Communication de nos partenaires

Live report & vidéos : Bloodybarbie


Je rêvais de ce jour depuis 3 ans, depuis la première fois que je les avais vus… Je m’en souviendrai toujours de cette date, puisque j’étais tellement possédée par la musique et le show que mon corps m’avait lâché (mes cervicales éclatées) et que j’avais dû prendre un taxi pour rentrer car aucun mouvement de plus n’était possible, que j’avais épuisé TOUTE mon énergie – et j’avais également posé mon lendemain car j’étais en mille morceaux tellement le concert de Born of Osiris était une tuerie au sens (presque) propre du mot. C’était une affiche inoubliable avec Betraying the Martyrs, Buried in Verona et After the Burial, dans cette magnifique et grande salle MJC Ô Totem en banlieue lyonnaise… Alors que les parisiens n’avaient qu’un petit Glazart pour une date aussi majestueuse. Heureusement pour cette tournée spéciale « Sumerian Alliance » (comme la précédente d’ailleurs), regroupant les groupes de ce même label d’excellence en matière Metalcore/Deathcore/Djent, Sumerian Records. Et pour cette tournée, Born Of Osiris est accompagné de Veil of Maya en co-tête d’affiche, Volumes et Black Crown Initiate. Et heureusement pour nous, ça se passe à la Flèche d’Or et qui a fait un sold-out (plus de 400 personnes), le contraire m’aurait étonné ! On devine d’avance quel va être la température de la salle et le taux d’humidité vu la qualité des groupes de ce plateau et puis c’est du Deathcore/Metalcore !

Un petit pincement de cœur lorsque, quelques jours avant, on apprend que BoO ne jouera que 40 minutes (une décision du groupe), équitablement avec Veil of Maya,…Mais tant qu’on a une dose, même si ça ne sera jamais assez, on est contents !

 

Black Crown Initiate : l’initiation

Une des belles découvertes core de 2016 il y a quelques mois grâce à leur promoteur en France, Black Crown Initiate, originaire des USA (Pennsylvanie) et formé en 2012, a fait fort avec ce deuxième et excellent album « Selves we cannot forgive » (chroniqué par nos soins par ici : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/black-crown-initiate-selves-we-cannot-forgive ), après un EP sorti en 2013 et un premier album en 2014. Voilà un groupe qui ne connait pas le chômage, car il a surtout plein d’imagination et d’hyperactivité ! C’est d’ailleurs un peu l’intrus de la soirée, d’abord parce qu’il ne fait pas parti des Sumerian Records, mais aussi parce qu’il n’y a pas grand-chose de commun avec les trois autres groupe de core de la soirée : c’est du Death progressif et mélodique parfois un peu old-school et avec de beaux soli, c’est bien plaisant !

Aujourd’hui était un jour spécial pour eux puisque c’est leur toute première fois sur scène en France ; les musiciens sont émus ! Un set de moins de 30 minutes mélangeant des extraits des deux albums ainsi que de l’EP,  pour tenter de conquérir de nouveaux fans…

Verdict : ceux qui ne connaissaient pas ont aimé et ceux qui connaissaient déjà l’album ont préféré l’album. La raison ? Probablement le choix des morceaux ou peut-être le fait que ça ne soit pas assez violent pour les deathcoreux. J’entendais des remarques du style « le groupe ne bouge pas trop sur scène… » Hé, c’est pas du Deathcore, voyons !

