Communication de nos partenaires

Rozz

Le 25 avril 2010 posté par Fredo

Interview réalisée auprés de Jean Pierre et Marcel par Metalfreak pour l’occasion de la sortie du nouvel album de

Quelles retombées aviez-vous eues pour «Rozz 2009»?

– Rozz « 2009 » était tout d’abord destiné à être une démo pour finir en CD à la demande des fans. Certains ont été vendus au Japon, aux States, au Mexique, en Indonésie, en Italie, en Allemagne, en Belgique, en Hollande et partout en France. Pas mal pour une démo qui ne devait pas sortir en CD. Retombées plus que positives. Le premier but étant d’officialiser le retour de ROZZ a été atteint.

Etaient-elles en accord avec vos attentes?

– Oui, complètement.

Expliquez-moi le titre du nouvel album.

– Même si on ne renie pas notre passé, on en a marre d’être réduit à un groupe des années 80. On voulait donc bien marquer le fait que notre musique n’est pas « datée » dans le temps mais bien actuelle et que ROZZ est bien passé dans le 21ème Siècle.

Qui s’est chargé de la pochette? Pouvez-vous me la décrire? Avez-vous donné des directives pour sa création?

– David SANCHEZ, jeune et brillant graphiste de notre entourage.

– Euh! 16 pages + le dos et l’intérieur de la pochette….Non, plus sérieusement. Comme d’habitude dans les pochettes de ROZZ, décalée par rapport à ce qui se fait, pleine de clins d’oeil plus ou moins décelables à l’image de ROZZ. Le personnage central est un voyageur du temps et l’idée générale est que ce livret est son carnet de bord ou de voyage qu’il remplit au fur et à mesure de ses nombreuses visites à différentes époques.

– Oui mais peu. Carte blanche au départ. L’idée est de David. Nous lui avons juste indiqué le contenu, la forme étant due à son imagination après qu’il eut écouté de nombreuses fois l’album.

Quel studio? Quel producteur? Et pourquoi?

– Studio CODA à Valenciennes que nous avons créé pour l’occasion et qui verra certainement d’autres productions de PROMOROCK.

– ROZZ et l’association PROMOROCK EN NORD ont créé le label PROMOROCK MUSIC qui est producteur et co-distributeur de cet album.

– Pour la quasi totalité des groupes, même avec un gros budget, il est impossible de disposer de plus de 15 à 20 jours de studio, mixage compris. Nous avons donc procédé différemment en créant ce studio avec l’aide de notre équipe technique qui travaille avec nous sur scène, notamment AURELIEN, notre ingénieur du son, pour pouvoir disposer de tout le temps nécessaire et bosser sans compromis sur la qualité. Nous avons, dans cet esprit, eu la chance de voir notre mastering réalisé par Scott LAKE des METAL WORKS STUDIOS au Canada (Toronto). Grosses références.

– «1-D’un Siècle A L’autre»

– Marcel : j’ai écrit cette orchestration symphonique sans l’ombre d’une hésitation avec l’idée de trancher volontairement entre un style et des instruments classiques d’une part dans la première partie et un gros son et des instruments résolument rock dans la deuxième, pour exprimer l’idée d’un passage d’une époque à une autre. c’était clair dans mon esprit. par contre, lorsqu’il a fallu que je soumette l’idée et les maquettes que j’avais réalisées au reste du groupe, c’est fou ce que j’ai eu le trac et que j’ai hésité, plus de 15 jours pour tout dire. finalement, ça a plu à tout le monde et j’en suis bien content.

– J-P : C’est juste l’expression du fait que quoique l’on fasse, le temps passe et rien ne change.

– «2-Le Cimetière Des Fous»

– Marcel : là, c’était une envie de faire sonner une ligne d’écriture très classique, pouvant ressembler à un réarrangement moderne d’un thème de Bach ou proche, dans une ambiance fantastique, une sorte de « danse macabre joyeuse ». je suis très content du texte de J-P qui colle merveilleusement à ce que j’ai voulu écrire.

– J-P : Malgré 22 ans sans se côtoyer, l’osmose entre Marcel et moi existe toujours. Dès que j’ai entendu ce morceau, il me paraissait évident que les fous et autres laissés pour compte d’un autre temps referaient surface en célébrant leur retour par une énorme danse macabre. Si vous essayez de visualiser ce texte, les images peuvent être très effrayantes.

