Communication de nos partenaires

Kob

Le 17 novembre 2011 posté par celtikwar

En s’intéressant à l’écurie Brennus Music on trouve de nombreux groupes prometteurs et de bonne qualité.

C’est donc maintenant avec Nico de Kob que votre webzine s’entretient, afin que tous puissent les (re)découvrir.

 

 

Bonjour je suis Celtikwar du webzine Soilchronicles et je vous remercie d’avance pour le temps accordé.

Salut moi c’est Nico, chanteur de Kob. Merci de ton intérêt.

– Je vous laisse présenter le groupe par vos propres mots pour nos lecteurs

Kob est né en 1997, bien que Thierry (guitares) et Bruno (batterie) jouent ensemble depuis le début des années 70. C’était au départ une formation à 5 (deux guitaristes). Le groupe a sorti trois albums, « Mekanism of Time » en 2002, puis « Strafe the Underdogs » en 2004 avec l’arrivée de François à la basse, puis en 2009 « Close to Dawn », album sur le quel j’apparais pour la première fois. Nous ne sommes désormais plus que 4 depuis le départ de Rudy (guitares). Le groupe a également fait pas mal de premières parties dont les deux dernières sont Y&T au Trabendo et Alice Cooper au Festival Confluences de Montereau.

– Comment définiriez vous votre musique ainsi que l’ambiance qui règne à votre concert.

Sur les deux premiers albums, Kob était catalogué comme un groupe de pur Heavy Metal. Ceci étant surtout dû au style de chant du premier chanteur (Stéphane Graziani) qui était très typé Maiden et Judas. Je pense que mon arrivée au sein du groupe a quelque peu changé la donne, car mes influences sont bien plus à chercher dans le Hard Rock US, même si j’adore également les groupes précités. Donc au final tu fais un mix de tout ça et je pense que tu as un bon aperçu de ce que peut donner Kob actuellement. En ce qui concerne les concerts, j’essaie de faire en sorte que le public soit impliqué au maximum, parce que, à mon sens, pour qu’un concert soit réussi il faut que le public en ressorte heureux et en ayant l’impression que le groupe a pris « soin » de lui.

– Etant un groupe évoluant dans la scène française, quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées et quels sont les conseils que vous donneriez à des jeunes souhaitant se lancer dans l’aventure du groupe de Metal?

Je pense que le problème majeur est le manque de structures, aussi bien pour les concerts que pour la promotion. Je connais le problème d’autant mieux que j’habite en province. Ma propre expérience (je suis entré dans mon premier groupe en 1992) m’a fait écumer pas mal de caf con’, de concentrations de moto, ou de festivals. Malheureusement le retour de ce genre de gigs est très très faible. Et de toute façon je vois très mal Kob jouer dans les trois quarts des lieux dans lesquels j’ai joué …. A moins qu’ils ne connaissent un bon vitrier pas cher ;o). Et à ceux qui voudraient se lancer dans le Metal maintenant, je leur dirais surtout de faire exactement ce dont ils ont envie comme ils en ont envie, car quelles que soient les concessions qu’ils feront, la seule chose qu’ils recevront en retour c’est le plaisir de jouer la musique qu’ils aiment, rien d’autre.

– Quel est pour vous le meilleur moyen de se faire connaître du public?

A mon sens il n’y a pas de meilleur vecteur que le live, mais voilà, quand on connaît les difficultés à organiser un concert, encore plus si on veut qu’il soit un minimum médiatisé, on comprend pourquoi les groupes français galèrent pour sortir la tête de l’eau..

– Quel est pour vous votre meilleur concert, celui qui vous tient le plus à cœur et pourquoi?

J’ai beaucoup aimé celui du 10 Juin 2011 à Montereau. D’abord parce que c’était juste avant la légende Alice Cooper, que je n’avais encore jamais vu live, ensuite parce que la scène était géniale, le matos incroyable, et le public fantastique. C’est la première fois avec Kob que je voyais le public autant réagir, et sincèrement pour le groupe il n’y a rien de plus gratifiant que ça .

