Communication de nos partenaires

Live report : Bloodybarbie

Photos : Bloodybarbie


 

Ca faisait 8 ans que le groupe américain de metal alternatif Hinder n’était pas passé en France, un évènement exclusif donc ! Et pourtant, je n’étais pas du tout au courant de leur passage à Paris en ce 09/09/2015 au Divan Du Monde, moi qui suis fan ! Il faut dire que monsieur Drouot ne fait de la com’ que pour les très grands groupes comme KISS ou Judas Priest, qui n’en ont pas besoin (mais bien sûr la place est 100 euro…). En tout cas merci à Roger (Replica Promotion) qui nous l’a fait savoir en annonçant leur première partie, FLOWN, une dizaine de jours avant l’événement.

D’ailleurs, j’arrive une heure avant le concert, alors que je m’attendais à voir une file monstrueuse devant la salle ; à ma grande surprise j’étais la cinquième ! J’ai même failli croire que le concert avait commencé tellement c’est incroyable. Hé oui, il parait qu’il n’y avait pas plus de 100 personnes ce soir…c’est bien dommage ! En tout cas, il y avait un fan qui a fait le déplacement de Macon jusqu’à Paris rien que pour cette soirée (clin d’œil à Damien).

Après tout, ce n’est pas grave pour nous, rien de mieux qu’un petit concert privé d’un relativement grand groupe (aux USA) en petit comité.

Il est 20h et c’est au groupe local français de rock progressif, FLOWN (du Val d’Oise même) que revient l’honneur de chauffer ces quelques personnes (on n’était qu’une cinquantaine à ce moment). Cette formation parisienne œuvre depuis 2008 et dispose d’une discographie de deux albums, ainsi qu’un nouvel album qui paraitra très prochainement, « Make Believe ».

Et quelle bonne impression a-t-il fait, c’était tout simplement génial ! Le son était très bon et pour les fans de Hinder, c’est un style tout à fait proche. Le set débute avec « Miles from Home » (de leur précédent album « Gravity », sorti en 2012) aux riffs de guitares noisy absorbants à la Muse… idéal pour captiver l’auditeur et l’immerger dans leur univers planant. Le mid-tempo de « Phone Game » nous apaise davantage avec des couplets au jeu de guitares groovy et des refrains stoner et psychédéliques.

Puis vient cette petite balade planante et très bien travaillée (moi qui appréhende les balades en concert…), « Lived » – que j’ai d’ailleurs réécoutée plusieurs fois après le concert – avec ses arpèges raffinés et incessants, qui continuent à résonner ensuite. Un titre comme ça ne s’oublie pas facilement ! Nous avons eu le droit en exclusivité à deux extraits de leur nouvel album, deux morceaux splendides : « Sky Between Us » et « Headlights ».

FLOWN a fait une très bonne impression en ces 30 minutes très agréables que beaucoup retiendront, on s’y attache facilement. Au plaisir de les revoir !

Setlist Flown:

1. Miles from Home
2. Phone Game
3. Lived
4. Sky between Us
5. Headlights

 

Vient le tour de la partie la plus attendue de la soirée, ce moment où l’on devient surexcités à l’idée de voir ENFIN Hinder sur scène, surtout quand c’est la première fois. Bien que les américains soient méconnus au bataillon français, ils ont cependant quelques fidèles. Hélas, comme ce groupe n’a jamais fait appel à un promoteur et un distributeur, difficile d’en entendre trop parler ou de découvrir ses albums chez les disquaires, si ce n’est en tombant dessus sur une radio étrangère ou par hasard sur youtube. Les fans de Three Days Grace, Breaking Benjamin ou similaires ne peuvent qu’aimer (et connaitre d’ailleurs).