– «3-La Cour Sans Miracle»

– Marcel : une de mes préférées et écrite, arrangement et solo compris, d’un trait. Là c’est le thème rythmique qui me trottait dans la tête et l’envie d’un solo mélodique et d’un vibrato pleureur à la « While my guitar gently weeps » que j’aime beaucoup.

– J-P : Ma première idée, à la première écoute, était d’écrire un texte sur les colons venu s’installer dans un pays étranger où ils affronteraient de grands dangers, d’éprouvantes épreuves et difficultés avant de se poser quelque part et bâtir leur maison. Tout cela parce que le rythme et le solo de Marcel sur la dernière partie du morceau me faisaient penser à une musique de western. Après mûre réflexion, j’ai changé d’avis sur l’endroit et privilégié les mêmes difficultés que peuvent connaître les gens qui n’ont ni toit ni famille à notre époque en comparaison avec La cour des Miracles d’autrefois sauf qu’aujourd’hui, une personne miséreuse est seule au monde et que les miracles n’existent pas.

– «4-Peine Perdue»

– Marcel : l’idée était de s’amuser sur quelques thèmes simples et mélodiques en travaillant sur le son et la pêche rythmique pour que greg et moi puissions y coller chacun un solo musclé. ça nous a bien plu. j’espère que vous aussi !

– J-P : La musique m’a tout de suite fait penser à un hymne où un chant d’espoir serait le bienvenu. Ici, ça parle d’un taulard pour donner une image mais ça s’adresse à tous ceux qui se font exploiter sans rien dire, sans réagir. C’est une incitation à l’émeute et à la révolution (rires).

– «5-Nocturne»

– Marcel : écrit en quelques heures pendant l’enregistrement pour remplacer un morceau qui décidément ne me satisfaisait pas et que j’ai mis à la poubelle en gardant le texte que J-P avait écrit et que j’aimais beaucoup (le texte pas J-P, :D)

– J-P : J’aime beaucoup le surnaturel et je crois en l’existence de mondes parallèles. C’est de ça qu’il s’agit ici et le héros de l’histoire pense qu’il dort et qu’il rêve. Il est projeté entre rêve et réalité. Une petite histoire semblable aux « griffes de la nuit ». J’aime énormément ce texte.

– «6-Au Bout De Ta Vie»

– Marcel : le thème d’arpèges m’est entré dans la tête et n’en est plus ressorti. écrit au départ pour la guitare, l’idée de l’adapter au piano s’est imposée petit à petit avec l’orientation donnée par le texte de J-P. Anna, qui a enregistré cette partie piano, nous a fait un super boulot, très vite et impeccablement, exactement ce dont on avait envie sans se prendre la tête. c’est une chouette petite nana, efficace et discrète, et une excellente pianiste que personnellement j’espère pouvoir inviter sur scène un de ces jours.

– J-P : Ce morceau est magnifique, triste à pleurer. Il était évident pour moi que les personnes âgées (dont on parle peu) en seraient les personnages centraux. De tels lieux ont existé et il n’y a pas si longtemps que cela. On pouvait se débarrasser sans aucun problème de ses parents ou d’un membre de sa famille avec l’aide de son médecin personnel. Il fallait que j’en parle et je reste persuadé que ça existe encore dans d’autres pays.

– « 7-A Toute Vitesse»

– Marcel : j’avais envie d’un thème simple et efficace. le texte de J-P m’a donné l’idée du refrain.

– J-P : On vit dans une époque où l’on ne prend plus le temps de se reposer. Il faut toujours aller vite, encore plus vite. C’est ce que j’ai ressenti dès les premières notes.

– «8-Sans Pitié»

– Marcel : là aussi un des premiers thèmes mélodiques de cet album (chronologiquement) sur lequel j’avis superposé deux grattes rythmiques très différentes dont l’une presque reggae que l’on ne perçoit plus trop avec le son et l’arrangement. d’ailleurs ce morceau avant que J-P n’écrive les texte s’appelait « Hard Reggae ».

– J-P : C’est mon morceau préféré. Le rythme et la cadence de ce morceau m’ont tout de suite fait penser à un tueur en série dont c’est mon fantasme depuis l’âge de 10 ans. à ce moment là, j’écrivais toutes sortes de nouvelles où j’inventais d’innombrables moyens de torture. Avais-je un esprit tordu ou un don pour l’imagination. Peut-être les deux.

