Communication de nos partenaires

Era Nova

Le 1 avril 2010 posté par Fredo

Pas de présentation ni d’introduction pour ce Tracks by tracks de la colossale surprise nantaise d’Era Nova et de leur première offrande « Children Of Alcyone » ; tout est dans la chronique dont le lien se trouve en bas de page, et le critique s’efface aussitôt devant la parole des artistes…

Sorcerer’s Bird House :

Andréas : Cette intro devait être beaucoup plus longue à l’origine. Mais on s’est dit que la raccourcir au maximum mettrait « Sin Eater » davantage dans un écrin. J’adore la fin de la piste, on a un peu l’impression de se téléporter, comme dans les Zelda! C’est cool!

Chris :Pour cette intro, Pierre (claviers) en avait posé les bases de départ. Nous n’étions pas entièrement satisfaits. A l’origine, ce titre contenait grattes et batterie, mais on s’est aperçu que c’était un peu trop long, donc on l’a raccourci et modifié en studio dans son ensemble pour amener rapidement l’auditeur sur « Sin Eater ». Nous avons fait un mélange des idées de Pierre.

On entend une sorte de mélodie qui n’aspire pas à la confiance. Des bruits de pas. Le bruit des oiseaux est peu à peu effacé par le piano qui répète les mêmes notes avec disons plus d’insistance à chaque fois. Puis d’autres sons viennent peu à peu s’y greffer et le bruit des oiseaux s’estompe jusqu’à ne plus l’entendre. C’est un peu comme une vision cauchemardesque. Et cela coupe net, comme si la personne qui en était victime se réveillait en sursaut. Voilà l’idée générale de cette intro.
Pierre : En fait, ce que j’avais fait à l’origine ressemblait plus à un véritable morceau instrumental qu’à une intro. On a pris une direction différente pendant l’enregistrement, et c’est pas plus mal au final. Je pense qu’elle emmène bien l’auditeur là où l’on veut qu’il aille… avec un petit côté électro qui donne un effet quasi « mystique ». En tout cas, j’aime bien ce que Neb Xort, notre producteur, a fait à partir de mon travail, chapeau à lui.

Sin Eater :

Andréas : Bah ça fait un moment que ce morceau est composé ! Il était présent sur notre démo éponyme sortie en 2005. Rien n’a vraiment changé depuis à part le solo de clavier, et quelques paroles que j’ai modifiées.
Chris : Sin eater a été composé, il y a presque 5 ans. Quasiment, au moment au Manu (Batterie ) a rejoint Era Nova. Le riff d’intro est un riff type de speed mélodique. Le morceau a subit quelques subtiles modifications par rapport à la version de notre démo de 2005. « Sin Eater » ( purificateur ) est en fait une sorte de « potion » conçue par le magicien Kariasis qui permet aux protagonistes de l’histoire de combattre leur ennemi commun « Thorn » sans avoir le risque de subir un lavage de cerveau par ce dernier. Cela leur permet de rester du bon côté de la barrière. Au moment de la composition du morceau, j’ai tout de suite pensé à ce titre, qui collait parfaitement avec l’idée que j’en avais au départ. Au moment, où je compose les morceaux, j’ai pratiquement toujours les titres en tête. Cela m’aide beaucoup dans les finitions de chaque morceau.
Pierre : sur les trois titres de la démo, je crois que c’est celui qui a subi le moins de modifications. Les plus notables sont, à mon sens, au niveau des parties de clavier. J’ai essayé d’apporter un peu plus de sobriété à ce niveau-là, avec des arrangements simples mais efficaces. C’est d’ailleurs le schéma que j’ai essayé de reproduire sur la quasi-totalité de l’album. Je crois que dans Era Nova, on privilégie l’efficacité, et ça s’entend pour tous les instruments, y compris pour les lignes de chant

.

Trick & Treason :

Andréas : Yes ! Je me suis bien marré sur ce morceau. Je crois qu’il contient mon riff préféré de l’album, « Yeah Yeah ! ». Nicolas « Fetus » Patra chante avec moi sur ce titre. Le texte est construit sous la forme d’un dialogue entre l’héroïne de l’histoire et son grand rival. Il y a un jeu de provocation entre les deux et c’était très amusant d’écrire les paroles.

