Communication de nos partenaires

Vader – Tibi Et Igni

Le 11 juin 2014 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


James Stewart - Batterie / Marek "Spider" Pajak - Guitares / Piotr "Peter" Wiwczarek - Chant, Guitares / Tomasz "Hal" Halicki - Basse.

Style:

Death metal

Date de sortie:

30 mai 2014

Label:

Nuclear Blast

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Un petit teaser résume bien souvent l’idée générale de l’album.

Vader, groupe polonais actif depuis 1983 qu’on ne présente plus, nous sort son douzième catalogue – si on excepte la tripotée de splits, d’EP et de singles – de brutalité pour un résultat franchement… pfiouuuu !
Vader, en dix titres (plus deux bonus dont une reprise de Das Ich sur l’édition limitée), nous prouve une fois de plus qu’ils font partie des maîtres du Metal extrême est-européen et nous fait du Vader comme seuls eux savent le faire.

Si vous ne savez pas comment tuer 42 minutes à vitesse grand V – comme Vader – collez-vous ce « Tibi Et Igni » entre les oreilles et cous comprendrez ce que vitesse et brutalité veulent dire.
Et que doit-on s’attendre musicalement lorsqu’un nouveau Vader sort dans les bacs ?
Ben à du Vader, c’te question !!
Pour nous tambouriner les tympans à grands coups de Death / Thrash aussi fluide qu’hyper rapide, les Polonais s’y entendant bien, tiens !
Et ceux qui pensent que Vader est trop rapide, que Vader est trop Death, que Vader est trop tout…  ben Vade Retro !

Pourtant, on aurait pu croire à quelques changements dans la musique du groupe avec un énième changement de line-up : certes, Peter reste indéboulonnable et prend toujours les grognements et les machines à désosser à grands coups de riffs assassins à sa charge, Spider déjà présent sur l’album précédent « Welcome to the morbid reich » (2011) tient toujours la guitare, mais la section rythmique a été remplacée par Hal à la basse (Hermh, Evil Machine, Abused Majesty, ex-Dead Infection…) et James Stewart (mais non, pas celui qui tournait pour Hitchcock !!!) à la batterie.

Après 1 minute 45 d’intro façon bande originale de film, « Go to Hell » déboule sans concession et ça tabasse avec une précision et un côté vicieux imparable : Vader est en forme, en colère et entend bien faire en sorte que ça s’entende.
Ça, se prendre en pleine tronche d’entrée un « Go to Hell », le très court et ultra brutal « Where angels weep » aussi intense qu’avait pu l’être un « This is the war » et « Armada on fire », il y a de quoi avoir les joues qui piquent. Un coup à se faire fracturer les tibias lors des pogos quand ces morceaux seront joués sur scène.
« Triumph of Death », plus Thrash et moins full Speed, donnera une petite couleur moins intense mais non moins oppressante : on sent que les Polonais veulent faire suffoquer son auditoire avant de lui asséner un nouveau coup de rouleau compresseur qui arrivera dès le morceau suivant avec un « Hewenkessel » dont l’intro pouvait pourtant nous laisser penser qu’on allait avoir un moment de répit.
Ben tiens, j’t’en foutrais, oui ! Il n’est que l’apéritif d’une leçon de destruction et de brutalité savamment assénée avec une précision diabolique : avec le bien-nommé « Abandon all Hope » et le rapide « Worms of Eden », on s’en prend encore une rafale dans les oreilles.
C’est avec l’intro de « The Eye of the Abyss » que Vader nous offre deux minutes et demie de pause pour souffler un petit peu avant de repartir avec une férocité certes plus en réserve mais pas dénuée de brutalité.
Si « Light reaper » reste dans l’outrance musicale, le final « The End » est monstrueusement Heavy, implacablement étouffant, relativement original pour eux et termine de façon magistrale un album énorme à tout point de vue.

Batterie incroyable, riffs du même acabit, soli mélodiques mais extrêmement rapides et précis, chant haineux, titres imparables et directs : ce « Tibi Et Igni » a tout d’un grand cru pour Vader qui continue, à l’instar d’un Motörhead, à nous offrir la même recette album après album sans donner dans l’ennui ou la redondance.
Assurément un album à déconseiller aux cervicales délicates car il risque bien de faire secouer un nombre incalculables de têtes.

Et bon sang qu’est-ce que c’est bon !

Tracklist :

1. Go to Hell (4:36)
2. Where Angels Weep (2:18)
3. Armada on Fire (3:50)
4. Triumph of Death (3:45)
5. Hexenkessel (5:28)
6. Abandon All Hope (2:23)
7. Worms of Eden (3:34)
8. The Eye of the Abyss (6:45)
9. Light Reaper (4:28)
10. The End (4:55)


Site officiel : http://www.vader.pl/
ReverbNation : http://www.reverbnation.com/vader
Myspace : http://www.myspace.com/vader
Facebook : http://www.facebook.com/vader
Bebo : http://www.bebo.com/vader
Twitter : http://www.twitter.com/vaderband
Youtube : http://pl.youtube.com/panzervader

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green