Communication de nos partenaires

Astral Path – An oath to the void

Le 3 mai 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Justin Bourdeau - Guitares, Chant, Batterie / Ana Dujakovic – Claviers, Basse.

Style:

Black metal atmosphérique

Date de sortie:

05 mai 2016

Label:

Avantgarde Music

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Pour des raisons qui des fois nous échappent, on se retrouve scotchés par ce qu’on écoute… et on se repasse les morceaux à l’envi, jusqu’à en faire son album de chevet.
Ça doit bien faire un mois que j’ai ce « An oath to the void » sur mon bureau et je me le repasse sans cesse, avec cette putain de page à remplir, à me demander par où je vais commencer ma chronique !
Alors je me le passe, et repasse, plusieurs fois d’affilée et cette chronique reste désespérément sans mot, vide, blanche…
Est-ce possible qu’on en arrive parfois à ne pas trouver les mots pour exprimer ce que l’on ressent ?

Alors je passe mon tour, je lance un autre album de la pile toujours plus haute des albums à chroniquer pour revenir sur l’album du duo Canadien Astral Path plus tard…
Et chaque fois la même sensation, un plaisir immense à me le réécouter… comme si ce manque d’inspiration n’était pas inconsciemment voulue afin que je me le remette une nouvelle fois, encore et encore…

Parce qu’il y en a, des choses à dire sans pour autant se sentir obligé de s’acheter un dictionnaire de superlatifs.
Cinq titres à décrire, juste 40 minutes de musique…
Deux personnes, un homme et une femme, lui s’occupant du chant, de la batterie et des guitares, elle prenant les claviers et la basse.
Et ça passe comme une lettre à la poste.
Œuvrant dans un black metal atmosphérique s’inspirant tant de Burzum que d’Altar Of Plagues et de Wolves In The Throne Room, avec un côté spatial proche de Darkspace, Astral Path nous offre une invitation à un voyage intersidéral auquel on adhère de suite.
Le duo est inspiré par la nature et l’univers, sont grands fans de sciences et d’explorations intersidérales… cela se ressent dans l’utilisation des claviers.
D’ailleurs, dès l’intro de « Maroon sea », on se prend quasiment cinq minutes de plages à l’ambiance cosmique, sorte de BO de « 2001 l’odyssée de l’espace » et les images de l’immensité du cosmos nous passent devant les yeux.
Et lorsque le black metal survient, on se prend de suite quelques G dans les gencives de par cette accélération subite du son, l’ambiant laissant sa place à un black metal furieux et rageur.

Et le rendu de ces 40 minutes est absolument fabuleux : on est persuadé que ce coup d’essai est un coup de maître, et fait entrer le duo de plain-pied dans la scène black metal contemporaine.
Lancinante au possible, la musique d’Astral Path se base sur la répétition des riffs à l’envi en laissant la possibilité à l’imagination d’explorer autant que faire se peut les moindres recoins des endroits que le duo cherche à nous faire découvrir.
Et c’est en ça qu’Astral Path est très fort, il arrive à nous pousser loin dans nos envies de découvertes : chaque titre, surtout les plus longs s’étirant entre sept et dix minutes, est une incroyable échappatoire de laquelle on se délecte à chaque écoute.
Un mur de guitares formant comme un brouillard spectral, un chant aussi criard que déchirant, quelques growls bien sentis (« An oath to the void »), des nappes de claviers donnant le ton autant que possible… Astral Path semble avoir trouvé la recette pour nous envelopper tant dans nos fantasmes explorateurs que dans nos craintes de l’inconnu les plus sombres.

Alors oui, j’ai mis beaucoup de temps à me demander comment j’allais décrire cet album et le mieux est encore de se taire… et d’écouter !
Inutile de sortir un morceau par rapport à un autre : « An oath to the void » est un tout indissociable à s’écouter d’une traite, plusieurs fois d’affilée pour en découvrir toutes les subtilités qui en font un album encore plus riche qu’il semble paraître à la première écoute.
Astral Path nous a sorti une œuvre phénoménale qui, espérons, fera date dans l’histoire du black metal contemporain et on a hâte de découvrir la suite.

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître.
Sur ce, j’y retourne !

Tracklist :

01/ Maroon sea (10’06)
02/ An oath to the void (7’38)
03/ Between Appalachia and the shield (7’38)
04/ A virulent delusion (3’57)
05/ To Vega… Nebulous anatomy (10’48)

BandCamp : https://astralpath.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/astralpath/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green