Communication de nos partenaires

Anathema- Interview Danny Cavanagh

Le 26 novembre 2012 posté par Metalfreak

(Olive Yeah) Pour les personnes qui me connaissent bien, ce n’est pas un secret qu’Anathema tient une place importante dans mon cœur. Aussi, c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai eu la chance d’interviewer Danny lors du passage du groupe à Lyon pour la tournée « Weather Systems », après avoir eu l’opportunité d’un entretien avec Vinnie lors de la sortie de « We Are Here Because We Are Here ».
C’est donc un Danny très accessible, débordant de gentillesse et d’émotion, qui a répondu à mes questions sans aucune retenue, me faisant même l’honneur d’écouter des morceaux sur lesquels travaille le guitariste et qui auront certainement de grandes chances de figurer sur le prochain album du groupe.
Voici donc les meilleurs moments de cette interview.

Par Olive Yeah

 

 

Bonjour et merci de nous recevoir, alors pour le moment comment se passe la tournée ?
Très bien, en fait cela me permet aussi de mon reconcentrer sur là où je veux emmener le groupe.
Je suis très content de dire que chacun de nous montre une attitude des plus professionnelle, que ce soit le groupe ainsi que les personnes qui nous entourent.
Bien entendu la perfection n’existe pas mais si je devais comparer entre comment le groupe sonnait il y a de cela 5 ans et là où nous en sommes actuellement, il y a une grosse différence dans le bon sens. Au niveau du son en live, nous avons continuellement évolué et je crois que l’on peut dire que le son de nos prestations est au top.

 

Le son de votre album est tout simplement incroyable.
Nous avons vraiment bien bossé et le producteur a fait un boulot remarquable

 

Lors de la sortie de « We Are Here Because We Are Here », vous aviez déjà un superbe son, ton frère Vincent, m’avait confié que Steven Wilson était la pièce finale du processus, mais là nous avons le sentiment que Christer a fait partie intégrante du processus.
Ho oui, clairement, il en est grandement responsable. Je ne me suis jamais senti aussi proche d’une autre personne que lui en studio à l’exception de Vinnie et John. Il est devenu un formidable ami, une personne extrêmement professionnelle. Il nous a apporté beaucoup de positivité et je pense cet album n’est que le début de notre collaboration.
Nous l’avons connu grâce à Peter Carlson avec qui nous avons tourné pour « We Are Here Because We Are Here ».
Peter fait parti des meilleurs songwriters que je connaisse, il a atteint un très haut niveau et c’est lui qui a recommandé Christer. Nous avons vraiment trouvé notre perle rare.

 

Peux-tu nous en dire un peu plus sur « Falling Deeper », qu’est ce qui vous a poussé à faire une relecture acoustique de vos anciens titres ?
A la base, je voulais faire une face B pour un single, et je pensais à « Crestfallen » ou « Sleep In Sanity » car nous ne les avions pas faits pour « Hindsight ».
Nous avions déjà joué avec un quatuor et pourquoi ne pas pousser ça plus loin pour « Crestfallen » et « Sleep In Sanity » ? Finalement j’ai décidé d’en faire un album plutôt que de se limiter à des faces B pour « Dreaming Light ».

 

« We Are Here Because We Are Here » marquait la fin d’une disette de 7 ans. Dirais-tu que ce disque a été une renaissance pour Anathema ?
Ho oui assurément cela a été une renaissance pour le groupe, c’est le quatrième chapitre de notre histoire. Comme tu viens de le dire, cela faisait 7 ans que nous n’avions rien sorti et nous avions vraiment envie de frapper un grand coup avec ce retour.
2005 a vraiment été la renaissance de Anathema dans le sens où nous sommes arrivés à composer de très belles chansons Vinnie, John et moi-même.
Tout est parti de trois titres qui sont « Thin Air », « Universal » (qui est ce que John Douglas avait écrit de mieux, une des meilleures chansons d’ Anathema) et « Dreaming Light » qui est je pense ma meilleure composition sur cet album, un titre plein d’amour et très lumineux.

Je suis tombé dans Anathema depuis « Eternity » et j’ai le sentiment que certains de vos albums sont liés les uns aux autres. Ceci est d’autant plus vrai pour « We Are Here Because We Are Here » et « Weather Systems. »
Tout à fait, cela est très vrai.

 

 

 

Par contre si « We Are Here Because We Are Here » était plein de lumière, « Weather Systems » est beaucoup plus contrasté avec des titres très sombres côtoyant des titres plus lumineux. De plus même si nous ne sommes pas face à un concept album, j’ai le sentiment que l’ordre des titres est très important et a été mûrement réfléchi.


