Communication de nos partenaires

Arcturus

Le 23 mars 2014 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


Style:


Date de sortie:


Label:

Aujourd’hui Arno vous propose de (re) découvrir le groupe de Black Metal Arcturus.

Un retour sur plus de dix années en détaillant quatre albums de la formation :Aspera Hiems Symfonia, La Masquerade Infernale,The Sham Mirrors et Sideshow Symphonies.

 

 

 

Arcturus – Aspera Hiems Symfonia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Label : Ancient Lore Creations
Sortie : 03/06/1996
Note : 7/10

La genèse du mythe est-elle à la hauteur ? Honnêtement, à l’écoute d’Aspera Hiems Symfonia, bien malin celui qui aurait prédit l’évolution d’Arcturus. En effet, ce premier album, aussi bon soit-il, ne s’éloigne pas d’un registre Black Métal Symphonique qui me fait bien sûr penser au début d’Emperor (en moins rapide), voire à Evol pour ceux qui se souviennent des Italiens. On retrouve tous les ingrédients futurs mais pour le moment encore masqués par l’appartenance marquée à la scène Black : le chant clair n’est pas permanent, les ambiances baroques sont encore au stade du balbutiement, Hellhammer n’est pas devenu le batteur unique que l’on connaît et même si Arcturus est déjà plus orchestré que la majorité des groupes de l’époque (« Whence & Whither Goest The Wind »), il y a encore le souci de sonner un peu Métal, volonté qui finira pas disparaître dans les albums ultérieurs.
Il est indéniable que cet album tient parfaitement son rang dans la discographie d’Arcturus et qu’il permet de mieux comprendre la progression des Norvégiens : à posséder pour avoir une vision complète de la carrière et se replonger dans un style aujourd’hui disparu.

    Garm : chant
    Carl August Tidemann : guitare
    Skoll : basse
    Sverd : clavier
    Hellhammer : batterie

 

 

Tracklist :
1 : To Those Who Dwellest In The Night
2 : Wintry Grey
3 : Whence & Whither Goest The Wind
4 : Raudt og Svart
5 : The Bodkin & the Quietus (…To reach the Stars)
6 : Du Nordavind
7 : Fall Of Man
8 : Naar Kulda tar (Frostnettenes Prolog)

 

Arcturus – La Masquerade Infernale

Genre : Black Metal Expérimental
Label : Music For Nations
Sortie : 27/10/1997
Note : 9/10

 

Encore un album incontournable sur lequel absolument tout a été dit. Je n’aurais même pas besoin d’en raconter davantage tant ceux qui le possèdent en connaissent déjà l’excellence, l’originalité, la richesse, l’unicité. Pour les autres sachez qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et découvrir les joyaux du passé. Car Arcturus, avec La Masquerade Infernale, a redéfini le Black Métal et l’a changé à jamais : prolifération de claviers instruisant des ambiances baroques, prédominance du chant clair, structures musicales inspirées de la musique classique, constructions mélodiques ahurissantes (le superbe « The Chaos Path », un des meilleurs titres d’Arcturus selon moi), on pourrait ainsi continuer d’énumérer à l’infini les trouvailles folles qui parsèment ce disque.
Si la formation a depuis été plagiée jusqu’à l’écoeurement, personne n’a jamais réussi à égaler la créativité des Norvégiens, la voix théâtrale de G. Wolf ou encore le martèlement intense de Hellhammer, véritable bourreau des fûts. Inutile donc selon moi de poursuivre plus avant, le génie absolu de La Masquerade Infernale se passe de description littéraire, c’est un album qui doit se vivre comme une expérience.