 

Alors que le thème de la soirée était « boire et bouger », BCI a choisi une setlist un peu posée, avec une ambiance doomesque, privilégiant le chant clair du bassiste plutôt que les growls du chanteur (qui parfois se barrait en laissant la partie vocale au bassiste). Bizarre ! Ce qui nous a tous marqués, c’est la barbe du guitariste Andy Thomas (qui assure le chant clair également), qui est aussi longue que le sont ses cheveux ; je n’ai jamais vu une barbe pareille ailleurs que celle de Gandalf et Saroumane dans le Seigneur des Anneaux ! Je ne sais pas comment il fait pour éviter qu’elle se coince entre deux cordes ou même pour l’entretenir, la laver, la brosser, et surtout supporter la chaleur des concerts… Enfin, vous allez me dire que pour le groupe d’ouverture et qui commence pas très fort dans le tempo, ça va encore, c’est pas comme ça qu’ils risquent de chauffer la salle jusqu’à  100°C. Le son était propre et les musiciens assez émus de leur première fois dans la capitale française puisqu’ils l’ont précisé par deux fois d’affilée ! Les notes de piano sont jouées sur bande et le jeu prog’ du batteur est assez raffiné et remarquable. Les growls sont assurés par James Dorton !

Un set court pour de merveilleux morceaux longs, la demi-heure est passée très rapidement et j’ai pris mon pied !

Setlist Black Crown Initiate:
– A great Mistake
– The fractured One
– For red Cloud
– Selves we cannot forgive
– Purge
– Stench of the Iron Age

 

 

Volumes : place aux gros cubes !

Petit quart d’heure de répit avant que la tornade auditive ne s’abatte sur nos oreilles, « après le calme, la tempête » comme on dit et, à partir de Volumes, la tempête n’aura de cesse qu’à la fin du show. Dès lors que Volumes franchit le plancher, la salle bouillonne et le pit tourbillonne !

Les américains (oui, encore des ricains) connaissent bien le coin puisqu’ils reviennent un an après leur précédente date parisienne avec Of Mice and Men à la Machine, cette fois-ci pour chauffer le plateau pour les deux têtes d’affiche ! Volumes, c’est un cocktail de Metalcore avec arrière-goût de Djent, un groupe qui ne peut que ravir les fans de Meshuggah (comme quoi…)

Volumes, ce sont d’abord deux chanteurs qui se partagent non pas le micro, mais le chant : Gus Farias (qui est d’ailleurs le frère du guitariste Diego) pour les passages rappés ou les growls de temps à autre et, au chant clair, leur nouveau chanteur Myke Terry (également celui de Burry your Dead), qui remplace Michael Barr suite à son départ du groupe, et qui a été remplacé par celui de Born of Osiris suite à l’annonce inattendue qui coïncide (d’après les histoires qui circulent sur le net, bien sûr) avec leur tournée américaine en 2015. Si théoriquement ils sont sensés se partager le chant, en live, ils chantent sur le même ton généralement !

 

Riffs syncopés, guitares sous-accordées, le set commence fort avec les deux meilleurs titres extraits de leur tout dernier album en date, « No Sleep » de 2014 : « 91367 » (en référence à leur propre label, 91367 Records, sous lequel est sorti l’album entre autres) et « The Mixture » au groove poignant. Ne seront pas oubliés non plus les tubes de leur disco « Feels good » et « Erased ».

Volumes commence à devenir une des grandes référence de la scène alliant Djent et Metalcore grâce à l’efficacité de leur riffs, bien qu’assez simples finalement.

Volumes, c’est aussi un Myke Terry complètement surexcité qui a la bougeotte : la scène ne lui suffit pas, encore lui faut-il grimper sur les poteaux ! Un groupe très proche de son public qui n’hésite pas à aller vers lui. Il y avait aussi beaucoup de fans de Volumes dans le public, quand je dis « fans », je parle des « true », ceux qui connaissent les paroles de tous les morceaux et à qui d’ailleurs Myke n’a pas eu peur de leur prêter son micro le temps d’un refrain ou un couplet !

On notera la courte intervention de Lukas, chanteur de Veil of Maya, le temps d’une minute, une pratique assez fréquente de faire intervenir les chanteurs des autres groupes de la tournée.

Le groupe s’excusera à la fin par un « on n’a plus de morceaux à jouer » et s’éclipsera en backstage tout en nous saluant.

