Communication de nos partenaires

Arckanum – Helvítismyrkr

Le 27 octobre 2011 posté par Gwenn

Line-up sur cet Album


Shamaatae : Chant et tous les instruments

Style:

Black Metal

Date de sortie:

16 Septembre 2011

Label:

Season Of Mist

Note de la Soilchroniqueuse (Gwenn): 7,5/10

Arckanum, tiens, encore un « one man band » de Suède qui refait son apparition. Nés en 1992, évidemment pas de la dernière pluie. Septième album baptisé de manière complètement imprononçable,  Helvítismyrkr. Autant la flopée d’EP, de démos, et les 5 premiers opus étaient incroyables, autant Sviga Lae ne m’avait pas marquée à ce point, d’où le choix de la chronique du dernier pour me faire changer d’avis. Il n’est jamais trop tard.

Un œil sur la pochette et même les deux, car ça vaut le coup. Elle est magnifique, cette pochette. Une peinture que je qualifierais de parfaite en son genre, représentant une forme maléfique sortie tout droit des enfers ou du coin le plus reculé du Mordor. Un crâne de cheval flotte dans ses tentacules et les os présents en bas sont frappés de signes qui appartiennent, sans trop m’avancer, à l’alphabet runique.

Neuf morceaux, soyons fous, « neuf anneaux pour les gouverner tous », composés par l’anneau unique, Shamaatae. Ce personnage a d’ailleurs précisé sur sa page Myspace qu’il a décidé purement et simplement de supprimer ce mode de médiatisation, ne supportant pas l’aspect commercial de Myspace qui passerait largement avant la qualité du contenu. Il n’a pas tort mais c’est un autre débat. « Helvitt » est marqué par une guitare présente et incisive dans sa rythmique, et surtout une voix toujours aussi agressive et je dirais… « Spontanée » (rires). Une manière de marquer l’ambiance au fer rouge sans attendre. Structuré, le morceau est contrasté selon le mode Arckanum et ça ne sera pas pour déplaire aux adeptes. « Myrkrin Vinna Hefnt » est similaire au premier titre au premier abord. Le passage plus lent du milieu est toutefois plus malsain, plus sombre et très intéressant de par l’exploitation du son de la guitare. « Ór Djúpum », dans les mêmes tonalités, s’organise différemment et l’effet rendu est plus brut, « raw », pour les puristes. Un chant des plus cassé, des plus noirs souligne sa rythmique ponctuée d’un solo qu’on dirait composé par le Mal lui-même. « In Svarta » débute différemment, juste avec la guitare qui se fait mystérieuse. Un morceau qui prend aussitôt des allures « dépressive BM » avec une rythmique mise en profondeur, lente, lourde, simple, répétitive et noire. Une belle composition. Sans voix, cependant.

« Nifldreki » reprend la vélocité du début de l’album et monte encore d’un cran la noirceur du résultat par une gestion magnifique de ses contrastes, alors que « Svartr ok Þursligr » change aussitôt de tonalité en allant dans des riffs plus rapides qui endossent des sons de violons étranges et très bien utilisés, apportant originalité et noirceur. « Þrúðgelmis Hlaut » est un peu l’apothéose de cet opus, parfaitement maîtrisé, propre et « raw » à la fois, bien que reprenant peut-être un peu trop les riffs précédents à quelques moments.

Le dernier morceau, qui contient un outro digne du génie…  achève cet opus butant dans les rochers infernaux. Pas de modification majeure dans la gestion du son ou de sa structure en comparaison avec les morceaux précédents mais on reste dans l’esprit brut de coffrage d’un album qui vaut le coup d’être dans une discothèque. Un album qui s’assume et qui ne fait pas de sentiments, qui mérite d’être écouté plus d’une fois car c’est une atmosphère unique qui se fait comprendre ou non. Pas de demi-mesure avec Arckanum.  Ça n’a jamais été le cas d’ailleurs.

Myspace: http://www.myspace.com/officialarckanummyspace

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green