– « 9-Wendigo»

– Marcel : ce thème là m’est venu un jour et n’est pas ressorti de ma tête tant que je ne l’ai pas couché sur le papier et arrangé. Il n’y avait ni indien, ni esprit dans tout ça. c’est J-P qui les a importés 😉

– J-P : Je ne pouvais que parler des indiens pour illustrer ce morceau tant l’ambiance et le rythme s’y prêtaient magnifiquement. Le WENDIGO pouvait me permettre de parler d’un sujet grave comme la famine qui règne encore de nos jours.

– «10-Les Titans»

– Marcel : Une des premières idées de mélodie que j’ai eues pour cette album. j’avais présent à l’esprit à la fois l’envie d’utiliser des résonances « celtiques » et de donner une impression de cavalcade triomphale et guerrière, ça a donné ça.

– J-P : contrairement aux autres textes, celui ci a été écrit en 88, après que ROZZ se soit dissout. Je l’avais écrit sur une musique d’un autre groupe qui cherchait un chanteur et désirait m’auditionner. Je l’avais écrit pour l’occasion et je n’ai pas été retenu. Ce texte attendait tranquillement une musique pour pouvoir s’y greffer et comme par enchantement ou miracle, c’est sur un morceau composé par Marcel qu’il a trouvé sa place et les deux vont très bien ensemble. On n’échappe pas à son destin.

– « 11-Les Seigneurs De Guerre »

– Marcel : Là aussi, je n’aurais peut être pas retenu ce morceau parmi mes compos pour cet album sans le relief donné d’abord par JP, son chant et son texte et par le boulot d’ensemble du groupe sur ce titre.

– J-P : ce texte a été écrit en référence à une histoire vraie survenue il y a très longtemps en Chine. Ca parlait des trois royaumes et des guerres qui éclataient autour de cet empire. J’adore ces histoires du moyen-âge chinois, de la grandeur de ses seigneurs et je suis fan du cinéma asiatique. Un gros clin d’oeil.

– «12-De Guerre Lasse»

– Marcel : ça c’est le seul thème de l’album que j’avais déjà bien en tête avant même que nous nous retrouvions et que j’avais posé sur ma guitare pour ma femme, Valérie. J’ai juste travaillé l’arrangement lors de l’écriture de ce disque.

– J-P : Encore une chanson à faire pleurer dans les chaumières. Marcel m’a fait part de son désir pour que ce morceau soit adressé à Valérie et j’ai épouvantablement échoué n’étant pas un pro pour raconter l’amour. J’ai donc parlé d’une époque de ma vie, pas si lointaine que cela, pour illustrer ce titre.

– « 13-Fan »

– Marcel : nous voulions rendre hommage à nos fans en particulier et plus généralement à ceux qui vivent la musique en live et font vivre la scène. Nous nous sommes attelés un soir avec J-P là dessus, avec des idées précises sur l’atmosphère que nous voulions restituer, celle d’un live, et les thèmes et l’arrangement complet étaient écrits en une heure et demie. Très joli solo de Greg à mon goût, parfaitement dans l’ambiance de ce morceau.

– J-P : Contrairement à « Né pour le hard » qui parle d’un pauvre bougre devenu rock-star, « Fan » situe ses héros de l’autre côté de la barrière. La boucle est bouclée car sans l’un ou les autres, nous ne sommes rien.

– «14-Cavale»

– Marcel : Très vite écrit, je trouve que ça déboule fort et essentiellement grâce au texte et au chant de J-P et à la performance de la section rythmique. Nico et Olive sont des diables ;).

– J-P : Marcel a raison de dire que ça déboule. ça m’a toute de suite fait penser à une course poursuite et je me suis donc amusé à raconter cette traque. ça ferait un superbe clip.

– «15-Tu»

– Marcel : je voulais vraiment un blues sur cet album. un vrai qui sonne « ambiance de nuit » avec des lumières bleues malades 😉 j’ai proposé celui-là à J-P qui a sauté dessus comme un mort de faim …

– J-P : Le blues fait partie de mes influences et c’est toujours un plaisir de pouvoir en interpréter un. Celui ci me va comme un gant avec une histoire triste mais tellement vraie. Tout comme « de guerre lasse » était écrite pour Valérie, l’épouse de Marcel, celle-ci était destinée à Ludivine, mon épouse et tout comme « de guerre lasse », j’ai encore une fois échoué, confortant le fait que je ne suis pas fait pour écrire des chansons d’amour. C’est donc devenu « TU… », l’amour raconté différemment.