– Quel est le groupe avec lequel vous rêveriez de partir en tournée?

Alors ça ça serait un rêve perso, mais si le Skid Row d’origine se reformait (avec Sebastian Bach au chant bien sûr), j’adorerais tourner avec eux. Sinon, il y en aurait des tonnes, parce que je suis avant tout un énorme fan de musique, ce qui est également le cas des autres membres du groupe.

– Avez vous de nouvelles compositions en attente ou un album à venir, une news capable d’ébranler la scène métallique française?

Nos nouvelle compos sont plus qu’en attente. Nous sortons juste d’une session d’enregistrement dans les studio PnF de Fred Rochette lors de laquelle nous avons mis 5 titres en boite. Maintenant nous allons nous servir de ça pour trouver des fonds afin de pouvoir enregistrer un nouvel album complet. Ca n’est pas gagné, mais on ne pourra pas se reprocher de ne pas avoir essayé.

– Je vous laisse conclure

Long live rock n roll et merci aux quelques personnes qui nous soutiennent encore et toujours.

Passons maintenant au track by track de votre album , avec si vous le voulez bien un descriptif de chacune de vos chansons, des anecdotes, le feeling que vous ressentez en les jouant, vos sentiments, vos regrets vos fiertés… Enfin tous ce que vous voudrez bien nous dire dessus.

Album Close to Dawn (2009)

Fame and Glory : Un bon morceau je trouve pour entamer un album. Plutôt mid tempo, mais avec une rythmique bien soutenue, un refrain accrocheur. Ce morceau traite des émissions de télé réalité et de leurs « victimes ». Je ne pense pas être loin de la vérité avec les paroles de ce titre. Premier morceau de Kob avec des chœurs également ce qui marque un changement par rapport aux précédentes productions du groupe. C’est un peu ma marque de fabrique. J’adore jouer ce morceau en live.

Who am I : On continue dans la même lignée que Fame and Glory. C’est un des premiers morceaux qui m’aient été soumis par le groupe. J’ai tout de suite adoré le riff, même si il a fallu faire des modification de la structure pour que je puisse coller le chant dessus. Il faut préciser que certains morceaux de l’album avaient été écrits alors que le groupe n’avait plus de chanteur. Il m’a donc fallu travailler sur les structures pour les adapter à mon chant.

Get out of my Way : C’est le morceau sur lequel mes influences personnelles ressortent le plus je pense. Du bon gros Hard US. Ca me ramène parfois à ce que Skid Row a pu faire sur son premier album. C’est un des morceaux dont je suis le plus fier. De plus c’est également un de ceux qui marque le plus l’apparition d’un nouveau Kob, même si ça a toujours fait partie du background des gars.

The Blank Page : Le premier morceau que je qualifierais de Heavy dans cet album. Pas le plus facile a écrire pour moi, ce qui en explique le sujet. On s’éloigne un peu plus de mes racines sur ce morceau, j’ai dû le réécrire pour trouver quelque chose de satisfaisant. Et au final je l’aime beaucoup, la fin surtout est magnifique..

Kneel Before Him : On continue dans le plombé avec celui-ci. Les paroles sont fortement influencées par mes lectures, même si je pense avoir évité de tomber dans les clichés Heroic Fantasy qu’on peu retrouver chez certains groupes de Metal. Je trouve le morceau très martial, avec le recul j’aurais peut- être rajouté un ou deux petit trucs pour renforcer ce côté-là. Mais c’est toujours comme ça quand on enregistre un album.

Come Into my World : Le morceau sur lequel j’ai passé mon audition. A l’origine Thierry me l’avait envoyé pour que je lui dise ce que j’en pensais en tant que chanteur (pas question à l’époque étant donné les 500 km qui nous séparent avant  que j’intègre le groupe). Puis de fil en aiguille je leur en ai envoyée une version avec paroles et chant pour leur montrer ce que ça pouvait donner. De là ils m’ont finalement proposé le poste que j’ai accepté. La version qui se trouve sur l’album est exactement celle que je leur avait envoyée à l’origine. Rien n’a été touché. C’est également pour moi le plus difficile à passer en live. Pas trop de temps pour respirer là dessus.