Ho oui, nous y avons accordé une grande importance. Tu sais en 2005, j’ai suivi une thérapie afin d’y voir plus clair. J’ai nettoyé mon esprit et j’ai trouvé des connections avec la nature et mon self conscient. Aussi 2006 et 2007 sont les deux plus belles années que j’ai vécues depuis mon enfance. Tu sais j’ai traversé une période très sombre, j’ai arrêté de boire et cela se retrouve dans ma musique.
Mais certains titres sombres de « Weather Systems » font référence à cette période que j’ai du traverser.
John Douglas a aussi écrit une des pièce majeure de l’album « The Storm Before The Calm » qui n’est pas vraiment une chanson très joyeuse. Je dirai qu’il y a principalement 3 chansons vraiment sombres et le reste de l’album est plus lumineux.

 

Peut on dire que le titre « Weather Systems » est une sorte de métaphore permettant de parler de vos sentiments ?
Tu sais Anathema a toujours exploré les sentiments, donc oui, bien vu, c’est une métaphore. Nous traversons tous des orages. Mais j’aime penser qu’il y un arc en ciel après l’orage (« A rainbow after the storm »).
Tu sais lorsque j’ai arrêté de boire et que je suivais ma thérapie j’ai découvert l’album « Takk »… (« merci » en Islandais ndr) du groupe Sigur Ros qui propose une musique très très émotionnelle mais pas du tout négative. C’est exactement ce que je ressens avec cet album et du coup tu vois cette métaphore remonte à 2005 2006 lorsque je suis tombé sur cet album.

 

Il y a-t-il une version Anathema studio et une version Anathema live. Par exemple Jamie n’apparait pas dans les crédits de l’album ?

C’est vrai que Jamie ne joue pas sur l’album. Tu sais pendant longtemps j’ai tenté de composer avec les mauvaises personnes, mais je ne veux par trop revenir la dessus. C’est en partie à cause de ça que nous n’avons rien sorti pendant 7 ans.
Je ne sais pas comment nous travaillerons dans le futur mais pour « Weather Systems » nous avons trouvé le bon équilibre. De plus l’arrivée de Daniel Cardoso nous ouvre un vaste univers tellement cet homme est talentueux. Il est le meilleur musicien avec qui il m’a été permis de jouer et va certainement nous rejoindre en studio pour la composition du nouvel album. Il est aussi bien un batteur incroyable qu’un redoutable clavier et songwriter.

 

 

Aujourd’hui peux-tu dire si le prochain album sera lié à « Weather Systems » ?

D’un coté ou de l’autre il le sera indubitablement. Nous avons déjà pas mal de compositions, mais tu sais j’ai des idées qui arrivent perpétuellement. A partir d’un simple riff, nous pouvons créer des titres absolument fabuleux. Parfois un accord arrive et la mélodie te parle de suite, elle te traverse le cœur et tu sais que tu tiens quelque chose de bon.
(Là Danny s’arrête pour chercher quelque chose sur son ordinateur et nous fait écouter des titres qu’il vient de composer, un moment privilégié que nous chérissons royalement).
Tu vois c’est une mélodie toute simple mais qui te parle, et là tu dis, wouaaa il y a une chanson qui se cache ici, il faut l’exploiter et nous devons chercher où est ce que la chanson veut aller car il faut laisser la musique vivre et parler par elle-même.

 

Maintenant on peut dire que vous avez votre propre univers, vous êtes arrivés à digérer vos différentes influences pour proposer votre propre style.

Merci, tu sais dans le passé notre principal compositeur était Duncan Patterson, c’est même lui qui m’a pratiquement appris à composer et il est vrai qu’à l’époque il écrivait des titres très influencés par Pink Floyd.
A présent nous avons grandi, Vinnie John Daniel et moi-même composons et nous sentons bien.

 

Un dernier mot à ajouter ?
Merci à vous et au plaisir de vous voir durant nos concerts.

 

 

 

(NdMFK : Une galerie de ce concert, en attendant les photos de Olive Yeah, est visible à l’adresse suivante : http://www.soilchronicles.fr/reports/astra-anathema-lyon-transbordeur-29-octobre-2012)

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Anathema- Interview Danny Cavanagh”

  1. 1

    et voici donc ma premiere interview pour SoilChronicles
    n’hésitez pas à laisser vos commentaires

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green