Communication de nos partenaires

Gravity – Syndrome

Le 2 février 2011 posté par METALPSYCHOKILLER

Le groupe Gravity nous offre ici le track by track de leur album « Syndrome » sorti en février 2011.

1. Evasion : A la base, cette chanson a été composée pour être jouée sur une sept cordes, mais le rendu était trop lourd pour une intro d’album, nous l’avons donc adaptée pour une six cordes afin de la rendre plus dynamique et de créer un veritable impact de début d’album. En plus de cela, nous avons ajouté des “samples” pour embarquer l’auditeur dans le voyage de Mickaël et par la même occasion, dans l’album de Gravity. Au niveau des paroles, elles décrivent la fuite du spationaute, à bord du Sirius B, car il ne supporte plus la violence des hommes. Cette chanson illustre donc le début de l’album.

2. Violences : Cette chanson se situe au début du voyage de Mickaël. Elle est son premier rêve sur le thème de la violence mis en scène par la guerre. Afin d’y ajouter une touche personnelle, Alex en composant cette chanson decide d’y intègrer ses racines et utilise donc les gammes arabiques qui serveront ici a situer le rêve de Mickaël dans le Moyen Orient. De plus nous aimons tous ces gammes et nous avions déjà dans l’idée de les intégrer à une chanson. Le rêve de Mickaël s’y portait donc très bien. En ce qui concerne l’appel à la prière, nous aimions particulièrement la sonorité de celui-ci, et nous avons donc profiter de cette chanson pour l’y assimiler. Au moment du mixage, nous avons eu un délire et avons voulu refaire, dans un autre sample, un bruit inspiré de « Star Wars ». A vous de deviner lequel! (rires)

3. Souffrance : Cette chanson est la plus vieille que nous avons, elle vient à la base de l’ancien groupe de Hugo, Alex et Emilie. Elle a depuis été ré-adaptée avec Gravity. C’est notre plus long morceau, 10 minutes! Dans l’album, cette chanson décrit le deuxième rêve de Mickaël. Dans celui-ci, il incarne une jeune fille qui se fait séquestrer et violer. Cette chanson est avant tout une critique de la violence que nous trouvons intolerable. Mais cette fois-ci nous la décrivons sous une autre forme: celle de la perversité. Le sample que l’on peut entendre au début, est celui du film « Martyr ». C’est une composition avec beaucoup de changements de plans et de tempos mais nous avons voulu que chaque athmosphère crée reste dans le domaine de la violence et du désespoir.

4. Obsession : Pour le procédé de composition, Mathieu avait un riff accrocheur, qu’on utilisait pour les balances, et nous sommes partit de celui-ci pour écrire le morceau. On devait faire cette chanson en feat avec Marion de « Symbio », c’est pour ça qu’elle se veut plus « Rythmée » que les autres. Mais au final sa ne s’est pas fait. Au niveau de l’histoire, Mickaël revit le rêve décrit pas « souffrance » toutes les nuits, ce qui lui créer une obsession. Il est Obssédé par l’idée de sauver cette fille et par la la violence qu’elle subit. Cette obsession devient omniprésente et c’est le sujet de cette chanson.

5. Part 1_Espace : Espace est la première partie d’une suite avec le titre Déphasé. Ces deux chansons sont en lien car elles décrivent le rêve de Mickaël qui va sceller son avenir et sa folie. L’idée de la chanson, est que Mickaël rêve de la necessité de la jeune fille qu’il imagine, à se réfugier dans ses rêves pour fuir son malheur. Au niveau de la composition, Espace est très aérienne avec des parties en Tapping accompagnées de chant clair et en même temps, très violente grâce aux « Mosh parts » et au riffs efficace. Cette dualité musicale est en lien avec le ressenti de cette fille qui se sent bien dans le monde des rêves et très mal dans le monde des Hommes. La fin de la chanson est très « planante » entre le tapping de Mathieu, le chant clair d’Emilie, le cri d’Alex et le tapis de double d’Hugo.