Chris :C’est la rencontre de Fania, l’héroïne, et Thorn l’ennemi juré. C’est pour cela que l’on retrouve du chant clair et du chant guttural. Il traduit à quelque point Thorn est un esprit malin et démoniaque, près à toutes les trahisons lors d’un combat qui devrait, on va dire « respecter les règles de l’art. » Messages subliminaux, intimidations, visions cauchemardesques. Tout est bon pour influencer le combat. C’est presque un combat inégal. C’est, le morceau le plus « extrême » (dans l’état d’esprit) de l’album. Andy a trouvé plein de bonnes idées sur le chant. J’ai volontairement divisé les grattes leads sur les soli en 2 parties. La 1ère symbolise Fania qui se défend contre les visions chaotiques que Thorn lui envoie, et le second solo plus dynamique traduit sa reprise de conscience.
Pierre: le riff du couplet est monstrueux, j’adore cette chanson. C’est clairement la plus agressive de l’album, elle donne bien le ton. Forcément, il y a moins de claviers, mais ça ne me vexe pas (rires). Comme je le disais plus haut, l’efficacité prime, alors si ça passe parfois par une puissance rythmique assez brute, ça ne me dérange pas. Bien au contraire, si c’est dans l’intérêt du groupe…

Bravery Hills :

Andréas : C’est un super morceau ! Mon passage préféré c’est le pont après le solo. Sinon c’est un titre hyper fatiguant à chanter, ça s’arrête jamais et les notes sur le refrain sont hautes et y’a pas beaucoup de place pour respirer ! A noter que « Run to Bravery Hills » est un clin d’œil volontaire à « Run to the Hills » de Maiden.

Chris : C’est un morceau à consonance joyeuse. Ce morceau de speed mélodique traduit toute l’envie des armées emmenées par Fania de venir à bout de l’ennemi. Quand, on écoute le morceau, on a presque envie de se dire « allez, il faut y aller, on a plus le temps ». C’est un peu ça l’idée. C’est un morceau assez ancien aussi. Quand il a été composé, la structure était assez différente. Le refrain n’avait absolument rien à voir avec l’actuel qui est largement meilleur. Ce morceau est un poil plus rapide que « Sin Eater ».
Pierre : là par contre, c’est une des quelques chansons de l’album où le clavier a un véritable rôle « lead », notamment sur l’intro. Il est plus « grandiloquent » que les morceaux précédents, c’est une sorte d’hymne assez épique. Je rejoins Chris à propos du refrain, Andy l’a complètement modifié au cours de la pré-production et on peut dire que c’est très réussi. Pour moi, c’est le refrain le plus catchy de l’album

.

Celestial Valley :

Andréas : J’adore ce morceau. Il tranche vraiment avec le reste de l’album. Pour moi, c’est le plus agréable à chanter. Celestial Valley, c’est un endroit que l’héroïne de l’histoire doit traverser. Là-bas, on rêve aussi bien le jour que la nuit, et ces rêves ou plutôt ces cauchemars deviennent souvent réalité.

Chris : Ce morceau est le récit d’un passage difficile dans un des endroits les plus dangereux de la planète Physis (lieu de toute l’histoire). Cet endroit est rempli d’esprits malins et diaboliques ayant pour but d’intimider les armées de Fania et ses compagnons. Au cours de la nuit, les visions cauchemardesques (traduit par le pont au milieu du morceau) ont un peu ébranlé sa foi qui doit pouvoir emmener ses troupes à la victoire. Les visions de cette vallée ont la fâcheuse tendance à devenir réalité. C’est un morceau typique heavy metal en mi-tempo.
Pierre : C’est clairement un gros morceau heavy, à l’image de Trick & Treason mais en mid-tempo. Gros riffs, grosses rythmiques, que Neb Xort a très bien mises en valeur. Malgré ça, la mélodie du chant reste assez catchy, c’est aussi ce qui me plaît dans cette chanson.

