Communication de nos partenaires

Bagheera – Drift

Le 1 mai 2013 posté par Lusaimoi

Line-up sur cet Album


  • Ed : guitare, chant
  • Moos : guitare
  • Robin : batterie
  • Max : basse

Style:

"Vulgar Vetal"

Date de sortie:

Octobre 2012

Label:

Finisterian Dead End

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi) : 8/10

Bagheera, ça doit dire quelque chose à plus ou moins tout le monde. C’est le nom de la panthère noire qui s’occupe de Mowgli dans le roman du Livre de la Jungle, et dans toutes les adaptations qui en ont découlé.
Bagheera c’est aussi le nom d’une espèce d’araignées qui est capable de sauter. Le genre de truc que j’aimerais rencontrer qu’à travers une bonne grosse vitre, même si la Bagheera kiplingi est la seule araignée végétarienne connue.
Mais vous vous doutez que ce n’est ni de l’un, ni de l’autre que l’on va parler sur Soil, parce que Bagheera c’est aussi un groupe de Metal. Un quatuor se cachant derrière un artwork original qui se déploie dans le livret entre plusieurs très belles photos monochromes de concerts. Un groupe qui nous vient de la Suisse, naturellement. Et qui nous fait quelque chose présenté comme du « Vulgar Metal ».
Levée de sourcil.

On le rabaisse à l’aide de son index et on explique en écoutant ce « Drift ».

Le premier contact avec Bagheera m’a directement fait penser à du Textures, période « Polars ». Le son très syncopé de « Cliff », les rythmiques saccadées et plombantes. Il y a aussi cette voix, qui, sans se rapprocher de Pieter Verpaalen (le premier chanteur des Néerlandais) reste très rappée.
Mais n’allez pas croire que Bagheera n’est qu’un clone de Textures, parce que nombre d’éléments les différencient.
En premier lieu, un changement radical du morceau. Tout ça devient plus fluide, le flow du chant change et devient plus mélo. Et puis arrive ce solo !
Absolument génial, inattendu, rapide et musical qui verse dans une petite dissonance vers la fin.

Les morceaux qui suivent sont tous dans la même veine. Un style toujours très syncopé et technique. Mais si le nouveau venu amateur de Pop acidulée pensera que c’est « toujours la même chose, ton truc ! », l’habitué, lui, qui sait à quoi il à affaire et entendra toutes les subtilités que le groupe s’amuse à cacher ici et là. Et aussi toutes les différences et les variations.
Car aucun titre n’est structuré de la même manière. En fait, c’est comme si Bagheera s’amusait à bâtir ses morceaux à partir du même point de départ, mais pour chaque fois aller dans des directions différentes.
Ainsi, on trouve des passages très chaotiques, sur la fin de « Cliff », ou « clairs », sur le même morceau, d’autres très lourds et headbanguants sur « Ad Hoc », « 80 Years to Learn Nothing » ou « Drift », plus planants (« Drone », « Rough »), dansants et groovy sur « Ossified », « Catch Yourself », « Drift » ou « Eins Zwei Die » dont le public reprendra certainement en chœur le refrain lors des concerts…
Il y a aussi tous ces changements d’une voix qui, la plupart du temps affiche un certain côté désinvolte. On note particulièrement l’apparition du chant guttural, très caverneux, sur « 80 Years to Learn Nothing », ou un changement qui part d’un mix entre le mi-clair, mi-rappé qui devient de plus en plus Hardcore dans le phrasé sur « Catch Yourself ». Bref, de quoi varier les plaisirs !

Bagheera sait aussi aérer ses morceaux qui prennent alors une autre puissance. Par des passages où une guitare plus claire s’ajoute sur le reste, comme sur « Rough » à environ une minute, sur « Ossified » à trois, la fin de « Torchlight » ou la seconde partie de « Eins Zwei Die ». Ce sont surtout ces soli qui aèrent les morceaux. Toujours très mélodiques et bien exécutés, mais aussi différents les uns des autres et grisants (ah ! Le premier sur « Cliff » !). Très Heavy sur « Ad Hoc », il en revient un sur « Rough », puis un autre très dissonant et rapide sur « 80 Years to Learn Nothing »…

Malgré quelques petites sensations de déjà-entendu, comme l’intro inquiétante de « Drone » (mais la suite du morceau est énorme), à laquelle semble répondre celle de « Ossified », plus originale, Bagheera nous sert ici un premier album de très bonne facture. Rugissant, technique, avec un soupçon de folie, le style des Suisses devrait attirer pas mal de monde.

 

Site Officiel : www.bagheera.cc/

Facebook : www.facebook.com/bagheeramoshpit

 

01. Cliff
02. Ad Hoc
03. Drone
04. Rough
05. 80 Years To Learn Nothing
06. Ossified
07. Catch Yourself
08. Drift
09. Torchlight
10. Eins Zwei Die

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green