Communication de nos partenaires

Live report : Bloodybarbie

Photos : Bloodybarbie

 

Photos du concert : http://www.soilchronicles.fr/photographies/kamelot-gus-g-kobra-and-the-lotus-a-la-cigale-paris-le-17092015-2

 

Parmi les grands groupes du power mélodique que j’apprécie, il y a ce fameux groupe américain/allemand/suédois (les membres sont dispersés partout dans le monde) assez connu dans la communauté : Kamelot. Hélas je n’ai pas pu assister à leur concert du temps du frontman Roy Khan, qui a dû cesser toute activité musicale à cause de problèmes de santé – même si, parait-il, Tommy Karevik assure de mieux en mieux sur scène.

Mais ma réjouissance se trouve doublée lorsque l’un des deux groupes qui les accompagnent lors de cette tournée a été dévoilé. Il s’agit du groupe solo de Gus G. (qui a eu l’honneur de succéder Zak Wylde et devenir le nouveau guitariste session du prince des ténèbres Ozzy Osborne). Ce privilège lui a permis de grimper les échelons du succès et de la notoriété. Il est aussi célèbre pour Firewind (actuellement en chômage et à la recherche d’un nouveau chanteur), sans compter ses innombrables interventions et collaborations avec d’autres groupes (Nithrage, Arch Enemy, Dream Evil…). Notre cher grec hyperactif s’est trouvé une activité musicale pour ne pas se tourner les pouces (même si c’est difficile quand on est guitariste) quand Ozzy et Firewind ne sont pas en tournée. Surtout quand la musique, c’est son travail à plein temps. En 2004, il a donc monté un groupe dont il est roi en 2014 et qui porte son pseudo : Gus G. Et le voilà en tournée avec Kamelot cette année pour défendre son deuxième et nouvel album : « Brand New Revolution » (sorti en juillet 2015), après « I am The Fire » en 2014. Certes, si vous cherchez l’œuvre du siècle en terme d’originalité mélodique, ce n’est pas chez Gus G. que vous allez la trouver, mais si vous êtes fans des branleurs de manche, des jeux de grattes ultra techniques et des soli de tarés, ou simplement si vous êtes guitariste assoiffé d’apprentissage… alors vous serez bien servis par Gus G. D’ailleurs quelques heures avant le début de concert, il donnait une master class à deux trois personnes qui se trimbalaient avec leurs grattes au backstage.

Le dernier nom qui complète l’affiche m’est complètement inconnu, mais je l’ai découvert quelques jours avant : il s’agit du jeune groupe canadien Kobra And The Lotus fondé en 2009. Du heavy metal mené par une frontwomen, la très jeune Kobra Paige, qui a eu le courage de former ce groupe et de se battre pour en vivre en consacrant à 100% aux compositions et à celui-ci, qui a pris de l’ampleur grâce aux tournées avec de très grands maitres du heavy comme Judas Priest, Kiss ou encore Def Leppard. Les canadiens ont sorti fraichement un nouvel EP (fin août) « Words Of The Prophets ». Nonobstant le fait qu’ils n’aient pas réinventé le heavy, ils l’ont simplement rafraichi et font perdurer le hard rock/heavy metal que les grands-papys ont créé. C’est sûr qu’ils sont les bienvenus dans ce monde, tant qu’il reste de la place ou qu’ils arrivent à s’en frayer une.

19H 30 : Kobra and Lotus fait son entrée sur scène et nous balance son heavy metal avec Kobra dans une très belle tenue de heavy metalleuse bien argentée. Fort sympathique, dynamiques – ses  protecteurs et elle – avec une voix heavy qui se respecte, les canadiens ont tout pour nous administrer une bonne dose de heavy metal/hard rock bien énergique, un peu technique comme « 50 shades of evil » et  » Soldier  » (voilà qui est plus intéressant que le Grey), du thrash sur « Warhorse » ou power comme sur « Hold On », des balades comme « Lost In The Shadow » où Kobra dévoile une voix un peu plus rauque que sur les autres morceaux !

Hélas, les jeunes ne savent encore bien utiliser leurs atouts, être plus rentre dedans et ne pas avoir peur de se rapprocher du public, ce malgré toute la bonne volonté de Kobra. D’ailleurs, le public regarde la scène sans bouger le moindre cheveu… J’ose imaginer que c’est assez frustrant, surtout lorsqu’on n’a pas vraiment de reproche à leur faire. Les morceaux sont assez bien choisis, surtout pour une première partie, le son est globalement bon malgré quelques problèmes techniques qu’ont rencontrés le bassiste et le guitariste, mais qui se sont vite résolus. Mais bon, c’est comme ça, la foule n’était pas encore bien chaude… ou alors c’est l’effet ‘surprise’ ou ‘découverte’.

