Communication de nos partenaires

Primal Age

Le 6 mars 2017 posté par Metalfreak

Interviewer : Willhelm von Graffenberg
Interviewés : Primal Age
Photos : Sunickann

 

IMG_6809

 

Peu de temps avant leur set au Gisors Metal Fest, xDidierx [chant], xDimitrix [basse] et Benoit [guitare] nous ont accordé un entretien sur l’origine de ce nouveau festival et la parution de leur prochain EP.

• Bonsoir messieurs et merci de nous accorder cette interview.

XDidierx : bonsoir à toi.

 

• Au départ plutôt trempés hardcore de la scène new-yorkaise, vous oscillez petit à petit entre Hardcore et Metalcore teinté de Thrash… Dans une interview pour Relikto en 2015, vous disiez : « Bien sûr il y a eu quelques évolutions au niveau technique mais nous ne suivons pas les modes. Nous avançons avec ce que l’on aime » Justement, qu’est-ce que vous aimez et qu’est-ce qui vous fait avancer. En clair, quels groupes vous ont inspirés et vous inspirent actuellement ? Quels sont ces groupes qui vous ont donné envie de vous lancer dans l’aventure ?

XDidierx : Personnellement, des groupes comme Sick of it all, Madball, Agnostic Front, toute la vague hardcore… et coté metal, Metallica, Slayer, Machine Head, Kreator, Pantera.

XDimitrix : Pareil !

XDidierx : On est de la même génération donc forcément on a écouté les mêmes groupes. Benoit est plus jeune donc c’est un peu différent…

 

• Une belle aventure déjà : Europe, Mexique, Japon, Brésil… C’est quoi le prochain pays en lice pour une tournée de Primal Age ?

XDimitrix : On aimerait bien retourner au Japon déjà, dans un premier temps. Après, dans les pays qu’on n’a pas encore faits, on a toujours des propositions mais qu’on n’a pas réussi à concrétiser comme le Danemark et les pays scandinaves, le Portugal, la tournée des pays de l’Est… C’est financièrement qu’on n’arrive pas à monter les projets. Et comme on est amateurs purs, faut concilier tout ; déjà quand on prend une semaine de vacances pour enregistrer un album, on ne peut pas mettre le reste des vacances à tourner. Faut faire des choix.

 

• De tous ces pays dans lesquels vous avez tourné, lequel vous a le plus marqué et pourquoi ?

XDimitrix / XDidierx [en chœur] : Le japon !

XDimitrix : Parce que c’est ce qui est le plus « exotique », c’était un rêve de très longue date. En plus, on avait des personnes qui y distribuaient nos albums depuis une quinzaine d’années. Ça a été assez spécial. On pensait qu’on n’aurait jamais l’opportunité d’y aller : ça s’est fait et on était très contents. Le Mexique nous a marqués aussi mais dans un autre sens… [Rires]

XDidierx : C’était plus exotique mais dans le mauvais sens… Mais ça forge l’expérience, ça forge le caractère, ça permet de souder les liens.

XDimitrix : Mais j’ai plus envie de retourner au Japon qu’au Mexique, moi.

IMG_6844

• Hatebreed, Napalm Death, Nostromo et j’en passe : il reste des groupes auprès de qui vous aimeriez partager la scène et/ou les dates ?

XDimitrix : Y a un groupe qu’on connait avec Didier de très longue date, c’est un des seuls qu’on n’a pas réussi à approcher pour le moment, c’est Sick of it all. Alors, on n’est pas tout à fait dans le même registre, voire pas du tout, mais ça fait parti des groupes qui nous ont vraiment marqués et qui sont restés, pour nous, un modèle au niveau énergie sur scène et dans leur intégrité. Donc ça nous ferait vraiment plaisir de pouvoir jouer avec eux au moins une fois. Sinon on a fait à peu près tout le monde.

XDidierx : Madball, Agnostic Front, Strife, Hatebreed, Napalm Death… Le Big 4… Pas sur la même scène [Rires] mais c’était une bonne expérience.

 

• Vous êtes à l’origine de l’idée de ce Gisors Metal Fest, première édition qui se veut pérenne. D’où vous est venue cette initiative ? C’est une commande, une envie ? Vous souhaitez que ce festival naissant prenne la même amplitude que d’autres sur lesquels vous êtes passés (Hellfest et Arts Bourrins en 2007, Sonisphere en 2011, etc.) ?