Certes, ce n’est pas le niveau de violence qui nous attend pour Veil of Maya et encore moins celui de Born of Osiris, mais ça a bien suffit pour chauffer la salle après le calme établi par Black Crown Initiate. Mieux vaut garder un peu d’énergie pour les tueries qui suivent !

Setlist Volumes:
– 91367
– The Mixture
– Vahle
– Feels good
– Erased
– Wormholes

 

Veil of Maya : « cette petite à Veil porte le nom de Maya »

Toujours des USA (parce qu’ils excellent dans le Deathcore ou le Core en général), passons maintenant aux grands maîtres de la soirée, à commencer par les américains (oui, oui, c’est une soirée de groupes américains) de Veil of Maya, que certains d’entre nous ont eu l’occasion de voir accompagnant Periphery dans sa tournée et à la Flèche d’Or en Décembre 2015 (un concert inoubliable, d’ailleurs).

Veil of Maya, c’est du Metalcore avec du chant clair ou hurlé, contrastant des riffs bien lourds du Djent, et un jeu de guitare sous-accordée pour relever le son, sans oublier cette sacrée basse qui claque. D’ailleurs, les américains sont encore en tournée pour défendre leur dernier et très bon album « Matriarch » sorti en fin 2015. C’est pour cela que la setlist n’est pas si différente de celle de la précédente tournée, à deux trois morceaux près la même que la précédente (5-10 minutes de plus). Toujours un plaisir de les revoir sur scène ! Je n’ai connu VoM en live que depuis l’arrivée du nouveau vocaliste Lukas Magyar, qui gère comme un dieu, que ça soit en terme d’interaction ou de chant mais avec un timbre vocal bien différent de celui d’Adam Clemans, privilégiant le chant claire (on sait bien que le Metalcore en chant clair, ça ne pardonne pas !)

 

Veil of Maya ne joue pas sur la même batterie que les deux précédents groupes, donc déménagement de toute la batterie ! Mais ils rendront la pareille à Volumes en invitant Myke à se joindre à eux au chant pendant quelques secondes ! Quand on a vu VoM une fois on ne risque pas d’oublier la guitare rose à 7 cordes de  Marc et son jeu technique formidable ainsi que son sourire et sa bonne humeur. Ils intervertissent de place, le bassiste et lui, histoire de casser cette tradition de toujours garder son sport et aussi de saluer l’autre partie du public. Les slams commencent à se multiplier et le roadie doit gérer le flux arrivant en l’évacuant par le fond de la scène !

Quand on est fan de VoM, il faut connaître les paroles des titres les plus célèbres comme « Mikasa » ou « Ellie », et toute la salle se met à chanter ; assez impressionnant, je vous avoue (je n’ai pas eu un tel souvenir l’année dernière).

Setlist Veil of Maya:
-Nyu
-Leeloo
-Ellie
-Punisher
-Lisbeth
-Three-Fifty
-Crawl Back
-It’s Not Safe to Swim Today
-Phoenix
-Aeris
-Unbreakable
-Lucy
-Mikasa

 

Born of Osiris : pas de “momie blues”, c’est direct “born to be… a live” !

Changement de batterie (encore, oui, encore…) et pause d’air frais, parce que ça commençait à devenir le sauna, là ! Avant que le show ne commence, le batteur géant distribue généreusement des tomates-cerise au premier rang (il a surement pas dû aimer et voulait s’en débarrasser) puis s’installe tranquillement sur sa machine de guerre. Les lumières s’éteignent et que guerre commence (je me suis bien échauffé les cervicales, cette fois).

Born of Osiris est pour moi LA SUPRÉMATIE, les dieux du Deathcore, le groupe qui n’a pas d’égal et dont chaque morceau est une merveille, pensé et composé à la perfection. Deux éléments très importants à qui l’on doit (presque) toute cette authenticité : le jeu de guitare de Lee McKinney, ultra-méga-technique et des riffs uniques basés sur des tappings et des syncopes. Bien évidemment, inutile de préciser l’importance de cette basse claquante 7 cordes de David Darocha et du chant growlé et tout puissant de Ronnie qui donnent cet aspect agressif aux morceaux, le chant clair (de temps à autre) du claviériste adoucissant certains morceaux comme « Throw me in the Jungle », le tout supervisé par le métronome au jeu subtile !