Dommage que le meilleur morceau («Visionary ») ne figure pas sur leur setlist mais il est clair que les morceaux joués dévoilent toutes les facettes et le talent de la superbe voix de Kobra, qui pourra peut-être entrer dans la légende hard rock féminine aux côtés de Doro, Girlschool, Veronica V ou Crucified Barbara.  Mais aucun morceau de leur nouvel EP « Words Of The Prophets » n’a été joué (dommage « Lay It On The Line » aurait eu une belle place en live) !

Setlist Kobra and Lotus :
– Soldier
– Warhorse
– Hold On
– I Am, I Am
– Lost in the Shadows
– 50 Shades of Evil

 

C’est « Rock You Like A Hurricaine » (de Scorpions pour les incultes) qui a servi de morceau apéro à cette deuxième partie du concert et sur lequel le public s’est fait le plaisir de chanter, public qui monte en décibels pour accueillir chaleureusement Gug G. Certains avaient l’air ravis de voir la bande de Gus G. alors d’autres ne savaient même pas de qui il s’agissait.

Gus G. est connu pour être polygame en termes de chanteurs puisque, sur ses deux albums, il avait invité plusieurs chanteurs pour mettre leur grain sur différents morceaux. L’heureux élu pour assurer le chant lors de cette tournée est le charismatique et redoutable Henning Basse, qui a déjà assuré des tournées avec de grands groupes comme Brainstorm, Firewind, Gamma Ray…En tout cas au chant, il assure comme un dieu et sa présence scénique est irréprochable. La différence avec Kobra Paige est bien notable, elle a de quoi en tirer des leçons.

C’est malheureusement avec « Burn » qu’ils entament ce show (car loin d’être un de mes morceaux préférés) suivi de « Brand New Revolution » aux couplets heavy /grunge, même si le refrain n’est pas top. Henning prend le soin de nous saluer une deuxième fois et balance quelques mots en français, pour faire la pub du nouvel album et présenter chacun des membres du groupe… Le boulot de frontman, quoi… puis il présente le titre suivant, issu du premier album, l’excellent et calme « Eyes Wide Open » sur lequel Henning montre un registre vocal différent et Gus nous fait enfin un vrai et long solo digne de ce nom. Puis s’enchaîne « Come Hell or High Water ».  Aussitôt que Henning annonce « World On Fire », l’excitation monte au sein du public, témoignant de leur fan-attitude de Firewind : un circle pit a failli se créer !

Henning s’éclipse le temps de l’instrumental « The Quest » pour laisser la place à la vraie vedette du groupe : Gus G. qui déballe tout ce qu’il a dans les doigts. Entre sweeps, shred, tappings, voilà l’ultime leçon de guitare du soir et le meilleur morceau du nouvel album ! Et ce n’est pas fini, puisque voilà du très bon heavy metal bien groovy, « Terrified », une des meilleures compositions de Gus G. à la Priest, Accept et autres stars du genre.

Le jeune batteur Johan Nunoz, qui est également batteur de Firewind, a également eu le droit à ses quelques courtes minutes de gloire pour nous offrir un petit solo de batterie, pendant que Gus se repose/accorde ou change de guitare.

Nul doute désormais que beaucoup connaissaient Gus G. puisque les voix du public s’élèvent pour faire office de chœurs sur le refrain du titre qui déchire, « I am The Fire ».

Si les dépoussiéreurs de manches ont l’habitude de frimer et bien se montrer, c’est loin d’être le cas pour Gus, puisqu’il se tient modestement dans son coin, timidement caché sous ses cheveux, exécutant sérieusement ses soli à la perfection, sans la moindre faute.

On espère les revoir très bientôt en tournée. On retrouvera d’ailleurs notre cher grec au stand du merch’ pour aller à la rencontre de ses fans.

Setlist Gus G. :
– Burn
– Brand New Revolution
– Eyes Wide Open
– Come Hell or High Water
– World on Fire (Firewind)
– The Quest
– Terrified
– I Am the Fire

 

21h00 Monte enfin sur le trône de cette soirée Kamelot, avec son entrée sur scène majestueuse sur une bande son grandiose, pour entamer le show avec « Veil of Elysium ». Le public se transforme aussitôt en chœurs, sur tous les refrains et jusqu’à la fin du concert ! La pochette de leur nouvel album orne fièrement le fond de scène.  Au chant, un Tommy en complète forme, qui a su mener le public jusqu’au bout. Sinon, la setlist s’est poursuivie à merveille, piochant dans les anciens albums mais surtout le nouveau qui occupe la moitié de la setlist, au point que  j’aie eu peur que « Center Of The Universe » ne soit pas joué – mais  comment pourraient-il ne pas jouer ce petit bijou ?