XDidierx : Déjà on est trois à l’origine: Benoit, Marine et moi-même. On avait déjà joué ici à Gisors en 2012 avec Primal Age et l’idée est revenue de faire une date, pour la consacrer à la sortie du nouveau CD, pour nous. En plus, avec Benoit qui joue dans Asphalt, un groupe quasiment local, ça permettait aussi de faire découvrir des jeunes talents de Gisors, comme nous quand on a démarré il y a plus de vingt ans. On m’a proposé le projet, le maire étant branché Metal (la chance qu’on a déjà) et ayant aussi l’envie de redynamiser la ville, comme dans les années 90 avec Lofofora, Mass Hysteria, nous a donné l’accord et c’est parti comme ça.

Benoit : L’idée est venue principalement de Didier, par rapport à l’EP qu’on allait sortir : pourquoi ne pas fêter ça dignement ? Comme beaucoup des relations qu’on a, moi et Didier pareil… Moi qui joue dans Asphalt principalement de Gisors, My own Fear avec un membre de Gisors, Primal Age aussi… « Pourquoi ne pas faire quelque chose à Gisors ? » Ça a déjà été fait par le passé. Et comme ça fait la release party de notre EP.

XDidierx : Après, l’idée, c’est d’en faire un tous les ans, mais de grossir, c’est un énorme travail au niveau promotionnel pour arriver à remplir, ramener des groupes… Faut déjà trouver une bonne tête d’affiche : là, on avait The ARRS, ce sont des amis de longue date. On va faire un bilan avec la mairie et on verra si on fera d’autres éditions.

 

A silent Wound, votre prochain EP, sort le 3 mars [2017], une vidéo audio du morceau éponyme est actuellement écoutable sur le Net. Pourquoi le format EP et pas LP pour cette nouvelle production ?

XDidierx : [Rires] Disons qu’avec le recrutement de Benoit et de Flo [guitare], on était un petit peu pressés par le temps. Un album, c’est long à couvrir, à mettre en place, à travailler… Donc on a trouvé que l’EP était une bonne idée et on a un ami qui s’appelle Sylvain, qui joue dans Seeker of the Truth à la batterie et qui a joué dans Absone, un autre side project qu’on avait en parallèle dans les années 2000, et qui joue de la guitare aussi, qu’on avait emmené sur les deux tournées Brésil et Japon, et quelque part il nous a donné des morceaux dont il savait pertinemment qu’il ne ferait rien. Ça pouvait coller et ça a collé avec l’image du groupe, parce qu’il nous connait depuis 20 ans. Du coup, il nous a un peu offert ça sur un plateau en disant : « faites-en ce que vous voulez » ; on a décidé de les prendre et on l’a aussi fait participer à l’enregistrement à Marseille.

IMG_6788

• Vous êtes passés de quatre membres à cinq membres. Est-ce que ça a eu un impact sur votre manière de composer et/ou concevoir un morceau, dans son aspect live par exemple ?

XDimitrix : On était cinq à l’origine. On s’est retrouvés à quatre par la force des choses avec le départ d’un guitariste, on est resté pendant un an, un an et demi à chercher un autre guitariste sans trouver quelqu’un avec qui ça collait parfaitement. Pensant tourner à quatre et qu’on s’est rodés à quatre, on a fini par dire : « on est reste à quatre ». Puis avec le départ du guitariste, on s’est dit : « tiens, c’est l’occasion de revenir à une formation à cinq ».

 

• Benoit, tu es le petit nouveau venu dans le groupe : comment l’as-tu intégré et qu’est-ce qui t’a motivé à en faire partie ?

Alors, le groupe, je le connais depuis pas mal de temps : j’avais été les voir en concert en 2012 à Gisors, à Evreux avec Ultra Vomit. J’avais pas dans l’idée forcément de faire de ma passion vraiment de la musique, jusqu’à mes années de collège où j’ai vraiment commencé la guitare, mes premiers concerts : c’est ce qui m’a donné le gout de la scène, en fait. Par la suite, avec le lycée… Et puis un jour, j’ai vu l’annonce de Primal Age sur leur page et je me suis dit : « Pourquoi pas ? Je suis pas une brèle donc autant essayer ; qui ne tente rien n’a rien… » et au final ça s’est avéré très bénéfique pour moi.

 

• A ce sujet : qui compose et écrit les textes dans le groupe et comment se déroule votre processus ?

