Communication de nos partenaires

Hopes Of Freedom

Le 30 mars 2016 posté par celtikwar

 

-Vous est il possible de faire une présentation de votre formation, son histoire, son évolution, ses rêves , vos envies?

Le groupe est né fin 2007, autour de Clément Simon et moi-même et d’autres amis musiciens qui ont depuis quitté l’aventure. Il a fallut quelques mois pour que nous trouvions vraiment notre style que nous avons nommé Power folk metal, un power metal dans lequel nous rajoutons des éléments folks et celtiques.

Loris Brix (basse) a rejoint le groupe 6 mois plus tard et nous avons commencé à travailler sur l’EP 5 titres du groupe « Freedom Storm » qui est sorti en 2010.

Clément L’Heryenat (batterie) et Thibault Hennart (guitare) nous ont rejoint dans les temps qui ont suivit.

En 2012, nous avons sorti notre 1e album « Hopes of Freedom » chez Brennus.

Et nous venons de sortir notre 2e album, début 2016, album que nous allons promouvoir au maximum.

Quand aux rêves et aux envies, disons sortir encore de nombreux albums et jouer au maximum et partout.

-Votre deuxième opus « Burning Skyfall » vient de sortir avec Brennus Music, peut on faire un retour en arrière sur sa production? Quel studio avez vous choisi et pourquoi?

En réalité, nous avons enregistré dans plusieurs « studios » mais toujours avec la même personne, Franck Dhotel. C’est un mec que nous fréquentons depuis pas mal d’année, il était régisseur et ingé-son à l’ARCADE, salle de concert où nous avons pas mal joué et répété pendant une époque. Nous voulions donc enregistrer avec lui car nous connaissions ses compétences, même s’il a fallu faire des enregistrements dans un endroit, finir dans un autre, etc… Et nous sommes vraiment contents du résultat.

-Pouvez vous nous dire quelques mots sur la pochette de l’opus?

Cette pochette représente un résumé imagé de l’histoire de l’album. Le 1e album parlait d’un homme qui avait trouvé sa liberté avant d’être appelé par une « voix mystérieuse » à mener la rébellion contre les Anciens Dieux qui avaient ressurgis et corrompus l’humanité. L’histoire de « Burning Skyfall » se passe juste avant celle du 1e opus. Elle raconte l’histoire de cette « voix mystérieuse » et nous présente ce personnage, ce Dieu qui était autrefois très proches des Dieux Anciens et qui a dû prendre le large et faire tout ce qui était en son pouvoir pour protéger l’Humanité de ces Dieux autrefois bons.

L’idée était de continuer l’histoire du 1e album, mais plutôt qu’écrire la suite, nous avons préféré revenir sur les origines du conflit. L’idée nous semblait plus intéressante et originale.

-Ou trouvez vous l’inspirations folklorique pour vos chansons?

Nous avons chacun nos influences dans le groupe. Pour ma part, j’ai baigné dans le folk et le celtique depuis très jeune, mon père en jouant et en écoutant beaucoup. J’ai donc toujours accroché à toutes les formes de celtique, que ce soit en trad ou mêlé à d’autres styles comme le rock ou le metal. Du coup, quand nous avons commencé à composé nos premiers morceaux aux débuts du groupe, l’influence folk est ressortie naturellement. Et il nous a semblé intéressant d’assumer cet aspect de notre musique qui se mariait très bien avec le power metal.

-On entend sur l’opus d’autres instruments que les traditionnelles, guitare et basse. Je pense notamment au titre « On a Hazy Morning », qui se charche de ses mélodies?

Nous avons eu la chance d’avoir deux musiciens qui viennent jouer en plus sur l’album. Roman Guillaudat s’est occupé de toutes les parties de cornemuse sur « On a Hazy Morning » et sur « Hearts in Unison ». C’est un ami que j’avais déjà vu joué à quelques rares occasions et qui a fait le déplacement de Bourgogne pour enregistrer ses parties très efficacement.

Nous avons également eu Thierry Lambert en invité, mon père. Il avait déjà enregistré quelques flûtes pour le 1e album. Il s’est donc occupé de toutes les parties flûtes de « Burning Skyfall » (« On a Hazy Morning », « Oft Go Astray » et « Mother Firedrake »). Il s’est également occupé des parties d’uilleann pipe (la cornemuse irlandaise) de « On a Hazy Morning ».

Pour tout le reste, ce sont des orchestrations que je fais sur ordinateur. Cela nous permet de jouer avec un orchestre ou des instruments qui ne pourraient pas faire les concerts avec nous. Ils ne sont pas très forts sur l’album mais permettent de grossir le son et de rajouter un peu de puissance à l’énergie générale.

-On a aussi l’impression d’avoir sur cet album des titres plus directs, avec une accroche plus simple, était ce une volonté de départ, ou alors un hasard lors de la composition?

C’est vraiment un hasard. Quand nous avons commencé à composer, nous ne nous sommes pas dit « on va faire plus direct », « on va faire plus bourrin » ou autre. Nous nous somme juste mis d’accord sur le fait que nous garderions la même couleur générale. Après tout se faisait chez nous pendant la composition, vu que nous composons séparément (Thibault a composé « Human Era » et « Blood Addiction » et je me suis occupé du reste) et que nous apportons ensuite nos compos aux groupes.

-Vous est il possible de nous faire un track by track de l’album, en nous décrivant chaque titre, nous racontant son histoire, une anecdote d’enregistrement, ce qu’il représente pour vous?

