Communication de nos partenaires

Cage – Supremacy of Steel

Le 12 novembre 2011 posté par Son

Line-up sur cet Album


  • Sean Peck : Chant
  • Michael Giordano : Basse
  • Dave Garcia : Guitare, Claviers
  • Anthony Wayne McGinnis : Guitare
  • Norm Leggio : Batterie

Style:

Heavy metal

Date de sortie:

Novembre 2011

Label:

Music Buy Mail

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 8.5/10

Une claque avec un groupe de Heavy Metal, est ce encore possible d’en prendre ?

Cage est une formation californienne de Heavy Metal datant de 1992, vingt ans d’expérience quand même ce n’est pas rien. Pourtant elle est encore peu connue sur notre territoire. Un petit historique s’impose alors pour en savoir un peu plus sur la route qu’elle a tracée. Le tout premier album « Unveiled » voit le jour en 1999 dans un anonymat des plus complet, rapidement suivi d’un « Astrology » de bonne facture. Mais la distribution faite par Omega Records ne permet pas une très ample couverture, c’est pour cela que Cage passe chez les allemands de Massacre Records pour sortir en 2003 « Darker Than Black ». De notoriété grandissante, Cage profite pour partir sur les routes, au sein de divers festivals, ouvrant alors pour des Iron Maiden ou Judas Priest. Pas mal pour se faire connaître. « Hell Destoyer », quatrième album publié en 2007, reçoit un excellent accueil, il faut dire qu’il s’agit une belle pièce pour les amateurs de Heavy. Nouveau changement de label avec l’opus « Science Of Annihilation », Cage collabore avec Music Buy Mail et confirme alors sa puissance de frappe.

Deux années suffisent à Cage pour sortir un DVD « The Rise To Power » et un nouvel album sortant fin Novembre « Supremacy Of Steel ». Le visuel est déjà assez imposant, un tel nom avec une pochette autant démonstrative, il faut faire attention à ne pas se tromper, car la moindre erreur ferait tomber dans le ridicule. Enfin dès  » Bloodsteel  » on se rend rapidement compte qu’il n’y a pas d’erreur, la voix de Sean Peck est toujours aussi propre, passant avec une grande aisance les différentes octaves, il ne cache pas son admiration pour Rob Halford. On remarque sur ce titre très speed des petites différences, changements pas importants, mais plaisants, avec une introduction rythmique presque trop brutale pour le Death, rassurez vous, cela ne dure que quelque courts instants, huit secondes, mais venant d’un groupe de Heavy on est peu habitué.

Il faut attendre le titre « Metal Empire » pour que Cage calme un peu sa fureur et joue un Heavy moins speed et plus Power aux refrains lourds et guerriers repris par des chœurs brutaux, un True Metal qui ne mourra jamais, des paroles simplistes à souhait, mais une technique d’une redoutable efficacité.  » War Of The Undead » nous retourne dans un tonnerre de vitesse, mais son break long et doux apaise, donne d’autres émotions que la rage et la fierté. L’épique « Flying Fortress » voit Sean Peck descendre de ses hauteurs et chanter un ton plus grave.

La suite des titres « Doctor Doom » et « Annaliese Michel » est assez surprenante, les guitares sont plus lentes et saccadées, elles restent festives, à aucun moment Cage ne perd sa bonne humeur. L’introduction aux claviers du second interpelle aussi, puis le chant de Sean Peck est différent moins heavy, étrange, il perd sa hargne typique du Heavy Metal, est presque en parlé, ponctuant ses phrases de passages plus sombres et graves.

Après un passage aussi torturé, Cage retourne au Heavy mid tempo plus simple avec un « Braindead Woman » entraînant et très groovy, qui devrait faire des fureurs en concert. On retourne dans un speed avec la succession de « The Monitor » ,  » Hell Destroyer vs. Metal Devil » celui ci n’étant pas un nouveau titre à proprement parler car il s’agit d’une superposition de parties de Hell Destroyer et de Metal Devil un battle qui aurait plus trouvé sa place en bonus, car peu d’intérêt, et un ultra speeder « Skinned Alaive » où Sean Peck retourne en hauteur côtoyer les Metal Gods, les chœurs en profitent pour revenir aussi. Cette clôture fait presque office de fête, tous le monde est convié et donne son meilleur.

Ce « Supremacy Of Steel » porte très bien son nom, Cage maîtrise parfaitement son sujet. Un grand moment de Heavy Metal des plus efficaces, douze titres variant les plaisirs et montrant que même si le style est tourné dans tous les sens depuis trente ans , on peut encore aller plus loin sans répéter ni copier ce qui a déjà était fait.

Oui on peut encore prendre un baffe avec un groupe de Heavy Metal, mais Cage nous a plus envoyé un pain en plein face.

http://cageheavymetal.com/

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green