Communication de nos partenaires

 

Et voila encore une année qui s’achève. Une année riche en concerts, rapportés dans nos colonnes pour certains, mais dont il y aura mine de rien fallu attendre les dernières semaines et la venue inopinée et quasi confidentielle des progueux de Pain Of Salvation pour assister, disons-le tout de go, à l’une des meilleures prestations de 2009, tous styles confondus. Retour sur ce jeudi 17 Décembre.

Les suédois ne seront en tout cas pas dépaysés ce soir, car un blanc manteau commence à recouvrir les rues lyonnaises pour la première fois cette année. Mais malgré cette météo capricieuse et les aléas de la SNCF (il devient parfois difficile de déterminer laquelle des deux est la moins imprévisible) nous arriverons tout de même à 19h devant les portes du CCO de Villeurbanne. « Nous arriverons » car nous serons bien deux à vous relater les faits (petits veinards), puisque cette soirée sera aussi l’occasion pour Steve (Lusaimoi) de faire son entrée dans la team SC et de débuter sa collection de pass photo.

The Great Beyond

Mais revenons à nos moutons. MyReferencEvents, pour leur fin d’année sur les chapeaux de roues, ont cette fois-ci fait appel aux locaux de The Great Beyond pour chauffer les planches. Un groupe qu’il m’avait déjà été donné de voir il y a deux ans en première partie de Riverside pour une prestation laborieuse au possible et dont le chanteur de l’époque en avait traumatisé plus d’un. Bonne nouvelle, celui-ci a été remplacé et son successeur (ex-Silly Twats), au timbre pourtant similaire, sait toutefois pousser la chansonnette. Le show s’en trouve forcément de meilleur qualité et paraît cette fois-ci plus abouti, plus homogène, peut être aussi grâce à des compos plus travaillée, alors que le tout ressemblait à un énorme foutoir il y a un couple d’années. Toujours mené par une paire batterie/guitare en grande forme et par une basse moins en retrait qu’auparavant, le set semble en tout cas plus cohérent et mériterait un jeter d’oreille sur une éventuelle prochaine sortie. Seuls bémols, des parties de claviers qui ne semblent pas toujours s’intégrer au reste (sans parler du jeu de scène du bonhomme, un brin kitchoune) et une personnalité encore peu marquée, le tout faisant irrémédiablement penser à Dream Theater.



Pain Of Salvation

Pain Of Salvation en concert, c’est toujours une équation à une inconnue : la forme des musiciens. En effet, vu trois fois précédemment, je me remémore des prestations allant de ‘excellent’ à ‘peu mieux faire’ et découlant directement de la condition physique du groupe, car ces progueux venus du froid ont cette particularité de vivre pleinement leurs shows d’où le célèbre adage : « à musiciens ternes, show en berne« . Alors quand débarquent les suédois après la pause « changement de matos » de rigueur, les interrogations sont logiquement de mise. Mené par l’inénarrable Daniel Gildenlow (chant, guitare), le groupe débute par une intro a capella à plusieurs voix des plus improbables enchainée par l’interlude ‘Remedy lane’ de l’album éponyme (2002) en guise d’amuse-gueule.

Et lorsque le plat principal arrive enfin après ces courtes minutes, nous serons vite rassurés, mesdames et messieurs, car les suédois vont nous proposer un début de set carrément heavy ! Jugez plutôt et régalez-vous ! Tidudidudui ! ‘Used’ et ‘Diffidentia’ (seul et unique représentante de « Be« , 2004), deux classiques pour ouvrir les hostilités, suivis du récent ‘Linoleum’ (de l’EP sorti cette année) plutôt efficace en live avec son feeling typiquement 70’s et ses nappes d’Hammond. Suite à cette impressionnante entrée en la matière, le groupe va réussir à littéralement assommer son public en l’espace de deux titres supplémentaires, mais pas n’importe lesquels, car avec ces deux perles que sont ‘Ashes’ et ‘Undertow’, le quintet sait pertinemment que les derniers récalcitrants de l’assistance ne pourront pas le rester et ne manqueront pas de fondre sous le charme. Et ce n’est pas avec ‘Falling’, solo de guitare pleurante de quelques minutes que le public va changer de dispositions. J’eus été une fille, j’eus pleuré, peut être aussi à cause du gout vestimentaire douteux du sieur Gildenlow … M’enfin, quand on en vient à reprocher cela à un artiste, c’est qu’il n’y a rien à dire sur le reste. Et ce ‘reste’ justement, s’applique aux autres membres du groupe pour notre plus grand plaisir. Impressionnant ! Ça bouge, ça sourit, ça virevolte ! Tout le monde chante avec, notons-le, un boulot hyper maîtrisé dans les aigus, les secondes voix et les grimaces de Johan Hallgren, le sympathique guitariste aux dreads. Côté son, le mixe est de très bonne qualité depuis le début de la soirée et l’on arrive à distinguer très aisément chaque instrument, chaque nuance; et pour apprécier pleinement la musique de POS, une qualité sonore irréprochable fait parti des pré-requis. Niveau setlist, c’est fort logiquement (mais avec soulagement aussi, sait-on jamais) que déboule l’épique ‘The perfect element’ suivi d’un ‘Fandango’ qui clôturera cette première partie de set essentiellement basée sur les albums « The Perfect Element » (2000, 4 titres) et « Remedy Lane » (2002, 3 titres).