Children of Alcyone :

Andréas : Bon ben c’est mon morceau préféré. Le motif de guitare que Chris a trouvé sur l’intro est super original. D’ailleurs c’était pas évident de trouver un chant à mettre dessus. J’ai eu l’idée ensuite de simplement chuchoter des mots sans faire de phrases. Ces mots apparaissent comme des images que l’héroïne de l’histoire perçoit dans sa solitude extrême à cet instant. Dans Children Of Alcyone, j’ai moi aussi l’impression d’être perdu dans l’espace et le temps et j’ai voulu retranscrire mon sentiment à travers la mélodie du chant et les paroles.
Chris :C’est le morceau titre de l’album. Nous avons choisi ce titre car il est représentatif des protagonistes alliés de Fania combattant pour la justice. Ce titre traduit le rêve qu’elle fait au cours la nuit suivant son passage dans la « Celestial Valley » après avoir rejoint son ami « Nhylhyarus ». Il traduit en quelque sorte sa soif de victoire, mais avec un côté mélancolique à causes de toutes les pertes que son armée a subi ou subira au cours des prochaines batailles. Pierre a fait beaucoup d’arrangements sur ce morceau pour lui donner un aspect un peu « atmosphérique ». Ce titre sonne de façon légère tout en gardant un esprit bien metal.
Pierre : une de mes préférées de l’album. Sur quasiment toutes les autres chansons, j’ai été plutôt sobre au niveau des arrangements clavier, mais là je me suis clairement lâché. Sans paraître prétentieux, je suis plutôt fier de l’atmosphère générale du morceau. En même temps, n’étant pas le compositeur des morceaux, je peux me permettre (rires) ! Il y a beaucoup de sons différents, beaucoup de subtilités en « arrière-plan »… J’ai fait un travail plus proche que ce que j’avais pu faire auparavant avec Midwinter. La structure un peu prog du morceau apporte un gros plus. Les lignes de chant d’Andy sont excellentes également.

Neverending War :

Andréas : Alors Neverending War existait déjà avant que j’arrive dans le groupe. Juste avant le studio, j’ai modifié la ligne de chant en intégralité car je trouvais l’ancienne vraiment trop faible. J’adore le riff d’intro, on dirait un hélicoptère !

Chris : Ce titre est une sorte de retour à la réalité de la bataille. Le titre donne une impression de révolte et de volonté de ne jamais abdiquer. Il y a un petit côté « rentre-dedans ». C’est un morceau type de heavy. C’est aussi le morceau le plus ancien. Il doit avoir près de 7 ans. Era Nova n’existait pas à cette époque-là et je ne jouais dans aucun groupe. Il a subi quelques modifications par rapport à la version originale qui me gênait par endroit. Je crois aussi me souvenir que c’est le 1er morceau que j’ai joué avec Manard quand il est arrivé dans Era Nova. J’ai tout de suite su que ça allait coller.
Pierre : on retourne à un gros morceau heavy, après la fausse ballade Children of Alcyone. Le riff et la mélodie restent bien en tête, c’est une chanson assez catchy je trouve. A jouer, elle fout bien la pêche, j’espère qu’il en sera de même pour les auditeurs !

In Search of Gralium :

Andréas : Si vous voulez une anecdote de geek, sachez qu’il fait 5 min 23 secondes soit exactement la même durée que Trick and Treason !!! A part ça c’est un morceau très épique dans son ambiance qui était déjà présent sur notre démo Sin Eater. Ce titre réserve pas mal de surprises et la fin est vraiment cool.

Chris :Ce titre est le récit de Fania qui par à la conquête du Gralium, qui se trouve être le metal le plus solide de la planète et doit pouvoir permettre de vaincre Thorn. Mais à peine, Fania se saisit-elle du glaive, qu’elle voit sa propre mort s’inscrivant en pictogrammes dans le metal vivant de la lame du glaive (passage guttural). C’est un morceau lent qui traduit la difficulté de Fania a poursuivre cette bataille. Ce n’est pas de la résignation, mais plutôt une sorte de fatigue mentale, mais heureusement, elle est toujours très bien soutenue par ses amis. Ce morceau a un petit accent oriental. Le côté oriental colle souvent bien dans le metal.
Pierre : c’est le seul morceau de l’album qu’on pourrait qualifier de « symphonique ». Par définition, les claviers ont un rôle plus important, sans que cela n’enlève rien aux rythmiques, qui sont assez lourdes et heavy. Le pont est plutôt rentre-dedans, avec la voix death de Fetus.

