Communication de nos partenaires

Cattle Decapitation – The Anthropocene Extinction ...

Le 22 septembre 2015 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Travis Ryan : chant
  • Josh Elmore : guitare
  • David McGraw : batterie
  • Derek Engemann : basse
 

Style:

Grindcore Technique

Date de sortie:

07 août 2015

Label:

Metal Blade Records

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

On savait Cattle Decapitation engagé dans la cause animale, on les découvre aujourd’hui en militants écolos avec « The Anthropocene Extinction ». Comme les mecs ne font pas dans la dentelle, ils nous offrent donc l’une des plus belles pochettes de l’année avec ces corps crevés vomissant des déchets plastiques. Avec un visuel aussi efficace, on ne peut qu’espérer que le contenu soit à la hauteur du contenant, d’autant que j’ai déjà lu à peu près partout que le disque est une tuerie, et vas-y que je te mets le 10/10, le cinq étoiles, etc.

« Manufactured Extinct » est alléchant en guise d’ouverture : une introduction totalement épique pour un titre alternant intelligemment rapidité et pesanteur, bien entendu d’une technicité déconcertante avec en prime des vocaux d’une grande variété, surpuissant et rageur. Seulement voilà, Cattle Decapitation souffre désormais du syndrome Anaal Nathrakh, c’est-à-dire que la formation reproduit peu ou prou sur tous les titres la même recette : en l’occurrence, un peu de Slam Guttural Death, du Grindcore a foison, des passages à l’intensité proche d’un Black Metal furieux (je pense notamment à l’excellent « Mammals in Babylon ») mais il y a quasiment partout des refrains en voix « claire » (sursaturée serait plus exact) qui pourraient être intéressants s’ils n’étaient pas systématiques. Parfois c’est parfait (« Manufactured Extinct », « Circo Inhumanitas »), plus souvent c’est quelconque car parfaitement prévisible.

Du coup, je ne sais pas sur quel pied danser, si tant est que cela soit possible en écoutant « The Anthropocene Extinction ». En effet, la dextérité des musiciens est proprement ahurissante et ils proposent là, à mon sens, l’album le plus abouti de leur carrière mais également le plus original car n’hésitant pas à tenter l’expérience de l’acoustique sur « Ave Exitium », morceau qui me fait d’ailleurs étrangement penser aux Swans. De plus, le niveau de violence atteint sur ces douze titres est paroxysmique mais le fait que Cattle Decapitation s’acharne à composer inlassablement des refrains chantés plombe mon ressenti global, ces mélodies n’étant que trop rarement entraînantes, en plus du timbre de voix plutôt agaçant, là où les beuglements de type Pig Squeal font toujours mouche.

Je suis peut-être trop difficile car une telle intensité est rare et certains passages relèvent de la folie pure mais l’impression que les morceaux sont tous issus du même moule m’empêche d’être aussi dithyrambique que d’autres illustres chroniqueurs. « The Anthropocene Extinction » reste néanmoins un incontournable de la rentrée.

Tracklist :
1 : Manufactured Extinct
2 : The Prophets of Loss
3 : Plagueborne
4 : Clandestine Ways (Krokodil Rot)
5 : Circo Inhumanitas
6 : The Burden of Seven Billion
7 : Mammals in Babylon
8 : Mutual Assured Destruction
9 : Not Suitable for Life
10 : Apex Blasphemy
11 : Ave Exitium
12 : Pacific Grim

Site officiel : http://www.cattledecapitation.com/

Facebook : https://www.facebook.com/cattledecapitation

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green