Changes : Le rêve de Thierry qui est un énorme fan de blues (tout comme François d’ailleurs). Ce morceau est un peu parti comme un défi, histoire de voir si on pouvait intégrer du blues à l’univers de Kob. Et sincèrement je pense que le pari est réussi. Ce morceau a une montée en puissance incroyable, et contre toute attente il reçoit à chaque fois un superbe accueil du public en live, ce qui prouve bien la réussite de l’entreprise.

One for One : Ce morceau me tient particulièrement à cœur, car il parle de mon histoire personnelle. On dit souvent que pour une vie perdue, une se crée. C’est arrivé dans ma famille pendant l’écriture de l’album, et ça a donné ce morceau. Il est d’ailleurs très heavy et très sombre, je lui trouve de grosses influences Black Sabbath, ce qui colle très bien au thème que je lui ai trouvé au final. J’aime beaucoup la façon dont mon chant a été traité.

The Adventurer : Ce morceau a bien failli ne jamais se retrouver sur l’album. J’en avais écrit une première version qui ne me convenait pas du tout et je ne trouvais rien qui me satisfasse pour ce morceau. Du coup j’avais décidé de lâcher l’affaire en disant aux gars qu’on laissait tomber ce morceau pour lequel je n’arrivais à rien. Puis à la fin du processus de composition, ils sont revenu à la charge car ils pensaient que le morceau était très bon musicalement (ce sur quoi j’étais d’accord) et ils trouvaient dommage de le laisser de côté. Le déclic m’est venu en regardant un reportage sur Indiana Jones 4 pendant un JT, ce qui m’a rapidement amené les paroles et la mélodie qui allait avec. Après quelques modifs sur le refrain ça nous a donné ça. Et au final je crois que c’est mon morceau préféré de l’album. Je précise que je n’ai jamais vu le film, il faudrait que je l’achète en DVD pour en remercier les producteurs J .

The Riot : Ce morceau là a subit pas mal de modifications avant de trouver la formule finale. La structure est assez atypique pour un groupe de Metal, mais elle l’était encore plus avant que je n’y colle mon nez. Contrairement à ce que ça pouvait laisser supposer au départ, je trouvais que ce morceau amenait quelque chose d’assez violent, surtout sur la partie du refrain. C’est ce qui m’a amené à traiter des émeutes qui avaient eu lieu quelques temps plus tôt. Je reste quand même assez insatisfait du texte de ce morceau. Mais les autres membres du groupe l’adorent, donc c’est que je dois m’inquiéter pour rien.

Thank You : Encore un morceau très atypique pour Kob …. mais aussi pour moi. Ce morceau peut faire penser à Led Zeppelin, même si au départ ça n’est absolument pas intentionnel. Tout est venu du fait que Thierry venait de se procurer une nouvelle guitare sèche. Il a donc fini par composer ça. J’avoue que ça m’a fait un peu peur au début parce que je n’ai franchement pas l’habitude de bosser ce genre de morceau. D’un autre côté j’étais dans une période où ce genre de titre pouvait m’inspirer. Ce qui a été le cas au final. Je pense qu’on a réussi à trouver une bonne osmose guitare/chant, ce qui donne un résultat final très intéressant. D’ailleurs les critiques positives reçues pour ce morceau nous font penser que nous avons eu raison de le proposer au public.

Too Young to Die : Dernier morceau de l’album mais également un des premiers à avoir été écrits. Il se retrouve là car nous avons trouvé que son ambiance générale collait parfaitement à une fin d’album. Le morceau est très lourd et à la fois très puissant. Il s’en dégage également une forte sensation

de nostalgie. Et puis si ça devait être le dernier album de Kob on aura au moins dit au revoir avant de partir.

www.kob-online.com

www.myspace.com/kobofficial

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green