Communication de nos partenaires

Cold Lands

Le 9 février 2012 posté par Fredo

 

Raconte un peu l’histoire de Cold Lands, en commençant par ce qu’il s’est passé depuis l’album de Radial Engines.

Après la sortie du premier album de RADIAL ENGINES et suite à pas mal de frustrations cumulées durant ce projet, ce qui devait être une réunion de groupe tout à fait basique s’est transformé en « règlement de compte » entre Thomas (Basse) et Aurélien (Chant), mettant par la même occasion en « pause à durée indéterminée » le projet dans les semaines qui suivirent. Lilian (Batterie) et moi (Guitare/Chorus) n’étant que spectateurs de cette situation, et malgré nos efforts pour sauver ce qui pouvait l’être, n’avons pu que malheureusement subir les conséquences de l’arrêt du projet RADIAL ENGINES.
Après 4 mois à tourner en rond avec toujours cette soif de musique intérieure , nous nous sommes retrouvés, Lilian, Thomas et moi, plus expérimentés grâce à notre première aventure avec RADIAL ENGINES, afin de redémarrer un nouveau projet complétement différent, sur de nouvelles bases, dans un tout autre état d’esprit.
J’ai commencé à recomposer, sur ces nouvelles bases, m’appuyant uniquement sur une authenticité profonde, et plus motivé que jamais car je redémarrais ce nouveau projet en sachant que je le porterai au Chant Lead. Après avoir accueillis divers musiciens motivés pour intégrer le groupe pour la Guitare Lead, c’est finalement Guillaume MATHONNET qui, ayant tout de suite intégré l’identité du projet, décidera de prendre part avec nous à ce qui deviendra COLD LANDS, après diverses compositions apportées et plusieurs mois de préparation. Malheureusement, après 5 mois de travail, et suite à des contraintes personnelles, le groupe se verra encore subir un changement de LINE UP avec le départ de Thomas immédiatement remplacé par Vincent LAGNIER, qui s’intégrera très rapidement à l’univers et au groupe.
C’est ainsi qu’après tous ces événements, COLD LANDS a pu démarrer.

 

Quelles retombées aviez-vous eues avec « Blind in heaven » ?

Après plusieurs concerts faits avec RADIAL ENGINES, l’album était attendu par notre petit public. Je pense que la plupart ont été satisfaits de ce premier album. Les critiques étaient assez positives malgré notre maigre expérience à cette époque et une auto production passable. Il est vrai que cet album avait plus vertu à séduire le public Rock que Metal mais pour une première expérience, c’était assez prometteur.
(chronique ici )

 

Etaient-elles conformes à tes attentes, niveau régional comme… national ?

Au niveau régional comme national mais à moins grande échelle au vu de la faible notoriété du groupe, je pense que cet album a vraiment été bien accueillis. Je pense que le public l’a d’abord abordé comme le premier jet d’un groupe naissant, avec ses défauts et ses qualités (production, compositions…) et son potentiel d’évolution. Les retours étaient vraiment très encourageants et nous sommes très contents de ce que nous avons réalisé à cette époque.

Cold Lands se veut plus metal et moins « pop / rock » que ne l’était Radial Engines : c’est plus en rapport avec ton univers ?

Effectivement, délié de plusieurs fardeaux porté au sein de RADIAL ENGINES et ayant soucis de ne pas retomber dans ce qui avait généré certaines frustrations à l’époque, j’ai commencer à composer de manières beaucoup plus naturelle, en m’appuyant beaucoup plus sur une authenticité sentimentale et effectivement, en affirmant de manière beaucoup plus directe mes influences Metal Atmospherique.

De l’époque Radial Engines, il ne reste plus que toi et Lilian (batterie) : présente-nous les petits nouveaux !

Guillaume MATHONNET (Guitare Lead / Chorus) a fait parti de divers groupes de métal entre 1996 et 2002 dont un qui s’appelait « Foreign Lands », et qui a fait quelques concerts dans les environs de Grenoble, principalement au Rock n’ Crolles par le biais de l’association « Crock ». Malheureusement le groupe a du splitter pour diverses raisons personnelles et professionnelles. Durant une longue période il a du mettre la musique en groupe entre parenthèse pour reprendre depuis Décembre 2010 avec COLD LANDS .
Vincent (Basse) a évolué dans plusieurs formations d’univers musicaux différents. Du post-hardcore/noise sur Lille au rock stoner en passant par des reprises blues sur Grenoble, son chemin musical a été compliqué bien qu’enrichissant. Depuis qu’il a intégré COLD LANDS en Avril 2011, il s’épanouit dans un univers musical qui lui correspond et redécouvre les plaisirs de la composition après près de 2 ans et demi de « covers ».

