Communication de nos partenaires

Superscream

Le 1 novembre 2011 posté par celtikwar

Jeune formation française de heavy metal, et repérée par l’écurie Brennus, Superscream publia il y a quelque temps déjà son premier album « Some Strange Heavy Sound » qui à surpris beaucoup de monde:

—————-

 

Bonjour à vous, je suis Celtikwar du Webzine Soilchronicles et vous remercie d’avance pour le temps que vous nous accordez, c’est très gentil à vous.

Parlons en premier temps de votre groupe si vous le voulez bien.

Superscream est une jeune formation française, peu connue encore, pouvez vous vous présenter pour nos lecteurs?

Superscream est un groupe rouennais de style métal prog/heavy teinté d’influences variées, notamment world. Nous avons Eric Pariche au chant, Damien Train à la batterie, Romain Greffe au clavier, Stéphane Lescarbotte à la basse, David Fourdrinoy aux percussions et moi-même à la guitare.

– Votre musique est très variée, d’où puisez vous vos inspirations? Et comment la définiriez vous en quelques mots ?

La base rock/métal de notre musique se situe entre Metallica, Dream Theater, Judas Priest, Deep Purple et Led Zeppelin. Après, nous nous inspirons aussi de beaucoup d’autres artistes aux styles très variés, comme Paco de Lucia, Eminem, Tito Puente, et beaucoup d’autres…En fait, j’ai tourné au sein d’une formation world pendant plus de 12 ans, et j’ai pratiqué pas mal de styles à cette période, ce qui constitue encore aujourd’hui une énorme source d’inspiration au niveau de l’écriture! D’ailleurs, tous les musiciens du groupe ont ce côté multi-culturel, et ont joué eux-mêmes dans des formations aux styles variés…

– Arrivez vous à vous produire facilement ? Que donne Superscream sur scène? Quel est votre meilleur souvenir en concert?

Le travail de recherche de concert entamé depuis l’année dernière commence à payer doucement…Nous avons quelques dates d’ici le mois d’avril, notamment au club 106 le 22 novembre, et au Bateau Ivre le 28 janvier à Rouen .Sinon, nous commençons aussi à nous exporter hors de notre région, notamment dans le nord de la France. Nous avons aussi pas mal été épaulés par la Fnac, ce qui nous a permis de faire notamment une belle scène devant 1500 personnes à la fête de la musique.

L’ équipe du Raimesfest avait aussi commencé à s’intéresser de près à nous, mais comme tu le sais, le festival a dû être annulé cette année…Voilà, en bref, pour un groupe qui sort son 1er album, les débuts semblent prometteurs, même si les choses mettent du temps à se mettre en place…

Pour ce qui est de ce que donne le groupe sur scène, les arrangements sont aussi un peu différents de l’album. Le clavier de Romain est présent sur tous les titres et prend un place plus importante, car étant le seul guitariste, je ne peux assurer toutes les parties, mais cela fonctionne plutôt bien, je crois…Après, les morceaux sont assez techniques, et nécessitent une bonne préparation avant chaque concert pour être au top ! D’ailleurs, c’est un peu frustrant, car du coup, entre les chœurs et les parties de guitare compliquées, je ne peux pas bouger autant que je le voudrais…Heureusement, Eric lui bouge beaucoup, et je crois qu’il dégage une bonne présence scénique…Quant à Nanou, notre bassiste, il ne tient pas en place !

Enfin, mon meilleur souvenir de scène était ce concert, sur le podium Fnac le 21 juin dernier, sinon, le premier concert te laisse toujours une forte impression aussi, car tu as tout à prouver !

Nous arrivons maintenant à votre premier album « Some Strange Heavy Sound ».

– Le premier aperçu est la pochette somme toute surprenante, comment l’avez vous choisie ?