XDidierx : Pour les textes, j’ai plus tellement le temps d’écrire. Après rien n’est figé dans le groupe : on part d’idées évidemment, on essaye d’optimiser la composition, c’est-à-dire qu’on n’est plus au stade de la répétition : « Tiens j’ai un riff, on fait ça »… On essaye de mettre des choses en boite en amont, chacun chez soi, et après on travaille. Si quelqu’un a une idée, un thème précis, Dimitri écrit et a écrit ces dernières années sur quasiment la totalité des morceaux et s’il y en a certains que j’aimerais aborder, je balance quatre phrases de texte et comme on se connait depuis vingt ans… Toujours ciblés sur le thème principal du groupe. Mais rien n’est figé, je m’intéresse aussi à la batterie, aux guitares…

XDimitrix : Tout le monde peut donner son avis, on essaye d’être le plus constructif possible.

IMG_6843

• Le groupe existe depuis 1993, donc plus de 20 ans de carrière déjà, et peu d’enregistrements au final : votre premier EP The Light to purify en 1999, les albums A Hell Romance en 2007 et The Gearwheels of Time en 2010. Dans quelques jours paraitra votre nouvel EP A silent Wound… Qu’est-ce qui vous prend tant de temps entre chaque production ?

XDimitrix : On a souvent pris notre temps parce qu’on n’est pas tenus par une maison de disque contrairement à des groupes qui ne font que ça et sont obligés de sortir des albums très régulièrement. Jusqu’à présent on n’a pas eu à regretter un enregistrement : on y allait quand on avait ce qu’il fallait, la matière, qu’on avait laissé murir des morceaux… On a cette chance de pouvoir faire à notre rythme, mais c’est vrai que ça fait peu d’albums.

 

• Sur ces 20 ans, vous avez fait un break entre 2000 et 2005. Pour quelles raisons ?

XDimitrix : Au début, c’est qu’il y avait un side project, Absone, qui a joué entre 2000 et 2005. Au départ, c’était une association de Primal Age avec des membres de Seeker of the Truth et à la fin du groupe, c’étaient les mêmes formations. Comme ce groupe-là prenait de l’ampleur, on a beaucoup tourné dans toute l’Europe essentiellement. En même temps, celui qui avait composé The Light to purify chez nous était essoufflé à ce moment-là, y avait plus rien qui sortait donc on s’est concentrés sur notre side project et Primal Age s’est arrêté.

IMG_6932

• Votre dernier EP a été masterisé par Chris « Zeuss » Harris, en charge des albums de Rob Zombie, Agnostic Front, Hatebreed, Shadows Fall, etc. Qu’est-ce qui a motivé votre choix de faire appel à lui ?

XDimitrix : Justement, ses productions, notamment le son qu’il a avec Hatebreed… On sait que c’est pas sur le master qu’il faut l’usiner. Des gens qui ont une patte particulière pour faire sonner vraiment des albums, ça vaut le coup de faire appel à eux. On avait eu le cas avec Allan Douches pour A Hell Romance, c’est des gars dont c’est le boulot, on avait envie de leur confier notre album et on est très contents du résultat.

 

• Votre prochain EP, qu’aura-t-il de comparable et de différent par rapport à vos précédentes productions ? Est-ce que le fait d’être géré par Chris Harris a eu un impact sur votre composition ou votre son ?

XDimitrix : Dans la composition, non pour des raisons déjà expliquées. Après, l’idée de la masterisation est venue ultérieurement. Par la suite, il faudra qu’on voie pour intégrer pleinement les deux nouveaux guitaristes, qu’ils participent au projet : on a quelques amorces de morceaux mais… on prend notre temps [Rires], on ne va pas donner de dates… On verra.

IMG_6732

• Vous êtes investis dans la cause vegan, que ce soit en paroles (celles de vos chansons) ou en actes (ce soir est présent un stand vegan Rouen Veg) : en quoi pensez-vous que cette cause soit importante ou essentielle ?

XDimitrix : Pour nous, c’est un des points de démarrage du groupe. On avait cette philosophie commune chez la plupart des membres. C’est vrai que ça a été un thème récurrent dans tous les albums : y a toujours 3-4 morceaux qui vont traiter soit des OGMs, soit de la déforestation, de l’exploitation animale en laboratoires ou autres. C’est un thème qui nous tient à cœur. Pour nous, c’était un peu une cause perdue au démarrage et aujourd’hui, on se rend compte que ça a quand même un retentissement plus important. Cette année, on n’en a jamais autant entendu parler dans les media, on ne pensait pas que ce terme deviendrait commun ; comme quoi les choses évoluent… Donc on est contents d’avoir participé un petit peu à cette prise de conscience et chez nous, ça reste quelque chose de très important au niveau des textes.

 

• Merci à vous d’avoir répondu à ces questions et bon concert à suivre.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green