Qui s’est chargé de la pochette ? Peux-tu me la décrire ? As-tu donné des directives pour sa création ?

Il s’agit d’Annabelle MARTORANO qui n’est autre que ma sœur et de surcroît, chargé de communication soutenu par son tout récent projet, LAIRDUNEPLUME. Elle a élaboré entièrement le Logo de COLD LANDS, le site officiel ainsi que tous le graphisme de notre EP et la campagne de promotion qui s’y rattache.
Ayant une connaissance très approfondies des morceaux et de l’état d’esprit dans lequel ils ont été composés, Annabelle n’a eu besoin d’aucunes directives pour la réalisation graphique. Elle a su de manière très pertinente illustrer, les cotés froids, mélancoliques et énigmatiques que l’on essaye de mettre en avant au sein de COLD LANDS. Pour nous, ce graphisme est vraiment indissociable de la musique que l’on propose.

Quel studio ? Quel producteur ? Et pourquoi ?

Depuis RADIAL ENGINES et jusqu’à ce jour avec COLD LANDS, nous avons toujours travaillé dans les locaux du studio le HANGAR 38 à Fontaine (banlieue grenobloise), encadré par son ingénieur du son, Francesco ALESSI. Ayant suivi notre parcours sous tous ses aspects, il était le plus à même de réaliser cet EP avec nous, même si ce dernier reste auto-produit. Disposant d’un cadre agréable et grâce aux moyens matériels mis à disposition, le Studio HANGAR 38 nous a permis d’enregistrer l’EP de manière sereine, avec une production de bonne qualité, tout en étant encadrés par des personnes expérimentées telles que Francesco lui-même (enregistrement, mixage et mastering) et Nathalie MILLAT (coaching vocal), tout cela de manière très professionnelle. Il est clair que cette expérience nous a énormément apportée.

– Parle nous de chacun des 4 titres de l’EP :

• « My Heaven »

Pour la petite histoire, les paroles de “My Heaven” ont été écrites par un compositeur, Sylvain CHARPENTIER (DreamSymphonia) qui nous connaissait depuis RADIAL ENGINES. A l’époque, il a mis ce texte entre nos mains en nous donnant toute latitude pour recomposer la musique, ce que j’ai fait immédiatement. M’identifiant très facilement à ces paroles, cette composition porte vraiment en elle le style que nous tentons d’affirmer aujourd’hui avec COLD LANDS, portant toujours ces sentiments profonds de mélancolie et de mal-être ,comme une fuite de soi-même, enfermé entre un état physique à l’abandon, une vérité spirituelle, un idéal.

• « Back to hell »

Ce titre essaye d’illustrer de manière métaphorique ce désir de survie spirituelle, altéré par des évènements succincts qui de toute manière nous ramène à la réalité, comme un retour en enfer.

• « Jail »

Le titre met en avant ce qu’un homme peut s’entendre dire lorsqu’il est pris au piège, que ce soit de manière intellectuelle ou physique. On a essayé de retranscrire de manière métaphorique le sentiment d’enfermement dans toutes ses étapes: La peur, le désarroi, la volonté de survie, l’acceptation et l’abandon. Pris au piège dans sa propre cellule, seules la mort ou la folie sont libératrices.

• « The Thing »

Si l’on écoute les paroles pour ce qu’elles sont, « The Thing » raconte tout simplement l’histoire d’une bête qui meurt dans l’indifférence générale. Cependant, « la bête » représente de manière personnifiée tous les sentiments authentiques qu’un être humain est susceptible de ressentir au cours de sa vie et qui le caractérise dans toute son entité, des sentiments exacerbés tels que la haine ou l’amour. « La bête » étant comme une forme caractérisant la peur qui nous lie à ressentir ces sentiments, ce titre essaye d’illustrer notre comportement à renier tout engagement passionnel. Plongé dans un vide spirituel, nous restons spectateurs de ce qu’est notre fin, en nous réjouissant de notre propre décadence.

« Cold Lands » commence par « My heaven », l’album de Radial s’appelle « Blind in heaven »… histoire de boucler la boucle ?