– « 16-In Cauda Aurum »

– Marcel : j’avais écrit pour m’amuser un truc qui devait rester dans les tiroirs et dont le principe est la reprise du thème de d’un siècle à l’autre mais arrangé uniquement pour un orchestre symphonique et des chœurs et dans lequel se « cachent » les thèmes des différents titres de l’album. je n’en avais pas trop parlé et c’est Aurélien, notre ingé son, qui nous a dit un jour en studio : « ça serait bien de finir l’album avec juste une reprise symphonique de l’intro ! ». j’ai donc bossé un peu dessus et ça a donné ce 16ème titre pas prévu et particulier.

Dans quel état d’esprit le groupe a-t-il composé l’ensemble de ces titres?

– L’idée directrice a été l’écriture (sur papier) de l’ensemble des mélodies et arrangements de tous les morceaux avant même d’en jouer un. La volonté était que chaque morceau contienne plusieurs mélodies et des arrangement extrêmement précis et fouillés.

Quelle part a pris chaque membre dans la composition des morceaux, musique comme textes?

– Musiques comme textes, tout a été écrit par Marcel et J-P avant le travail en studio. Ce qui n’a pas empêché une grande participation de Greg, Nico et Olive sur leurs parties respectives où ils étaient assez libres pour la musique. Chaque texte a été revu collectivement au fil de l’enregistrement des voix.

Parlez moi du label ?

– Double label: PROMOROCK MUSIC, notre label, qui aura vocation de produire non seulement ROZZ dans le futur mais également ouvert au travail avec d’autres groupes et BRENNUS MUSIC. Alain Ricard qui a une très bonne connaissance du hard-rock mélodique en France était en contact avec nous depuis la reformation de ROZZ et avait déjà notamment le EP « 2009 » à son catalogue. Ce travail avec son label et la structure de distribution physique dont il nous fait bénéficier est donc logique et dans la continuité. C’est en outre le seul à ne pas avoir cherché à nous faire modifier quoi que ce soit dans notre production artistique.

Parlez moi du festival Nord Metal.

– Le Festival Nord Metal est le premier grand festival en salle organisé par PROMOROCK EN NORD et qui a réuni sur une même scène AESTHESIA, MZ, LIGHTSEEKERS, SHANNON, MOLOTOW, ROZZ, PRAYING MANTIS et BABYLON BOMBS. Nous sommes très fiers de l’avoir organisé avec peu de moyens et l’aventure continuera pour ce festival qui connaitra sa deuxième édition l’an prochain. Le but est de permettre aux groupes français de jouer dans de bonnes conditions et permettre aux groupes étrangers qui n’en n’ont pas l’occasion de pouvoir se produire en France. Les groupes comme les spectateurs ont été ravis de participer à ce fest et en garde un heureux souvenir.

– Une tournée en prévision pour la promo de «D’un siècle à l’autre»?

– Les tournées n’existent plus pour les groupes français. Ce sont plutôt des concerts, des festivals ou soirées dans les bars. La seule tournée que nous avons connue était celle de 1986 avec 24 dates dans un seul mois. Aujourd’hui, ce sont des dates dispersées tout le long de l’année que l’on ne peut pas qualifier de tournée.

Je vous laisse conclure.

– A tous les groupes qui ne veulent pas juste tirer la couverture à eux mais qui souhaitent voir renaître un véritable réseau d’organisations de concerts en France avec de vraies scènes et de vrais moyens techniques, contactez nous pour y travailler ensemble.


(contact : Adresse courriel)

Jean Pierre et Metalfreak lors du Festival Nord Metal …

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Rozz”

  1. 1
    commentaires actuellement

    Soil Chronicles n’est pas OK Coral. Ce qui veut dire que nous aimerions bien que vous alliez régler vos comptes ailleurs. Cet article est une présentation d’un album par un groupe, pas le point de lancement d’une tribune.

    Un autre siècle est un bon album. Et nous avons voulu que les gens qui l’ont écrit, enregistré donne leur point de vue dessus.

    Maintenant chez Soil comme je pense ailleurs, on s’en fout éperdument que X ou Y soit un dictateur, un menteur, un manipulateur … ce qui nous importe, c’est la musique, et tout le ressenti qu’on peut en tirer.

    Tout autre commentaire n’ayant aucun lien avec l’oeuvre de ce groupe(ou d’un autre) sera malheureusement supprimé.

    Bonne lecture

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green