Communication de nos partenaires

Photos + report : Metalfreak

mayhem lyon

 

Quand on sait que ça faisait dix ans que Mayhem n’était pas venu à Lyon, cette soirée avait tout de la date exceptionnelle.
Oui, exceptionnelle, c’est le mot qui convient !

 

Les portes ne sont pas encore ouvertes qu’on apprend que Khaos Dei ne jouera pas, et ce pour toute la tournée : sachant que Mayhem ne joue que l’album “De Mysteriis dom Sathanas”, ça allait sacrément écourter la soirée.
On a donc attendu patiemment sur le devant de la fosse que le décor se plante !
Et quel décor : ça, pour certains d’entre nous – dont je fais partie – qui n’avaient jamais entendu parler des performances live du deuxième groupe, qui est devenu le premier par la force des choses, il y avait de quoi être surpris !
V’là-t-y pas qu’on nous colle sous le pif un énorme candélabre / bougeoir / porte manteaux (rayez la mention inutile) de la carrure d’un Bud Spencer en 16/9e !!!

Autant dire que ça recouvrait toute la batterie !
On se disait que shooter le chanteur et les musiciens allaient être une partie de plaisir, mais ça, c’était avant de voir la fumée commencer à envahir la salle.
La fumée étant la meilleure amie du photographe, on se disait que si, en plus, on allait avoir droit au triptyque stroboscopes / lumières rouges / lights de face, ça allait être visuellement la totale !

Dragged Into Sunlight 02 (Copier)

Et bien non !
Y avait encore un détail qui allait tuer encore plus…

« – Il était comment ?
– Il était de dos.
– Ok, arrêtez tous les hommes de dos que vous trouverez. »
Ça, quand Dragged Into Sunlight était sur scène, il y avait de forte chance qu’ils se retrouvent dans la prisonmouth du film « RRRrrrr !!! »
Oui, les gaillards jouaient de dos, dans le noir et les stroboscopes de face ! Y avait bien le brailleur en chef qui se tournait vers son micro de temps en temps mais encore fallait-il réussir à le voir !

Dragged Into Sunlight 06 (Copier)

Très pratique pour voir quelque chose, encore plus pour photographier, les seules lumières fixes étant celles des bougies du porte manteau de fortune – j’ai été tenté un temps d’y pendre mon sac à appareils photos – et … du bar !

Dragged Into Sunlight 12 (Copier)

Musicalement ?
Il faut reconnaitre, leur black / doom metal dépote sévère… mais pendant trois quarts d’heure, j’ai eu l’impression d’entendre le même morceau.
Dommage que ça manquait singulièrement de nuances car le jeu de scène, certes minimaliste, avait ce petit je-ne-sais-quoi d’originalité qui donnait une ambiance bien glauque à l’ensemble.
Bref, un set de tabassage en règle, au tempo souvent très rapide, aux chants alternant criard et growl, le tout bien aidé par un son surpuissant !
De quoi secouer la tête régulièrement mais aussi de quoi décrocher au bout d’un moment…

Dragged Into Sunlight 08 (Copier)

 

« Mel Mel, on va encore pouvoir jouer à « Funeral fog » », dis-je sur un ton aussi chambreur qu’ironique !
Mayhem aime avoir sa petite ambiance enfumée, que dis-je, embrouillardée…
Ça, le seul moment on on voyait de façon claire et nette dans la salle, c’est bien quand les techniciens préparaient la scène… Ce moment magique où tu te dis « Au moins, j’aurai réussi à shooter la batterie« .

Mayhem 01 (Copier)

Dix minutes avant le show, on entendait les canons à fumée se remettre en branle et c’était partie pour une bonne séance de smog bien opaque.
L’alternance de lumières bleues ou rouges donnaient une ambiance bien oppressante et l’écoute de l’intégralité, en live, de cet album cultissime était l’assurance d’un putain de bon moment !

Mayhem 04 (Copier)

Mayhem sur scène, c’est la tuerie absolue.
Et quand c’est cet album qu’ils jouent, c’est puissance 1000.
Le show est rodé, les musiciens sont inquiétants à souhait et seules quelques intros entre les morceaux achevaient un auditoire déjà bien sonné par les riffs et rythmes assassins de l’ensemble, donnant à « De Mysteriis dom Sathanas » une dimension encore plus grandiose !
Le show aura duré trois quarts d’heures, mais d’une telle puissance et intensité que chacun sera reparti comblé…
Grande performance scénique d’un groupe aussi misanthropique que maléfique…

Mayhem 06 (Copier)

Quelle tuerie !

Mayhem 11 (Copier)

Grands bravo et merci à Sound Like Hell pour cette débauche de décibels exceptionnelle !

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green