Il est vrai que ce titre représente un rappel en arrière et un renouveau pour marquer une transition musicale entre RADIAL ENGINES et COLD LANDS. Le titre comportant quelques notions qui peuvent se retrouver sur l’album de RADIAL ENGINES, je crois qu’il porte surtout l’esprit du renouveau musical, ainsi que certains sentiments ou tourments encore non apaisés, même après RADIAL ENGINES.

On a toujours droit à une dizaine de titres en concert, peux-tu parler de ceux qui ne figurent pas dans l’EP ?

Les titres tels qu’ils sont amenés en concert sont pour nous comme une suite logique quand à l’introspection personnelle dans laquelle nous essayons de pousser le public. Certains titres comme « The Way » ou « Cold Lands » font appels à des sujets plus spirituels. D’autres comme « One Day » ou « Avenged of the new world » sont abordés telles l’énonciation de rêves ou de cauchemars. Il n’en reste pas moins qu’il subsiste avec ces titres, et « When I die », cette envie de répandre nos sensations, nos ressentis, l’abandon de soi, notre monde intérieur.

– On vous voit régulièrement en première partie de groupes plus extrêmes, l’accueil du public est-il chaque fois bon ?

C’est vrai que pour la plupart des plateaux partagés, on se retrouve en première partie de groupe DEATH, THRASH ou HEAVY. C’est à chaque fois un pari pour nous de jouer devant un public qui s’attend au vu de l’affiche présentée à entendre des groupes plus extrêmes au cour de la soirée. Mais je dois dire que malgré une scène française assez dépourvue en METAL ATMO comparée à la Scandinavie, le public nous a toujours réservé un accueil très chaleureux, ce qui prouve tout l’éclectisme dans le METAL.
L’ATMO reste un style très bien accueilli sur la scène et c’est vraiment un grand plaisir pour nous d’arriver à toucher, même dans un cadre qui n’est pas forcément propice.

– Sinon, à part Tanex et Radial Engines, il y a des groupes à soutenir dans la région ?

Nous avons eu la chance de découvrir énormément de groupes talentueux (il y en aurait trop à citer) au sein des divers concerts qu’on a pu faire et cela, dans tous les styles. On a eu également de très bonnes expériences humaines comme avec, INSIDE DAWN, ABINAYA, RISE OF DOOM, LUST, SPREAD’S…. Ca a été un vrai plaisir de se retrouver en loge avec certains de ces groupes. Comme je disais, je ne peux pas citer tout le monde, mais il y a encore beaucoup d’autres groupes avec qui nous aimerions éventuellement partager une scène.

– Quelle prochaine date pour COLD LANDS ?

Vous pourrez nous retrouver au festival Anesthetize à Nice les 13 et 14 Avril 2012 au cotés de groupes comme The OATH ou My Friend Skeleton sur la scêne de l’Altherax. On compte sur vous…..

Conclusion :

Je te remercie Chris en tant que chroniqueur pour cette interview et en tant qu’ami (je crois que tu me connais mieux que personne) ainsi que pour l’intérêt que tu met à nous suivre et cela depuis le début. On remercie tout le staff de SOILCHRONICLES pour le super accueil fait au premier EP de COLD LANDS et Merci à VOUS…..
Bonne écoute…. A bientôt sur scène….

 

 

Retour en début de page

2 commentaires sur “Cold Lands”

  1. 1

    Salut Cold lands, votre groupe sent une odeur qu’il me plaît. C’est celle des livres neufs qu’on ouvre et qu’on lit pour la première fois.

    Je regrette beaucoup de ne pas avoir votre présence à l’Équateur le 16 mars, mais qui sait… une prochaine peut-être !

    Continuez comme ça.

    Votre Mad.

  2. AvatarAurélien
    Posté: 9th Fév 2012 vers 18 h 57 min
    2

    Salut,

    Je suis très heureux de voir Alex et Lilian épanouis dans ce nouveau projet (pour les autres membres également, même si je ne les connais pas).

    Je suis vraiment heureux pour eux de voir leurs efforts récompensés de la sorte, et que leur chemin musical soit pavé de réussite.

    Par contre, ce que je trouve décevant, c’est la manière de dire que Alex et Lilian se déclarent seulement spectateurs de ce qui a détruit Radial Engines. Je ne donnerai aucun détail, je pense qu’ils savent pourquoi je dis cela.

    Bonne continuation à vous,

    Aurel (ex chanteur Radial Engines)

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green