Communication de nos partenaires

Axxis – Utopia

Le 23 janvier 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Bernhard Weiss: chant Harry Oellers: clavier Rob Schomaker: Basse Marco Wriedt : guitare Alex Landenburg : batterie

Style:

Power Mélodic

Date de sortie:

28 aout 2009

Label:

AFM Records

Plus de 20 ans d’existence pour les presque quinquas teutons de Dortmund délivrant leur Power mélodique et auxquels il avait toujours malheureusement manqué « un truc » pour réellement accéder dans la cour des grands et non en squatter indéfiniment l’antichambre…

En introduction, un parallèle entre les rhénans et les américains du « Virgin Steele » de David Defeis -qui officient depuis 1981 pour leur part- me parait judicieux tant les similitudes évolutives sont conséquentes. Car mis à part qu’à eux deux ces combos et leur cinquantaine de releases squattent mes étagères depuis des lustres ; et que les cousins d’ outre Atlantique cheminent dans un style plus Heavy, ces derniers ont enfin pondu leur meilleur album en 2006 ; un «Visions Of Eden » grandiose et sublime. Cette même année Axxis assénait un superbe « Paradise In Flames » portant les germes de leur évolution vers l’excellence. Écoutez par exemple un « Dance With The Dead » figurant dans cet opus et vous aurez une avant première de l’époque des germes des ingrédients précurseurs à cet Utopia . Le « Doom Of Destiny » de 2007, et ces « Blood Angel » ou autres « Revolutions », persévéra dans cette saignée, mais souffrait encore de quelques titres comme « She Got Nine Lifes » pouvant laisser sceptiques et gâcher un tant soi peu l’appréciabilité de la totalité de la tracklist. Qu’importe, les poncifs et caciques du genre tendaient à s’estomper de façon croissante au profit de l’unicité, et l’on attendait l’accomplissement ultime… Enfin arrivé et intitulé Utopia.

Car, après l’intro ambiante et de rigueur sur tous les releases actuels, les cinq germains vous domptent irrémédiablement et sans rémissions possibles, en vous assénant un coup de fourche dévastateur avec quatre pointes acérées: Le titre éponyme à l’album, à la rythmique ravageuse couplée à un refrain s’ancrant inexorablement dans vos neurones ; le tout étant nimbé de lignes organiques faramineuses. Un « Last Man On Earth », véritable satellite du précédent « Utopia » et brulot du même acabit qui fera le lien de façon magistrale avec un « Fass Mich An » ne méritant qu’un qualificatif ; celui de véritable « Tuerie ». Gros riff de guitare répondant à des thèmes de keyboards insidieux, ligne de basse sourde et assommant tout sur son passage à l’instar d’un Alex Landenburg –nouveau venu derrière les futs- martelant comme un possédé, soli dévastateurs de la six cordes… L’ensemble profitant d’un refrain que vous ne pourrez en aucun cas vous empêcher de hurler « in deutsch !!! » entre deux headbangings. De concert avec un Bernard Weiss au timbre si décrié, mais au sommet de son art quoiqu’en disent ses détracteurs. Enfin, si malgré tout vous n’êtes pas encore conquis et subjugué, « Sarah Wanna Die » reprendra les mêmes ingrédients, pour vous asservir définitivement par une cavalcade aux arrières gouts épiques et menée tambours battants.

Le « Fathers Eyes », entonné initialement sous forme de ballade, délivrera pour sa part une mélopée plus progressive, plus emphatique et aux tempos alternatifs, mais n’en faisant pas moins mouche par l’esthétisme de sa beauté mélodique. Ce titre sera d’ailleurs l’archétype de la propension nouvelle d’Axxis à pondre des mélodies atteignant à tous coups leurs desseins ; à savoir s’ancrer en vous irrémédiablement. Cet ilot plus modéré en milieu de galette ne vous permettra cependant même pas d’aller boire une mousse pour cajoler vos cordes vocales endolories à force d’avoir repris à tue tète les refrains simples et démarqués. Car la seconde partie de la tracklist sera du même niveau, et qu’en outre nos cousins germains ne faibliront pas sur la longueur, contrairement à leurs multitudes d’opus précédents. Douze plages flirtant avec l’excellence, dont une mention spéciale pour l’original « For You I Will Die », et fi de la naïveté au profit de la maturité et de la plénitude enfin atteinte de notre ressenti.

A des années lumières –doux euphémisme- des « Big Thrill », « Matters Of Survival » ou autres « Voodoo Vibes », cet « Utopia » devrait enfin assoir Axxis dans une catégorie qu’il lui sied à merveille, celle des pointures faisant référence; car dans le cas contraire cela ne serait à n’y plus rien comprendre. Les quadras, les amateurs de Power mélodic, les adeptes de heavy teinté eighties, les amateurs de speed, les métalleux non sectaires, les progueux appréciant un tant soi peu les facettes « couillues »…En fait tout à chacun s’essayant à l’audition de cet « Utopia » sera viscéralement charmé. A l’image d’un U.D.O venant de sortir un sacré « Dominator », la vieille garde non seulement ne se rend pas … Mais en plus elle ne meurt pas et assène de main de maitre… Que beaucoup de jouvenceaux en prennent de la graine !!!

Myspace : www.myspace.com/axxisworld

Metalpsychokiller

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green