Communication de nos partenaires

Alice Cooper – Along Came a Spider

Le 23 janvier 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Keri Kelli - Guitare Eric Singer - Batterie Chuck Garrick - Basse Damon Johnson - Guitare Alice Cooper - Chant

Style:

Classic hard rock divin

Date de sortie:

29 juillet 2008

Label:

SPV Records
4 titres. 4 titres pour vous parler du retour du Maitre l’été dernier avec un 25eme album studio intitulé Along came a spider. Effectivement ca fait peu, mais exigences labellistiques obligent, nous allons devoir nous contenter de ceci pour vous décrire ce réel retour aux sources entamé depuis plusieurs années. En effet avec ce skeud, Alice Cooper revient dans un style presque garage qui nous rappellera la période School’s out où il sortait un disque tous les ans. Très rock n’roll dans l’âme, on sent toutefois l’influence de la modernité, et si vous tendez bien l’oreille, vous entendrez ci et la quelques sonorités indus bien placées.Bon vous allez me dire : oui mais dans d’autres webzines, ils ont chroniqué le cd entier. Je ne vous mentirai pas, j’ai regardé quelques chroniques de mes chers collègues, qui pour la plupart sont plutôt encourageantes quant à la qualité du CD. Alors à quoi servirait ce que je suis en train de vous raconter ? A faire plaisir au label, à se faire plaisir soit même, à rien, à faire plaisir aux lecteurs qui s’abreuvent de chroniques, aux fideles qui ne jurent que pas notre nom, etc. Franchement, chacun se fera son avis. Moi, j’essaye de vous en parler afin de faire passer un ressenti, un feeling comme on dit, qui évidemment sera le mien, mais qui en tout les cas je l’espère vous apportera une petite clé (de Fa pour bien le faire) supplémentaire dans votre choix d’écouter, d’acheter, d’aller voir en live quand même un des plus grands hard rockeurs de tous les ans.

Maintenant que les choses sont claires, passons au contenu de cet Along Came the Spider. D’abord, plantons un peu le décor. Les 11 titres racontent l’histoire de Spider, un serial killer, à la fois fasciné et horrifié par tout ce qui touche au monde des araignées. Avec un objectif morbide de reconstituer une sorte d’araignée humaine, il se met à tuer afin de récupérer quelques membres bien poilus (sympa pour les nénettes qui venaient de s’épiler). Sauf qu’au moment de tuer sa dernière victime, il en tombe amoureux, et ne peut donc arriver à ses fins. On reconnaît bien l

à le style Cooper, avec dans sa musette de l’amour, de la mort, du psychédélique, de l’absurde, du sadomasochisme, etc.Jusqu’au point d’évoquer un côté schizophrène, quand l’auteur de l’histoire se fond dans le personnage principal. Alice Cooper EST Spider, et le morceau Catch me if you can ne nous laisse aucun doute, Dr Jeckill est bien parmi nous. Un rock bien épuré, un refrain accrocheur, des ambiances mystiques bien placées, bref, un classique made in Alice en puissance. Et ce n’est pas le bon gros morceau Vengeance is Mine qui viendra contredire ca. Appuyé par un Slash (Gun’s & Roses) déchainé, Alice montre une fois de plus que presque 40 ans après ses débuts, la patate est encore la. Certes, il n’y a aucune nouveauté (mise à part l’interlude presque electro à mi parcours), et on s’en doutait par avance, Alice fait du Alice. En même temps, si ce n’était pas le cas, on le lui reprocherait grandement, alors… (In Touch With) Your Feminine Side suit dans la même lignée, du pur hard rock bien rythmé qui donne vraiment envie de chanter…On a peine à croire que c’est un psychopathe qui fredonne cette douce mélodie. Alors forcement, quand on entend la ballade Killed by love, aux inspirations fortement Beatliennes, on est désagréablement surpris. C’est bateau, c’est gnangnan… replacé dans le contexte de l’album, ce morceau a peut être sa place. Mais à en croire d’autres chroniqueurs, ce ne sera pas

un moindre anachronisme j’ai presque envie de dire.En résumé, oui, c’est possible de faire une chronique avec 4 morceaux, un cd promo qui est sensé représenter au mieux l’album. Je n’ai pas parlé de la prod qui est vraiment nickel, très agréable, très légère paradoxalement à la musique du Maitre. Et quand on bosse avec des mecs comme Danny Saber, Greg Hampton ou encore Ozzy Osbourne (apparition à l’harmonica sur Wake the Dead), le résultat est forcement au niveau auquel on l’attend. Un skeud de plus dans la grande histoire d’Alice Cooper. Pas le meilleur, mais pas le pire non plus…

Son

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green