    Line up :
    G. Wolf : chant, électronique
    Knut Magne Valle : guitare
    Sverd : clavier
    Skoll : basse
    Hellhammer : batterie

 

Tracklist :
1 : Master Of Disguise
2 : Ad Astra
3 : The Chaos Path
4 : La Masquerade Infernale
5 : Alone
6 : The Throne Of Tragedy
7 : Painting My Horror
8 : Of Nails and Sinners

 

Arcturus – The Sham Mirrors

Genre : Black Metal Progressif
Label : Ad Astra Enterprises
Sortie : 22/04/2002
Note : 10/10

Non, La Masquerade Infernale n’est pas mon album favori d’Arcturus. Il s’agit de The Sham Mirrors, sans doute le disque le plusProgressif et le moins Métal de leur carrière. Car si je mets un léger bémol sur la production qui manque un peu de puissance, les compositions sont toutes magistrales. Prenez « Nightmare Heaven » par exemple et son pont Electro qui me refile systématiquement la chair de poule puis repart sur une envolée Heavy Prog avec solos majestueux et chant aigu. On fait de la très haute voltige, la musique d’Arcturus étant basée sur un équilibre subtil entre des genres qui, a priori, n’auraient jamais dû se rencontrer.
Alors qu’on pourrait croire que la formation mollit et marche dans les traces de Genesis, les bonnes accélérations de « Collapse Generation » ou « Radical Cut » (seul titre ayant un chant typiquement Black Métal) avec un Hellhammer surpuissant se chargent de nous rappeler qu’Arcturus n’est pas devenu une bande de mou du genou et ce même si les claviers occupent une place prépondérante dans chaque composition. Mais pour quel résultat ! Il suffit d’écouter « Star-Crossed » pour bien saisir l’importance que revêt la musique classique chez Arcturus mais également que les Norvégiens savent la marier à merveille aux guitares.
The Sham Mirrors est l’album parfait d’un groupe au sommet de son inspiration, complètement atypique, inimitable et tout simplement beau. Incontournable.

    Line up :
    Trickster G. Rex : chant
    Knut Magne Valle : guitare
    Sverd : clavier
    Dag F. Gravem : basse
    Hellhammer : batterie

Tracklist :
1 : Kinetic
2 : Nightmare Heaven
3 : Ad Absurdum
4 : Collapse Generation
5 : Star-Crossed
6 : Radical Cut
7 : For To End Yet Again

 

Arcturus – Sideshow Symphonies

 

Genre : Black Metal Progressif
Label : Season Of Mist
Sortie : 19/09/2005
Note : 7/10

Autant il me semblait que jusqu’à présent les changements systématiques de musiciens entre deux albums ne portaient pas préjudice à l’inspiration globale, autant sur ce Sideshow Symphonies, le sentiment de redite pointe son nez. En effet, Arcturus revient à des choses beaucoup plus convenues, proches de La Masquerade Infernale mais l’ambiance de décadence absolue en moins. Certes, Sverdreste un compositeur hors pair et cet album place encore une fois Arcturus en première division mais il n’y a plus de surprises. Je dirais même qu’en ajoutant une seconde guitare, le groupe joue la facilité en rejouant des choses plus simplement Métal alors que c’est justement dans l’innovation que naît la transcendance attendue.
Du coup, je trouve l’album bien trop linéaire (sans parler de la perte de Hellhammer) en dépit de quelques bonnes rythmiques (« Nocturnal Vision Revisited »), Arcturus me donnant l’impression de ne plus savoir où il va, ses expérimentations étant à la fois plus timides et moins fulgurantes.
C’est donc un très bon album si on le compare à ce qui se fait actuellement mais que je trouve en deçà du véritable potentiel créatif d’Arcturus : une (petite) déception.

    Line up :
    Simen Hestnaes : chant
    Knut Valle : guitare
    Steinar Sverd : clavier
    Hugh Mingay : basse
    Von Blomberg : batterie
    Tore Moren : guitare

Tracklist :
1 : Hibernation Sickness Complete
2 : Shipwrecked Frontier Pioneer
3 : Deamon Painter
4 : Nocturnal Vision Revisited
5 : Evacuation Code Deciphered
6 : Moonshine Delirium
7 : White Noise Monster
8 : Reflections
9 : Hufsa

 

Facebook : https://www.facebook.com/arcturusnorway

Myspace : https://myspace.com/arcturusnorway

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green