Communication de nos partenaires

The Mission – The brightest light

Le 13 juillet 2013 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


  • Wayne Hussey – Chant Guitares, Claviers
  • Craig Adams – Basse
  • Simon Hinkler – Guitares
  • Mike Kelly – Batterie

Style:

Rock

Date de sortie:

20 septembre 2013

Label:

Oblivion / SPV

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

 

Un nouvel album des vétérans Rock de The Mission, quel évènement pour tout amateur de musique aimant tout simplement le bon Rock !
Une aventure commencée en 1986, lorsque l’ex-Dead Or Alive jusqu’en 1984 (si si, rappelez-vous, les nostalgiques des années 80, qui se sont trémoussés sur « You spin me round » ou « My Heart goes bang »), après avoir remplacé Ben Gunn dans The Sisters Of Mercy pour enregistrer le mythique « First and last and always », fonde avec le bassiste Craig Adams un groupe du nom de « The Sisterhood » pour faire chier un Andrew Eldritch qui en revendique le nom et les pousse au procès.
Bataille juridique perdue pour Hussey and co qui renomment le projet The Mission.
C’est sous ce nom là que sort un premier album imprégné de Rock et d’influences gothiques appelé « God’s own medicine » en 1987 avec des titres comme « Wasteland » ou « Severina » qui deviendront cultes par la suite.
S’ensuivront des albums comme « Children » (1988) qui sera produit par John Paul Jones (Led Zeppelin) et sera incontestablement le chef d’œuvre du groupe. Les albums « Carved in sand » (1990), avec le tube « Butterfly on a wheel », ou « Masque » n’auront pas le même impact que leurs prédécesseurs mais The Mission jouit d’une cote de popularité qui fait que les fans ne lâchent pas le groupe pour autant, malgré les changements de line-up, voyant notamment Craig Adams se barrer chez The Cult.
Andy Cousin (All About Eve) et Rik Carter (Pendragon) joindront le groupe pour les plus inaperçus « Neverland » (1995) et « Blue » (1996) avant de splitter quelques années.
2001 verra le retour de The Mission avec « AurA », suivi plus tard de l’impeccable « God is a bullet » avant une tournée d’adieux en 2008.
C’est en juillet 2012 que le groupe annonce son re-retour en promettant ce « The brightest light ».

Ce nouvel album, 27 ans après « Gods own medicine », est le treizième de la série et, autant le dire de suite, très loin d’en être le plus mauvais.
S’il n’aura pas l’impact ni la qualité de « Children », il se situe facilement dans le sillage d’un « Carved in sand » ou de « God’s own medicine » avec cet éternel revival eighties, voire seventies, qu’on leur attribue régulièrement.
Sans doute grâce au fait qu’on retrouve trois des quatre membres originaux (excepté le batteur Mike Kelly), on se retrouve plongé à nouveau dans cette époque bénie entre 1988 et 1990 lors de l’apogée artistique de The Mission.
Bien sûr, c’est un album à déconseiller à tous les esprits fermés en mal de Metal extrême : ici, on parle de Rock, d’influences Folk, parfois Country, un rien teinté de Gothique et surtout de belles mélodies, d’envolées vocales dont Hussey a le secret, ne serait-ce qu’à l’écoute d’un « Swan song » de toute beauté dont les sept minutes nous font passer un moment d’émotion tout en subtilité avec un solo à faire frissonner chaque auditeur.

En fait, comparer cet album avec des précédents serait tâche ardue : Hussey and co savent faire en sorte qu’on les reconnaissent dès la première seconde tout en se renouvelant.
Capables de mettre autant d’émotions dans des titres purement RockBlack cat bone », le sulfureux « Everything but the squeal » ou « Born under a good sign »), dans d’autres plus mélancoliques (« Sometimes the brightest light com », « When the trap clicks shut behind »), parfois Folk voire CountryJust another pawn in your name »), certains revisitant l’univers du groupe de l’époque « Carved in sand » (« The girl in a fur skin rug ») que dans des longs titres acoustiques (« Litany for the faithful » et ses sept minutes et demi, « When the trap clicks shut behind » ou « From the oyster comes the pearl »), « The brightest light » aligne les perles et les tubes potentiels avec une facilité déconcertante.

Je le maintiens, « Children » reste pour moi le meilleur album de The Mission mais qui sait, peut-être que je changerai d’avis avec un peu plus de recul tant ce nouvel opus frôle l’excellence à chacun de ses morceaux.
Toujours est-il qu’on a ici un très grand cru ! Sans doute un des meilleurs albums du genre sorti depuis des années.

A noter une grande tournée aux USA qui s’annonce, et, cerise sur le gâteau, en Angleterre avec Fields Of The Nephilim.
Et par la France ?

 

Site officiel : http://www.themissionuk.com/
Myspace : http://www.myspace.com/themissionuk
Facebook : http://www.facebook.com/themissionuk

Retour en début de page

2 commentaires sur “The Mission – The brightest light”

  1. Avatardominique
    Posté: 27th Sep 2013 vers 14 h 03 min
    1

    Oui SVP M. HUSSEY, une petite tournée en France et pourquoi pas à TOULOUSE!!!!

  2. 2

    Hello Dominique
    Chose presque faite car Wayne vient nous voir en octobre
    http://s161488118.onlinehome.fr/wayne-hussey-concerts-a-angers/
    A ne pas manquer pour les fans

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green