Communication de nos partenaires

Burzum – From the Dephts of Darkness

Le 4 novembre 2011 posté par Gwenn

Line-up sur cet Album


Varg Vikernes: Tous instruments

Style:

Black Metal

Date de sortie:

28 Novembre 2011

Label:

Byelobog Productions

Note de la soilchroniqueuse (Gwenn): 6/10

 

Tremblez, fans de Burzum, de tous vos membres. Le virus qui rongeait l’un des pionniers du Black Metal poursuit son chemin dans un corps déjà gangrené. Tremblez, car ce sont maintenant les morceaux favoris de Sieur Vikernes qui passent à la moulinette de l’Industrie du Disque. Tremblez, car les belles paroles de Varg je cite « c’est ce que Burzum a fait, créer le son le plus sale possible, comme un « Necro-son » (Until the Light Takes us, 2008), s’envolent comme du papier à cigarettes à la sortie de From the Depths of Darkness en cette fin du mois de Novembre.

Les années 90 et ses fanzines, son Black Metal qui trace sa petite route noire à travers de petites salles et un esprit à l’accent à couper au couteau… prennent un sacré coup de vieux. Vingt années passent et on en arriverait presque à nier ce qui a fait les débuts du Black Metal, ce « necro-sound » devenu si affreux qu’il suffit de le nier pour tenter de l’oublier. Les moyens actuels embellissent la musique. Pourquoi les deux albums Burzum et Det Som Engang Var n’y auraient pas droit ?

Le choléra n’a pas fini de se propager, Burzum crée ses albums en binômes (donc on peut s’attendre à deux nouvelles sorties après  Belus  et  Fallen), puis un réenregistrement d’une sélection de morceaux de deux antiquités. Joyeux Noël.

Quand j’aurai fini de râler je pourrai peut-être vous décrire la pochette. On a toujours le thème du dessin, et de la porte noire évoquée dans Det Som Engang Var. Quelques gargouilles démoniaques trônent sur cette porte, la police du nom « Burzum » ayant été encore modifiée. Plus propre, plus belle. J’aimais bien la pochette de l’album Burzum, qui ressemble certes à un dessin fait en cours de maths pour les plus jeunes d’entre nous, mais qui avait son poids de charme. Ceci dit j’avais promis d’arrêter de bougonner.

Pour cet album j’évite le Tracks by tracks dans la mesure où bien évidemment, la majorité des amateurs de Black Metal connaissent ces morceaux phares. Sur deux albums, après synthèse et nettoyage, il ne reste que 8 morceaux si on retire les trois introductions.

Comment j’ai pris la chose : en me ré imprégnant de mes vieilleries une à une et en écoutant à la suite les enregistrements nettoyés. Ô surprise ! Plus de voix déchirée, découpée, souffrante, mais la voix actuelle de Varg qui, je suis désolée, colle beaucoup moins avec des morceaux qu’on a l’habitude d’entendre avec une certaine forme de déchirement. Poser la sagesse de Belus ou Fallen sur Burzum et Det Som Engang Var c’est vraiment étrange. Certains titres changent aussi, ainsi le sale et boueux « Snu Mikrokosmos’ Tegn” devient “Turn The Sign Of The Microcosm”… « Black Spell of Destruction » s’atrophie du « Black »…

Il faut savoir vivre avec son temps, certes, mais je reste mitigée. Comment se fait-il que « Ea Lord of the Depths » me transporte complètement sans sa vieille version et que la nouvelle… m’ennuie presque. Pour affiner et temporiser mes propos je ne nie pas non plus que Varg met aussi une nouvelle dimension à ses compositions qui sont loin d’être inaudibles à l’état actuel donc les comparer n’est peut-être pas une bonne manière de regarder cette composition. « Turn the sign of the Microcosm » par exemple est tellement différent de sa première version qu’il en retire une certaine profondeur simple mais pas inintéressante non plus. A vous de me dire.

Myspace:

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green