Nhylhyarus :

Andréas : Nhylhyarus est un des personnages centraux des épisodes racontés dans Children Of Alcyone. L’héroïne Fania est sa sœur de lait et aussi l’amie chère à son cœur ! Dans cette chanson, Fania s’adresse à son ami de toujours : il faut qu’il lui confie le Phyrius, cette « pierre de Vie » capable de contrer n’importe quelle puissance de Mort !

Chris : C’est tout simplement le meilleur ami de Fania, son plus fidèle allié. Ce morceau traduit tout simplement leurs idées souvent identiques sur leurs façons de voir les choses que ce soit pour la bataille qu’ils mènent, leurs états d’esprit toujours inébranlables et leurs soifs de victoire finale. Ce moment sera le dernier avant la disparition de Fania. C’est le morceau le plus court de l’album avec « Neverending War ». On y retrouve un peu le côté « rentre-dedans ».
Pierre : dans l’esprit, on est effectivement proche de Neverending War. Gros riff speed, rythmique assez lourde… J’aime beaucoup les arrangements qui ont été faits sur cette chanson, ils donnent un petit plus non négligeable.

Requiem :

Andréas : Je peux juste vous dire qu’on a changé complètement alors que nous étions au studio. J’ai dû passer tout le week-end à chercher des paroles qui me plaisent et qui sonnent bien. Requiem finit très bien l’album. L’épisode raconté est plutôt triste, mais les refrains sont pleins d’espoir et presque joyeux.
Chris :Le dernier morceau de l’album représente la cérémonie en mémoire à Fania. L’héroine aura combattu jusqu’à sa mort pour défendre toutes les valeurs qu’elle avait reçu tout au long de son existence. Tous ses amis sont réunis pour lui rendre un dernier hommage avant que son corps ne disparaisse à jamais. Quand nous étions en studio, nous nous sommes rendu compte que le refrain n’était pas assez parlant, qu’il lui manquait quelque chose pour qu’il reflète vraiment l’idée des paroles. Il a donc fallu repenser un peu le refrain de manière à le rendre plus percutant. Andy a fait ça très bien, je pense. La fin du morceau a aussi été un peu repensé niveau chant. La démo que nous avions enregistré en 2005, nous a servi de bonne base pour modifier ce qui était insuffisant pour les 3 morceaux enregistrés et pour l’album plus généralement. Mais, il nous a fallu parfois nous remettre en question pendant le studio car certains arrangements ne collaient pas.
Pierre : le travail fait entre l’enregistrement de la démo et celui de l’album a été énorme. Moi, je suis arrivé en cours de route, et j’ai pu observer le changement… Je trouve ça assez difficile de se remettre en cause et de remanier de façon aussi radicale une chanson. Ca demande beaucoup de travail, et Andy l’a très bien fait au niveau du chant. La mélodie du refrain est tellement meilleure sur l’album ! On a également modifié l’intro, plus atmosphérique, et la fin du morceau, qui est celle de l’album également, est largement plus puissante que ce qu’il y avait sur la démo. Là-dessus, Neb Xort a fait du super boulot.
Andréas :
Voilà vous avez plus qu’à mettre le CD dans votre chaîne hifi et à chanter à fond avec le livret dans la main ! A bientôt, on se poke sur facebook !
Chris :Voilà en résumé, l’idée du concept d’Era Nova. Mais le plus important reste la musique. Cela nous a aidé à écrire des paroles. J’espère ne pas avoir trop ennuyé les lecteurs de ce « track by track » et je remercie Metalpsychokiller pour nous avoir laissé décrire les morceaux de cet album.

J’espère que beaucoup d’entre vous apprécieront l’écoute de notre disque:)

Pierre : j’espère qu’on a réussi à vous intéresser, et pourquoi pas à vous mettre l’eau à la bouche… On a pris énormément de plaisir à préparer et enregistrer cet album, même si ça a été long et parfois difficile. On espère également que vous prendrez plaisir en l’écoutant ! A très bientôt !

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green