C’était un coup de cœur! Le graphiste, Laurent schymik m’a fait pas mal de propositions, toutes différentes, mais celle-ci comportait une dimension humoristique qui nous a vraiment séduite. D’autre part, on voulait une image forte, qui se démarque dans les bacs des autres albums de métal, et de ce point de vue, je crois que ça fonctionne pas mal. Après, nous nous doutions que ce visuel allait être assez controversé, mais au moins, il ne laisse pas indifférent ! Et puis chacun peut se raconter son histoire par rapport à cet oiseau ! Pour nous, il n’est pas forcément mort, il est juste passé un peu trop près d’un haut-parleur qui diffusait notre musique !

– Le titre correspond parfaitement à votre musique surprenante et constamment variée, comment se déroulent vos séances d’enregistrement? Partez vous lors de vos composition avec une idée fixe au départ que vous poussez au maximum, ou laissez vous libre court à votre imagination?

Cela dépend du morceau….Par contre, j’utilise toujours la même méthode d’écriture. En fait, avant d’enregistrer, j’écris tout avec papier-crayon. J’ai des carnets remplis de riffs potentiels pour Superscream ! Après quoi, je sélectionne les idées qui me paraissent les plus intéressantes, et je maquette le tout, ce qui permet d’ « imprimer » la direction dans lequel le morceau doit aller, le « cahier des charges » et l’ambiance générale. Après quoi nous déterminons les lignes de chant principales avec Eric. Une fois la 1ère démo réalisée, chaque musicien passe un à un dans mon petit home studio, pour enrichir le morceau, proposer ses idées, sa version du truc…On enregistre toutes les idées, et on fait le tri un peu plus tard, histoire de laisser reposer. Le fait de travailler en petit nombre et en enregistrant permet d’aller vraiment au bout de chaque idée. Une fois seulement que nous avons fini cette étape du 2 ème maquettage, nous peaufinons les arrangements tous ensemble, et faisons les adaptations pour la scène.

– Est il facile de garder une rigueur lors des compositions quand celles ci fusent dans tous les sens?

Je dirais que non, justement grâce à ce fonctionnement. Mais il est clair que plus ton morceau est progressif, plus tu vas devoir faire attention à ce que chaque nouvel évènement ait vraiment sa raison d’être et serve l’histoire de ton morceau, que rien dans l’écriture ne soit gratuit…Après, le fait de mélanger certains styles demande aussi une grande rigueur, surtout dans l’imbrication basse/batterie/guitare…

– Votre album est sorti il y a maintenant une année, quels sont les retours que vous en avez eu et avec le recul qu’en pensez vous?

J’ai l’impression que nous avons plutôt bonne presse ! De nombreux fanzines ont chroniqué l’album et en ont dit du bien et nous avons même une bonne chronique dans Rock Hard ce mois-ci…Donc en terme de presse, pour l’instant, tout va bien….Après, en terme de vente, ce n’est pas encore mirobolant, mais compte tenu du fait qu’il s’agit d’un 1er album d’un groupe encore inconnu du public il y a un an, et les conditions du marché du disque, c’est plutôt encourageant quand même …

Après un retour en arrière, quoi de mieux qu’une projection dans l’avenir suivie de questions plus vagues…

– Quels sont vos prochains projets ? Avez vous des idées pour un nouvel album ? Des idées de concerts ?

Nous avons effectivement pas mal de projets en cours ! Quelques dates de concerts sont prévues, la prochaine étant le 106, à Rouen le 22 novembre. Nous serons aussi au Bateau Ivre, toujours à Rouen le 28 janvier avec Zoe, et j’espère y jouer quelques titres inédits! Il y aura aussi quelques dates à Lilles, Calais, et d’autres villes encore sur l’hiver/printemps 2012.Nous avons aussi un nouveau clip dans les tuyaux, je viens de finir l’écriture du scénario, et nous sommes en train de caler l’agenda avec le réalisateur et les musiciens. Notre site internet ne devrait plus tarder à ouvrir ses portes, et nous commençons à travailler sur l’écriture d’un prochain album….Bref, les projets ne manquent pas, le tout étant de trouver le temps de mettre tout ça en place…Idéalement, j’aimerai sortir un nouvel
album d’ici 2 ans, mais avec l’expérience acquise avec « some Strange Heavy Sound », j’ai appris à devenir prudent avec les délais !

