Communication de nos partenaires

Par Erikillmister

 

Ce soir, c’est d’une immense légende dont il s’agit, Monsieur Paul Di Anno !!! Bon, ça avait plutôt mal commencé, Pluie diluvienne tout le long du trajet, perdu une fois la route (malgré le GPS !) nous finissons par trouver ce village du nom de Serpaize ou Paul joue ce soir.

Une fois dans la salle, je m’aperçois que celle-ci est déjà plutôt bien garnie, au moment ou le premier groupe de la soirée débute. Il s’agit de Pain Lords, qui sont du coin, et qui délivre ma fois un très bon Heavy traditionnel inspiré de plusieurs cadors du genre, entre Iron Maiden (bon, c’est vrai que c’est quand même un peu la soirée) et Iced Earth. La particularité du combo étant d’avoir deux chanteurs, l’un au registre plus moderne, et l’autre officiant aussi à l’une des guitares sonnant beaucoup plus 80’. Ils ont fait ce qu’ils avaient à faire avec un grand enthousiasme, on ne leur en demandait pas moins !

 

L’ambiance monte d’un cran quand Coverslave prends d’assaut la scène. Bon, je vous l’avoue, les cover bands quel qu’ils soient, n’ont jamais été vraiment mon truc car aussi bons soient –ils, ils souffriront de toutes façons de la comparaison avec l’original. Mais ceci dit, quand ils sont pas mal, comme Coverslave, on passe quand même un agréable moment. Et puis là, le groupe sudiste servant également de support à Mister Di Anno, ça passe ma fois plutôt pas mal. Coverslave enchainera les titres majeurs de la Vierge de Fer version Dickinson. Ils le feront avec sobriété, chauffant un public qui ne demandait qu’à s’enflammer.
Pour moi, la soirée débutera vraiment au moment ou retentira la longue intro de « New Dracula« , annonçant l’arrivée de l’ex front man d’ Iron Maiden. Je suis un peu effrayé de la tournure que vont prendre les événements quand je vois le sieur Paul débouler, tant il parait fatigué. Heureusement, mes doutes se dissipent dés l’entame du show, avec un « Sanctuary » hurlé comme au bon vieux temps ! Ouf, le Paulo est en voix ce soir, et c’est tant mieux !

Il enchainera avec « Purgatory » que je n’avais jamais eu la chance de voir en live, et la, il confirme ma première (bonne !) impression. Si le bonhomme parait fatigué, sa voix, elle, est bien là ! La version de « Wrathchild » qui déboule ensuite est vraiment speedée, le chanteur jouant avec l’auditoire sur le refrain. Vraiment, malgré son apparente fatigue, l’ex hurleur de Maiden sait encore faire le show, le public répondant du tac au tac ! Paul reprends ensuite son souffle en nous parlant d’un truc qui est également présent en Angleterre (avec la réverb, je n’ai malheureusement pas saisi la plaisanterie…) avant de se lancer dans un « Prowler » de derrière les fagots, le mec prenant visiblement beaucoup de plaisir sur ce morceau. Et comme dans la fosse ça ne faiblit pas… Il envoie du lourd ! Un des grands moments du concert, qui renvoie les plus âgés d’entre nous vers le maxi single « Maiden Japan » sorti au début des années 80’.

Retour à l’album « Killers » ensuite avec « Murders in the rue Morgue » et « Genghis Khan » se succédant, avant un nouvel intermède, assez émouvant celui-là ou Di Anno dédiera « Remember tomorrow » à son grand pote Clive Burr lui aussi un ex-Maiden, récemment disparu (il lui donnera même rendez vous pour un barbecue en enfer). La chanson est très bien exécutée, on sent qu’elle lui tient à cœur. S’ensuivront « Charlot the Harlot« , puis « Killers« , « Phantom of the opera » (pas la meilleure du spectacle, mais bon, on lui pardonne, le show touchant à sa fin, on sent que le mec est fatigué) et « Running free » sera annoncé comme la fin du concert, mais Paul reviendra pour d’abord laisser la vedette à Coverslave sur l’instrumental « Transylvania« , avant de finir sur le mythique Iron Maiden. Une petite heure de concert et c’est (malheureusement !) déjà terminé.
Il est clair que Paul Di Anno à changé depuis les glorieuses années Iron Maiden, alourdi, se mouvant avec peine, il ne s’est néanmoins pas foutu de nous ! J’ai souvent entendu dire que l’homme était imbuvable, que l’approcher était très compliqué, et bien je peux vous assurer que pour l’avoir rencontré après le concert, c’est tout le contraire ! L’homme étant affable, signant tout ce que les fans lui emmenaient, plaisantant souvent (le mec qui lui tend une paire de basket siglées early Maiden, culte !). Je ne voudrais pas terminer sans rendre un grand hommage à l’organisation qui a vraiment été au top sur la gestion de l’événement. Bravo et merci à vous tous les gars, et un spécial thank à Fabrice qui a été pour beaucoup dans la réussite de la soirée (merci entre autre pour la séance de dédicaces pas prévue au départ.

 

Des soirées Metal comme celles-là, on en redemande !

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green