La seconde partie de show, nous replongera aux débuts du groupe, aux ‘early years’, comme il est de coutume de les nommer en bonne société, avec deux titres de « One Hour By The Concrete Lake » (1998) ainsi que le groovy ‘Nightmist’, unique représentant de « Enthropia » (1997) mais néanmoins accueilli comme il se doit (aaahhh … ce passage en slap de folie), entrecoupés d’un solo de batterie plus que dispensable (et pourtant, Léo Margarit, le batteur, est français, comme quoi nous ne sommes pas forcément chauvin). La aussi, un extrait du nouvel EP sera joué histoire de marquer le coup, ce rôle étant cette fois-ci dévolu à ‘If you wait’, chanté allongé par Gildenlow, passant lui aussi avec brio son dépucelage scénique (l’extrait, pas le chanteur). Le rappel venu, seuls Fredrik Hermansson (clavier) et Daniel Gildenlow reviennent sur scène pour débuter le fameux ‘Hallelujah’ de Leonard Cohen, décliner en une version d’abord intimiste, mais gagnant progressivement en intensité tandis que les autres musiciens reviennent, pour se terminer sur un final extrêmement poignant. Un moment très fort dont profitera le groupe pour introduire ‘Conditioned’ un extrait de son prochain album, là aussi très rock et très vintage, que n’aurait certainement pas renié un Deep Purple, même si par ses cassures et son ambiance générale, la griffe POS demeure facilement identifiable. Pour terminer, j’avouerai avoir été égoïstement et agréablement surpris que le groupe ne balance pas de titre de « Scarsick » (2007) en plein set, les morceaux de cet album ne se prêtant pas forcément à l’ambiance de la soirée (et leur dernier DVD en date en étant déjà bien rempli). En revanche terminer sur la petite touche de folie de ‘Disco queen’ s’avère malgré tout une heureuse idée, mettant une bonne ambiance dans la fosse, même si ‘danser’ pourrait vite se résumer à sautiller sur place en balançant des coups à son voisin ! C’est prog ! C’est donc sous des applaudissements amplement mérités que le groupe quittera la scène pour rejoindre les loges.
SetList Pain Of Salvation
01. Intro + Remedy lane
02. Used
03. Diffidentia
04. Linoleum
05. Ashes
06. Undertow
07. Falling
08. The perfect element
09. Fandango
10. Handful of nothing
11. Drum solo
12. Inside out
13. If you wait
14. Nightmist
— Rappel
15. Hallelujah (reprise)
16. Conditioned
17. Disco queen


















Si vous êtes perspicaces, vous aurez donc compris, que Pain Of Salvation nous a livré une prestation de grande qualité ce soir et que nous avons donc assisté à un grand moment de metal-progressif, avec qui plus est un son très bon et un groupe souriant et disponible après le show. Un concert qui viendra donc clôturer en beauté le grand livre du live lyonnais 2009. Néanmoins, en plus de nos félicitations habituelles à MyReferencEvents pour cette organisation parfaite, nous ne pourrons nous empécher ce petit rappel quand à la scène prog régionale qui ne saurait uniquement se constituer de The Great Beyond qui, même si des progrès ont été constatés, reste un peu en deçà du niveau attendu surtout face à des pointures comme peuvent l’être un Enneade ou un Uncolored Wishes par exemple.

Bodom

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green