial

Facebookhttps://www.facebook.com/davidt.chastain

Site officielhttp://www.leviathanrecords.com/webleedmetal.htm

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green