 

Le quintet américain a été formé officiellement sous le nom de BoO en 2007 et depuis, il nous offre tous les deux ans un chef d’œuvre. Leur créativité et imagination ne chôment jamais ! Cette tournée est menée en guise de promotion du dernier album en date (2015), « Soul Sphere », qui arrive un peu en retard par rapport à la sortie. Une bonne partie de la setlist puise dans cet album (« Throw me in the Jungle », « Resilience », « The other Half of Me »), sans oublier tous les meilleurs morceaux des autres opus… J’ai dit « meilleurs »? Non mais tout est « meilleur » chez BoO, même si mes deux gros coups de cœur resteront toujours « Illusionist » et « Machine ». On notera la générosité du guitariste Lee, qui donne son médiator après chaque morceau, et qu’il y avait un morceau qui lui tenait spécialement à cœur puisqu’il s’est mis à chanter sur « Throw me in the Jungle ». La meilleure place est évidemment en face du guitariste pour admirer son jeu parfait et sans la moindre faute ; rien ne le déconcentre, même s’il vous regarde et vous sourit, absolument impressionnant ce gratteux ! Le claviériste est assez foufou : il quitte le clavier quand ça lui chante et va chanter un peu, puis regagne son clavier, et ainsi de suite, et d’un coup en le retrouve sur le dos, recroquevillé en position fœtale à émettre des cri de bébé à la fin d’un des morceaux… c’est à mourir de rire (je ne sais pas ce qu’il a bu avant de rentrer sur scène).

On ne pourra pas dire que le roadie n’aura pas fait son ange gardien, vu le nombre de slammeurs qui atterrissent sur scène !

Bien évidemment le public en réclame, encore et encore, Born of Osiris revient pour un rappel d’un morceau. Le bassiste ne reviendra pas sur le tout dernier, et le claviériste a comme une préférence pour le chant, lançant ses notes de claviers sur bande et prenant le micro pour accompagner le frontman sur « Follow the Signs ».

En espérant revoir BoO très rapidement et non pas dans 3 ans !

Résumons cette superbe soirée : excellent son pour tous les groupes (je le précise parce que c’est rare), excellent set pour tous les groupes, bonne humeur des musiciens au rendez-vous et bonne ambiance dans le public, un public avec une moyenne d’âge de 22 ans voire plus jeune (certains accompagnés par leurs parents), des jeunes qui ont très bon goût musical – il reste de l’espoir dans cette jeunesse (on se sent bien vieux quand on frôle la trentaine). Cette soirée, c’est aussi la générosité hautement appréciable d’avoir rallongé le set de Born of Osiris de 10 minutes, une chaleur horrible (le cas contraire aurait été ballot, c’est du Deathcore, voyons), un merch’ de BoO très décevant dans lequel il manquait beaucoup de beaux T-shirts de BoO (qui n’étaient pas au stand et que certains espéraient se procurer sans payer des frais de port) ni davantage de CDs. Sinon, très beau merch pour les autres groupes… Par ailleurs, dommage pour le choix des lumières qui n’étaient pas géniales ni adaptées pour les photographies !

Un grand merci à Alternative Live pour avoir permis cette soirée et date inoubliables ainsi que pour l’accréditation, et un autre grand merci à tous les groupes pour nous avoir fait vivre une telle soirée. Vivement la prochaine tournée de BoO !

 

Setlist Born of Osiris:
-The Other Half of Me
-The Sleeping and the Dead
-Exhilarate
-Illusionist
-Open Arms to Damnation
-Empires Erased
-Resilience
-Goddess of the Dawn
-Throw Me in the Jungle
-Divergency
-Abstract Art
-Bow Down
-Machine

Encore:
-Follow the Signs

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green