Communication de nos partenaires

Beaten to Death – Agronomicon

Le 6 février 2019 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Mika Martinussen : Basse
  • Anders Bakke : Vocaux
  • Christian “Bartender” Svendsen : Batterie
  • Martin Rygge : Guitares
  • Tommy Hjelm : Guitares

Style:

Grindcore

Date de sortie:

24 Décembre 2018

Label:

Mas-Kina Recordings

Note du SoilChroniqueur (Ström) : 9/10

J’ai parfois envie d’adapter la chronique à l’album en question… Par exemple, ces Norvégiens nous proposent du Grindcore, et même si certains puristes pourront déplorer des morceaux qui durent plus d’une minute, cela reste concis. Je pourrais donc tenter de l’être moi aussi ! C’est fun et varié, et là je peux tenter ma chance mais cela sera difficile de les égaler dans ce domaine…

Ce quatrième album poursuit les bonnes habitudes de ce groupe en matière d’humour, avec une pochette et un titre délirants, une parodie du genre « Lovecraft meets Goat Simulator »… les titres des morceaux n’étant pas en reste dans la crétinerie, (du moins quand je peux en juger certains étant en norvégien) : « Grind Korn », « Boy George Michael Bolton » ou « Extremely run to the Hills » m’ont faire rire pour la partie anglophone.

Bien sûr, tout ceci ne sert à rien si le contenu n’est pas à la hauteur. Et là, je dois dire que je suis ravi d’être tombé sur ce groupe même si c’était il y a peu. Le Grind est pour moi un genre qui se prête parfaitement à quelques fantaisies, c’est l’héritage punk, et Beaten to Death se donne les moyens de nous surprendre en alliant des guitares au son fidèle au genre à une production qui nous laisse percevoir le côté technique de l’ensemble malgré le côté brut de décoffrage. La basse par exemple est tout à fait audible (distorsion oblige, vous me direz) et pour le moins divertissante.

Les morceaux sont variés car en dehors de la brutalité habituelle, des blasts que tout le monde attend et des vocaux furieux typiques du genre (sans pig squeals néanmoins, désolé pour les amateurs de « gruik gruik »), le groupe se permet d’intégrer un peu de tout ce qui leur plait. Un peu de post-core, un peu de mélodie ici ou là, une parodie de tout ce qui se prétend « evil » dans le Metal extrême sur l’excellent morceau final « Eternal Punished Septic »…
Je dis morceau final, mais si vous êtes comme moi vous écouterez bien deux ou trois fois l’album à la suite avant de retourner à votre existence morose à chaque fois que vous poserez vos oreilles sur ce concentré d’énergie, de riffs catchy, de vocaux jouissifs et de breaks inattendus et déjantés qui revigorent la formule habituelle du Grindcore de Papy Napalm.

Voilà, je vous aurai prévenu.

Tracklist :

1. Grind Korn
2. Dere er herved oppløst
3. Catch Twentyfvck
4. Bjørnstjerne Ibsen
5. (Intro to the next Song)
6. Agronomicon
7. Gå snuble, bli liggende
8. Extremely run to the Hills
9. Boy George Michael Bolton
10. Havregubbens dolk
11. Livet tar, og livet tar
12. Eternal punished septic

Agenda ReverbNation
Page Myspace
Page Facebook
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green