6. Part 2_Déphasé : Déphasé a été composée un peu après Espace mais nous avions choisi, dans un premier temps, de l’intégrer hors concept album, dans notre Ep « Déphasé ». Nous l’avons juste re-visitée sur certains points pour la ré-utiliser sur“Syndrome” mais elle est restée globalement inchangée. Au niveau des paroles, c’est la deuxième partie du rêve décisif de Mickaël, dans lequel la jeune fille se réveille et est obligée de se confronter à la réalité et au malheur dans lequel elle vit. Elle ne le supporte pas et veut se donner la mort. Ceci va influencer Mickaël pour la suite des événements. Il voit en elle un alter-ego, la seule personne capable de le comprendre face à l’humanité qui le dégoute et il va donc donner corps à son rêve en se persuadant de l’existence de cette fille. La noirceur de la situation nous a inspiré une musique très lourde et oppressante. Pour l’anecdote, on peut apercevoir un bruit de baleines sur le pont. Ca vient d’un délire entre Mathieu et Alex qui essayaient d’imiter des bruits (motos, bruits de poussins, chant de baleines..), et on voulu en intégrer. Ce n’est pas un réel chant de baleines, mais bien la guitare de Mathieu!


7. Elle : C’est la dernière composition qu’on ai faite, elle est le résultat d’une mise en commun d’idées en répet’. Chaque membre du groupe a crée une partie de cette chanson, c’est donc une composition commune représentative de Gravity. Le piano présent dans cette chanson a été créé par notre ancien bassiste. Le pont au milieu du morceau avec les tambours africains et le sampleur saturé, ont été trouvé au studio, pendant la phase d’enregistrement, car on voulait vraiment créer une atmosphère éclectique. Dans l’histoire, la chanson symbolise le moment où Mickaël place son obsession avant sa mission et commence à entendre la voix de la jeune fille qui lui dicte quoi dire et quoi penser.

8. La constante aléatoire
: C’est une chanson importante de l’album, car l’alchimie à pris tout de suite avec l’ensemble du groupe, lorsqu’on la jouée la première fois en répet’. De plus, les paroles parlent du moment où Mickaël passe à l’acte, et supprime ses subordonnés pour pouvoir essayer de retrouver son obsession, c’est à dire la jeune fille. La chanson est donc puissante, lourde et pleine de mélancolie. La partie mélodique au milieu est le seul point clair du morceau, où on pourrait entrevoir une fin heureuse, mais le retour au riff lourd à la fin scelle son destin. Le solo trouvé par Mathieu correspond exactement à ce que l’on attendait sur ce passage. L’utilisation des « subs », explosions, alarmes, situent le côté destructeur, et signalent le problème. Il y a aussi une dimension inquiétante dans ce morceau. Au niveau de la production, au cour de l’enregistrement, Mathieu a descendu, au vibrato, une harmonique puis l’a remonté spontanément avec une autre, ce qui a créé la fréquence d’une alarme. On a trouvé l’idée géniale et on l’a gardé.

9. Le monde d’à côté
: C’est la chanson instrumentale de l’album, qui symbolise la transition complète de Mickaël vers sa folie. Elle a été faite pour un autre projet d’Alex, dans lequel il y avait des amis de Gravity, notamment un de nos amis, Clément qui a participé à la composition de ce morceau. Ce projet n’a pas marché et nous l’avons récupéré pour Gravity, en le modifiant en commun lors d’une répette, pour arriver à ce qu’il est sur “Syndrome”.

10. 437 : C’est le dernier morceau de l’album. On a voulu faire un peu comme le final d’un film, très puissant, qui soit une conclusion définitive de cette histoire. Mickaël finit donc son voyage, là où sa folie l’a mené. La chanson est rapide dans un premier temps, pour illustrer la précipitation dans les manoeuvres, les calculs du spationaute, et la deuxième partie du morceau, avec le riff en boucle symbolisant l’agonie de Mickaël. Au niveau des samples, dans la deuxième partie du morceau, on entend une personne crier, des bruits de matériel informatique exploser, et des bruits de vitres cassées. C’est notre ingé-son qui s’est amusé à casser un clavier d’ordinateur contre une fenêtre, en criant comme un malade, dans la salle d’enregistrement. Après traitement, ça donne ce que l’on peut entendre sur l’album.

Merci à Soil Chronicles pour ce tracks by tracks. Gravity.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green