– Quels sont pour vous le meilleur moyen pour un groupe français de se faire connaitre?

Vaste question ! Internet me semble une bonne piste, mais cela ne suffit pas…Je pense que le lien à la video, à l’image est aussi très important…En ce qui nous concerne, c’est aussi un peu la raison qui nous pousse à réaliser nos clips sur un ton humoristique, qui permet de toucher le public métal, mais aussi un public plus large….Après, du fait que nous soyons de très nombreux groupes sur le marché, je pense que le meilleur moyen reste de proposer quelque chose de différent, qui porte une identité artistique forte, tant au niveau musicale qu’au niveau visuel ….

– Que pensez vous de la scène métal française actuelle, si vous deviez définir le milieu dans lequel vous exercez à un néo-fite quels termes utiliseriez vous?

A vrai dire, je ne suis pas un expert en la matière….Eric ou Romain, qui sont de véritables encyclopédies en la matière pourraient te répondre plus facilement…Mais j’ai l’impression qu’en France, les groupes qui marchent et remplissent les salles sont plutôt dans l’extrême, le hardcore, ou ce genre de métal très brutal…Et pour ne rien te cacher, je ne suis pas un grand fan de ces styles de métal, même si je reconnais les qualités des musiciens qui les jouent…Mais bon, j’essaye de rester ouvert, cela va peut-être finir par changer…Pour répondre à ton autre question, je définirais notre style comme du world métal progressif…Donc un genre de mélange entre hard rock, heavy métal, musique progressive et des éléments plus ethniques, issus du flamenco, de la musique latine, mais aussi du jazz ou du rap…Une sorte de « métal ouvert »…Tout ça avec un vrai chanteur de rock !

– Quels sont les groupes avec qui vous rêveriez de tourner?

Si on se prend à rêver très fort, pour moi (et pour à mon avis un certain nombre de membres du groupe), l’ultime consécration serait de jouer sur le même plateau que Dream Theater, ou tous les artistes que j’ai cité dans nos influences comme Judas, Metallica, Megadeth…Mais en même temps, vu le niveau de ces gars, je n’ose pas imaginer la pression que cela représenterait, tant nous sommes fans de ces groupes ! Sinon, dans les rêves plus « accessibles », j’aimerai bien tourner avec Myrath, un groupe tunisien qui fait un style un peu similaire au notre…

Je vous laisse les derniers mots.

Merci à toi. Et bien je dirais à tes lecteurs de ne pas hésiter à venir visiter notre myspace, ou à venir nous voir en concert, afin de découvrir notre « Strange Heavy Sound !» Et j’espère qu’ils prendront autant de plaisir à nous écouter que nous en avons à jouer !

Si vous le voulez bien, j’aimerais bien vous entendre parler vous-même de votre musique, en décrivant vos chansons, un track by track de votre album dans lequel vous nous dites tout ce que voulez sur chacun des titres, anecdotes, ce qu’il évoque, ses points forts ou faible, les sentiments que vous avez à leur écoute…

Combattant: C’est le 1er morceau que j’ai écrit pour ce projet…L’idée sur le début, était de mélanger harmonies et percussions marocaines avec un riff heavy. On y retrouve presque un beat rai sur le thème. L’agencement des voix du refrain rappelle le système des choros en salsa, c’est-à-dire un chanteur qui improvise en réponse aux chœurs…Sur la seconde partie, j’ ai creusé encore l’aspect salsa avec un montuno de piano, mais joué en 7 temps, et developpé cette partie dans un esprit plus prog. Le chorus de guitare sert à nous faire rejoindre la 1ere partie, histoire de boucler la boucle…