Et l’honneur revient à Linnéa Vikström (de Therion) d’assurer la partie de chant féminin et de chœurs sur certains morceaux, ou en duo avec Tommy sur « Sacrimony » et « Revolution » exceptionnellement sur cette date française, puisque c’est Kobra Paige et Elyze Ryd qui se partageront le chant sur d’autres dates (Lyon par exemple)… même s’il y a des doutes sur les parties de growl qu’on entendait (playback ou pas, telle est la question).

Un moment de silence pour que Tommy nous annonce la triste nouvelle du décès de son grand-père, dont il était très proche et nous avoue qu’il n’aurait pas dû être là, mais qu’il voudrait lui dédier un morceau, et ce sera « Song For Jolee ». Sur cet instant d’émotion forte pour les cœurs sensibles, Tommy fait preuve d’un romantisme jusqu’auboutiste, allant jusqu’à prendre la main d’une jeune demoiselle au premier rang et chanter un court passage en la regardant droit dans les yeux (je pense qu’elle ne s’en est toujours pas remise)… Au moins il aura fait d’elle une femme très heureuse ce soir-là.

La setlist se poursuit par la traditionnelle « March of Mephisto », puis « Rule the World » et « Insomnia ». Au tour de Casey Grillo de faire son show avec son solo de batterie, puis ça repart sur « Liar Liar » (Wasteland Monarchy) en duo avec Alissa White-Gluz, remplacée par Linnéa pour la tournée. Après « My Confession », c’est au tour du timide Oliver (le mari de Simone Simmons pour ceux qui ne le connaissent pas) de faire cracher son clavier, comme si ce n’était pas déjà assez ! Puis vient le titre le plus génial sur scène du concert : « Forever ». Un moment intense lorsque Thomas Youngblood nous balance son solo seul sur scène et fait cracher sa gratte, avant que le reste du groupe ne revienne pour monter les décibels et finir en beauté ce magnifique « Forever ». Vient l’instant de cours de chant consistant à répéter à la note près ce que Tommy nous demande de fredonner – même si son exercice a duré trop longtemps ! La foule a tellement apprécié qu’elle a continué à le fredonner encore une bonne minute lorsqu’il était terminé ! L’ensemble aura duré 11minutes alors que le morceau n’en dure que 8 !

Et voilà que le concert se termine officiellement de cette manière, avant le traditionnel rappel pratiqué par des groupes d’une certaine catégorie (ne rêvez pas de voir un rappel lors d’un concert de black metal). Et c’est la tant attendue « Sacrimony Of Afterlife » (une de mes préférées), « Révolution » et « Continumm » qui clôtureront ce super concert. Le batteur aura également eu son instant solo ainsi. Finalement, Tommy assure bien sur scène, même si je n’ai pas eu la chance d’y voir Roy Khan quand il était encore dans le groupe. Même si le concert était très bien, il ne m’aura pas laissé une trace indélébilement mémorable… Passé ce report, il sera certainement oublié, sauf pour la partie de Gus G. parce que je suis une fangirl de ce guitariste.

 

Setlist Kamelot :
– Veil of Elysium
– When the Lights are down
– The Great Pandemonium
– Center of the Universe
– Karma
– Torn
– Song for Jolee
– March of Mephisto
– Rule the World
– Insomnia
– Drum Solo (Casey Grillo)
– Liar Liar (Wasteland Monarchy)
– My Confession
– Keyboard Solo (Oliver Palotai)
– Forever

Rappel :
-Sacrimony (Angel of Afterlife)
-Revolution
-Continuum

Je remercie HIM Media et Napalm Records pour l’invitation, Base Production pour cette superbe organisation comme d’habitude ainsi que les trois groupes pour nous avoir permis de passer une excellente soirée.

 


Retour en début de page

1 Commentaire sur “Kamelot + Gus G. + Kobra and The Lotus à la Cigale (Paris) le 17/09/2015”

  1. pingback pingback:
    Posté: 16th Nov 2015 vers 0 h 47 min
    1
    Kamelot + Gus G. + Kobra and The Lotus à la Cigale (Paris) le 17/09/2015 | Soil Chronicles

    […] par Gus G. et Kobra and The Lotus. Voici le live report qui complète cette galerie photo : http://www.soilchronicles.fr/reports/kamelot-gus-g-kobra-and-the-lotus-a-la-cigale-paris-le-17092015 #gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green