Communication de nos partenaires

Interview Myrath

Le 11 octobre 2016 posté par Metalfreak
Interviewer : Excalibur & Chris Besse
Interviewé :  Zaher Zorgati (Raismes Fest 2016)
Photo : Chris Besse
Vidéo : Excalibur

Excalibur : Bon, je te préviens, c’est ma première interview…déjà, je suis rassurée, je n’ai pas à la faire en anglais..
Je vous avais vus il ya a quelques années sur Limoges à Lennon lorsque vous tourniez avec Orphaned Land. Je ne connaissais absolument pas le métal tunisien à l’époque. La scène métal en Tunisie est très développée? Vous y tournez beaucoup?
 

Zaher Zorgati : Non. Avant de venir, un mec est venu nous voir au Duty Free à Tunis, en nous disant qu’il nous suivait depuis longtemps, depuis qu’il était petit…Déjà il m’a fait sentir que j’avais au moins 100 ans!..Bon ça fait plaisir quand même… Il a rajouté que nous étions des purs et durs, et que le métal en Tunisie était vraiment mort.
Avant, dans les années fin 90/2000, bien avant le Hellfest, il y avait une scène métal énorme. Il y avait des groupes, des fans….
En 2001/2002, il y a eu une sorte de révolution avec le Festival Méditerranéen de la guitare, grâce à un certain « HH« , Hichem Hemrit…Il y avait beaucoup de défaillances, mais c’était le seul pour organiser un vrai festoche. Avec tous les points négatifs de côté, c’était la seule bouffée d’air pour les métalleux, pour les groupes et pour les fans, de s’exprimer.

Chris Besse : Ce qui ne devait pas être facile…
Zaher Zorgati : Non, mais il avait les moyens, avec le ministère, etc… Maintenant c’est…. »The agony »… c’est foutu…Il n’y a plus de groupes. Même Myrath ne peut plus jouer.
On est allé demander au mythique Festival International de Carthage d’organiser une journée ou une soirée métal, avec Myrath et un ou deux autres groupes locaux.. Le Président, que j’admirais et que je respectais vraiment, Monsieur Mohamed Zine El Abidine, nous a promis une date, le 17 juillet. Puis il a décalé au 7 août… Et quand le programme est sorti, nous n’étions même pas dessus… Dans notre propre pays, Myrath qui existe depuis 14 ans, ne peut pas jouer au Carthage parce qu’il y a des question d’argent, d’intérêts, de lobbies…Il vaut mieux faire venir Mylène Farmer…ça fait vraiment mal…
Mais nous, on trouve notre compte et notre dignité en tant que groupe de métal ailleurs, en particulier en France. Et on remercie vraiment nos fans français et l’état français.

CB : C’est le problème de beaucoup de pays où les groupes n’arrivent pas à s’exprimer chez eux et où ils viennent sur d’autres scènes, dont la France.
Zaher Zorgati : Ce n’est même pas l’expression. C’est l’ignorance. Ils prétextent que Myrath ne remplit pas assez en Tunisie, parce qu’il ne va remplir que 3000 personnes. Mais il faut laisser ces 3000 personnes venir!

E : Du coup, justement, sur votre dernier album, vous recollez avec des sonorités arabes et il y a un vrai retour aux sources…
CB : D’ailleurs vous avez aussi sur scène une danseuse orientale…

Zaher Zorgati : Non, c’est une danseuse exotique.
Sur cet album, oui c’est un retour aux sources, comme pour Tales of the Sands, Desert Call ou Hope.. Mais à chaque album, on s’éloigne du Progressif pour aller vers le métal pur et dur. Le métal tunisien, le métal berbère, le métal carthaginois.
Sur cet album là, nous avons atteint un niveau de maturité musical et, nous avons introduit plus d’éléments, comme le violon

CB : Je me rappelle du super concert que vous aviez fait au PPM Fest en Belgique. Un truc énorme! Vous étiez magiques…sauf pour vos coupes de cheveux!…
Zaher Zorgati : Pour en revenir à cet album: nous avons tout misé dessus. Parfois les producteurs nous ont reproché d’avoir mis trop de côté oriental…

CB : Moi je trouve au contraire que vous n’en avez pas mis assez…
E : Oui, parce que c’est tout de même ce qui fait votre identité….

Zaher Zorgati : Oui, c’est notre atout. Ce que tu entends chez Myrath, tu ne l’entends nulle part ailleurs.

E : Je te confirme, c’est ce qui m’avait complètement scotché quand je vous avais vus.
Zaher Zorgati : Il y a beaucoup de groupes de métal oriental comme Melechesh ou Orphaned Land, qui sont nos potes, ou Pentagram, qui est un groupe turc…Mais Myrath est différent car en Tunisie, il y a beaucoup de métissage: il y a de la musique berbère, de la musique orientale, de la musique andalouse, de la musique africaine… C’est un tout…
Quand tu vas en Egypte, au Liban, en Israël ou au Moyen-Orient, tu ne trouveras jamais ce ton de gammes et de musique variée. Parce-que la Tunisie a 3000 ans d’existence… Nous nous inspirons et nous profitons de ça.

E : Je ne vais pas te retenir plus. Un dernier mot, vous êtes en tournée?
Zaher Zorgati : Non, pas encore, mais nous y serons bientôt en Allemagne. Ensuite nous serons à l’Epic Fest, le festival d’Epica, à Tilburg. Puis nous serons le 8 octobre au Loud PArk Fest, au Japon et ensuite, nous aurons normalement une tournée française. Nous avons aussi une date en Roumanie, où nous jouerons pour la 3ème fois, une date à Sofia, en Bulgarie. Ca c’est pour 2016.
En 2017, nous aurons 2 dates en février en Inde…Et bien sûr le nouvel album, sur lequel nous travaillons, et qui sortira en 2017!
Nous irons aussi sûrement en Amérique du Sud. Nous sommes confirmés sur le Progpower en septembre 2017 aux US avec notamment Amaranthe, nos amis scandinaves.
Un agenda bien rempli..

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green