Metal sickness:Pas le morceau le plus original du disque, mais un des plus efficaces à mon sens…le plus technique aussi d’ailleurs, la partie de sweep du chorus m’a demandé beaucoup de boulot…Sinon, j’adore le coté délirant et en meme temps très rock du chant sur ce titre. D’ailleurs, la première fois que nous avons écouté toutes les voix qui délirent ensemble en solo dans le studio, cela a occasionné une bonne crise de rire ! C’est aussi un côté affectif avec ce titre, j’ai plein de souvenirs liés au clip…Ce tournage a vraiment été un des temps forts de la vie de groupe de Superscream , on s’est vraiment marré !

A Flaw in the Plan:Ce titre m’a été inspiré par un voyage en Turquie, où j’ai partagé la scène avec un espèce de type incroyable, qui rappait à une vitesse dépassant l’entendement, et faisait aussi de la human beatbox. La rythmique et le rhodes sont plutôt inspirée par les albums electro jazz genre Eric Truffaz…J’aime aussi beaucoup la ligne de basse, qui a été écrite par Clément Landais, l’autre bassiste du disque. Les refrains sont plus influencés par RATM , et le chorus du milieu est une fois de plus assez ardu à exécuter… Encore une belle performance d’Eric pour les chants un peu hardcore, qui viennent parfaitement souligner le texte, qui parle de la manière dont les traders jouent avec l’argent des autres…L’anecdote amusante, c’est que nous enregistrions dans mon salon.Quand nous avons enregistré ces cris écorchés, les voisins ont failli appeler les flics, ils se demandaient ce qui se passait au dessus !!!

Point of No Return:Voilà un morceau plus progressif, clairement influencé par Dream Theater, avec tous ces enchevêtrements de riffs… Il y cependant encore des allusions à la musique latine dans certains riffs, notamment dans la partie instrumentale. Le refain et le chant ont un coté sale, presque blues que nous avons accentué pour ne pas tomber dans certains clichés heavy/prog.

Past the Shore:Une sorte de valse à 11 temps…C’est la seule ballade du disque, avec un coté très hypnotique. On retrouve le son du rhodes, qui vient donner un petit coté seventies au morceau…J’aime beaucoup l’ambience, de ce titre, qui me rappelle une autre ballade sur Paranoid de Black Sabbath…Planet Caravan je crois….

Blind Justice:Sur ce titre, l’idée était simple : imaginer un groupe de métal jammer avec un guitariste de flamenco ! Le texte raconte l’histoire d’un super héros à la retraite, qui s’interroge sur son existence passée…J’aime bien la marche harmonique et la ligne de chant des couplets et on retrouve, et sur les refrains les choros dont je parlais dans Combattant. Dans le développement instrumental, on a essayé de donner la sensation d’un duo entre les 2guitares, flamenca et métal. Ce sera probablement aussi le morceau du prochain clip…

Star of Venus:Un bon vieux speed métal, obéissant aux clichés du genre : rythmes galopants, chorus énervés, ça ne fait pas dans la finesse, mais ça envoie ! L’idée de la chorale est venue au dernier moment, quand on a eu fini d’enregistré les chants lead d’Eric…Sur le coup, quand je lui ai proposé, il a cru que j’étais devenu cinglé (comme a de nombreux moments de l’enregistrement d’ailleurs !). Le texte parle du diable, qui demande à Dieu pourquoi il l’a bannis du paradis pour avoir apporté la connaissance aux hommes…C’est aussi une manière de tourner un peu en dérision les satanistes purs et durs !

Fool Souls:Le morceau qui a fait flippé tout le monde avant de l’enregistrer…Là, on est vraiment dans un univers prog : mesures impaires, structure très alambiquée, son d’orgue à la Génésis, chorus de b3 à la Deep Purple… C’est certainement le morceau le plus complexe de Superscream, et un vrai challenge en live !

 

Site:http://superscream.com/

Myspace:http://www.myspace.com/superscreammusic

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green