1. On a Hazy Morning

L’intro de l’album. La base du morceau a été composée très vite, en route pour une répèt, j’ai eu cette mélodie en tête, je l’ai enregistré sur mon téléphone et en arrivant en répèt, nous l’avons monté. Il ne restait plus que l’orchestration à faire, ce qui n’a pas été une tâche aisée vu que l’orchestre est très présent sur ce morceau.

Il y a également une flûte, une cornemuse et un uilleann pipe. C’était un défi de pouvoir avoir ces trois instruments sur l’album et Roman et Thierry ont pu tout enregistrer, ce qui n’était pas forcément très simples. Nous sommes vraiment contents de cette intro et de l’ambiance qu’elle donne en ouverture d’album.
2. Hearts in Unison

Le morceau speed de l’album. On trouvait intéressant de commencer par ce titre, cela permet de rentrer tout de suite dans le vif du sujet (après l’intro ci-dessus). Ce morceau était surtout une épreuve pour Clément avec un rythme de batterie très soutenu. Quand nous le répétions c’était très amusant de voir sa tête dès que nous décidions de le bosser. Avant de trouver des titres définitifs aux morceaux, nous les nommions chacun par des titres temporaires et celui-ci s’appelait « Tabouret » en référence aux petits bonds que faisaient Clément sur son tabouret pendant les passages rapides, ce qui nous éclataient à chaque fois.

On retrouve encore une fois Roman à la cornemuse.

3. Oft Go Astray

Le morceau que que nous avons utilisé pour le clip. Un titre dynamique et dansant. Quand on a commencé à réfléchir à quel morceau nous utiliserions pour le clip, nous sommes très vite tombés d’accord. En le raccourcissant pour l’occasion, ce morceau devenait tout de suite encore plus efficace.

4. In Agony

Un autre titre speed mais celui-ci plus sur la longueur. Le morceau commence par un riff de guitare bien speed et à part le pont calme du milieu, il n’y a aucune pause. C’était aussi l’occase de mettre un mini solo de basse. L’histoire de ce morceau parle de la vengeance des Dieux sur les Hommes qui commencent à se rebeller, il fallait donc que ce soit un minimum bourrin. Un de mes préférés de l’album.

5. Human Era

La première compo que Thibault a apporté au groupe. Très heavy old school mais qu’on a malgré tout modernisé. Il s’est très vite intégré dans notre répertoire en apportant des p’tites recettes à la « Thib ».

Le 2e couplet a été le défi de ce morceau. L’arrangement guitares/basse/batterie est très précis nous a demandé pas mal de boulot à l’enregistrement.

6. Blood Addiction

La seconde compo de Thibault. Celle-ci a davantage fait débat par rapport à son côté progressif. Nous nous sommes interrogés un moment avant de décider si nous la mettrions sur l’album ou non. Nous l’avons finalement gardé car elle contient tout l’esprit Hopes, le côté un peu prog en plus.

7. New Dawn

Le 1e titre de l’album qui a été composé. Nous avons commencé à le travailler un an après la sortie du 1e album. Assez mid tempo, il apporte un côté plus lourd que d’autres morceaux, plus proche d’un « Blood Addiction » par exemple.

8. My Shattering Burden

Un morceau intense, son titre provisoire était « mélancolique » pour son ambiance énergique mais malgré tout un peu triste. C’est un morceau que j’avais commencé à composer il y a assez longtemps mais qui dormait dans un coin. On l’a donc ressorti pour en faire ce qu’il est maintenant.

L’écriture des chœurs de ce morceau a été l’occasion de faire quelques tests (avec des sortes de questions/réponses entre les différentes voix), j’ai donc essayé pas mal de choses et nous avons gardé ce qui est sur l’album.

9. Mother Firedrake

Le gros morceau de l’album. J’ai toujours aimé dans les albums de power écouter ces longs morceaux de plus de 10 minutes. Il peut s’y passer tellement de choses. Avec ses 11 minutes, nous sommes partis sur un esprit celtique à fond.

Pour l’anecdote, ce morceau a été entièrement composé alors que j’étais parti en week-end en balade dans un coin de Normandie qui faisait très paysage irlandais. Pendant les randonnées, je passais mon temps à enregistrer à la voix sur mon portable des bribes de chant, de guitares, d’orchestration et en rentrant de week-end, je n’ai plus eu qu’à remettre tout en ordre.

Un gros morceau, intense, celtique, épique, planant, guerrier. Clairement mon préféré de l’album.

10. Towards the Last Daybreak…

Le final. Le but était de faire le lien avec le 1e album car dans l’histoire, ce morceau enchaîne directement sur le 1e album. Comme le morceau d’avant est très long, nous voulions un morceau assez court qui fasse la transition. Le titre commence donc assez direct et se termine sur un thème qui pourra être reconnu par ceux qui ont écouté le 1e album !

-Vous avez peut être des dates de concerts à nous donner.

Tout à fait, nous serons le 3 avril au Puces Moto de Val de Reuil, le 20 mai en concert au Havre au Art Sport Café en compagnie de Air Raid et de Meline et le 9 juillet au Mojo à Louviers. Nous sommes en train de travailler sur des dates un peu plus éloignées à travers la France. Plus de news bientôt.

-Je vous laisse les derniers mots.

Merci pour cette interview tout d’abord. Et on espère vous croiser tous en concert bientôt !

 

https://www.facebook.com/hopesoffreedom

https://www.youtube.com/user/HopesofFreedom/videos

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green