Connaissant ce groupe depuis un bon moment, je reste une éternelle fan et, à aucun moment, n’ai été rebutée par un de leurs albums. D’autant plus, après ce silence radio absolu et sans nouvelle durant l’année 2013, leurs fidèles les ont un peu oubliés. Ils ont d’ailleurs publié une vidéo facebook suite à ça, s’excusant et promettant un nouvel album mais avec, à la surprise de tous, un changement de chanteur, alors que les fans étaient fortement attachés à Austin. Certes, on appréhendait le changement de chanteur (Marshal Dutton qui remplace Austin depuis le dernier album « When The Smoke Clears », paru au début 2015), mais finalement celui-ci est très bien passé et le début de concert ôte toute cette inquiétude. Parait-il qu’il a même travaillé sa voix pour plaire et ne laisser aucune place à la nostalgie d’Austin, bien que son timbre vocal soit différent, ce qui lui confère son propre style. L’effort a été fortement apprécié en tout cas ! Bien évidemment, il n’est pas seul à chanter sur scène et se fait accompagner parfois par les chœurs ou par le bassiste sur certains screams.

Le quintet fait son entrée sur scène avec le tubesque et jovial « Use Me » et ses tappings, puis Marshal qui entre sur scène avec sa guitare avant de dévoiler sa voix en live… de quoi chauffer la salle en deux secondes, surtout après l’incontournable « What Ya Gonna Do ». Sans surprise, tout le monde connaissait le refrain et même quelques couplets ! La voix du frontman n’était pas encore bien rodée et échauffé mais s’est bonifiée au fil du concert. On s’habitue et on s’attache vite à ce personnage fort sympathique et débordant de bonne humeur, qui est d’ailleurs contagieuse. La setlist suit son cours avec des accroches pour introduire chaque titre. « Homecoming Queen » n’a pas eu l’air d’enthousiasmer le public mais « Hit The Ground » sauve la mise avec ses riffs très Rock n’ Roll rajeunis par une touche de rock alternatif ! Avoir un guitariste aussi balaise dans son jeu de guitare que physiquement est un véritable avantage ; ça permet à Hinder une vaste ouverture musicale jusqu’à faire de leur style quelque chose qu’on peut s’approprier. « 2 Sides Of Me » est un autre exemple dans la même came et encore plus modernisé, avec une base de Rock sudiste et des soli à l’ancienne !

Un petit break avant d’enchainer, après avoir salué le public (encore !), puis il nous incite à boire, se droguer (ce genre de choses malsaines, quoi) pour annoncer « Intoxicated » et, bien évidemment, prend une gorgée de son whisky (ou autre), bien camouflé dans une bouteille d’eau, avant d’entamer le morceau. S’ensuit « Wicked Garden » de Stone Temple Pilote, qui est d’ailleurs formidablement reprise comparée à l’original !

Invariablement, Marshal déborde de sympathie et d’enthousiasme, le sourire et la bonne humeur s’inscrivaient instantanément sur son visage. Il parle et chante, non seulement avec ses cordes vocales mais avec son cœur. Il a la bougeotte et hors de question pour lui de laisser le public tranquille ne serait-ce qu’une seconde (bon, sauf quand il joue quelques minutes de gratte), il n’y a aucune barrière entre lui et nous (surtout pas au divan du monde) et le premier rang était son principal interlocuteur. Il n’hésite pas à partager son micro pour donner la parole au public qui pourra fredonner quelques passages simples.

On a eu le droit à un slow intense sur « Lips Of an Angel » mais personne n’a osé danser dessus (Marshal nous conte que des personnes se sont mariées sous l’hymne de cette chanson). Ils terminent le set avec « All american Nightmare » pendant lequel Marshal trouve un moment pour présenter chaque membre du groupe, les laissant s’exprimer le temps de quelques secondes en solo à l’aide de leur instrument et les taquiner : le batteur s’est fait traiter de roux, bien que ça soit vrai, il a pointé du doigt la fossette de Joe (le guitariste soliste) ou encore le style vestimentaire de Mark (guitariste rythmique)…Et j’oublie de ce qu’il en était pour Mike (le bassiste).

Ils ne quittent pas la scène pour se faire rappeler comme cela se fait traditionnellement et enchainent directement avec « Better Than Me » et enfin « Get Stoned » pour nous booster comme il se doit.

Le fait de jouer devant une salle à moitié vide n’effrayera à aucun moment Hinder, qui s’est donné à fond pour nous faire vivre une soirée fort sympathique, qu’on n’est pas prêts d’oublier surtout avec des musiciens d’aussi bon niveau et des soli de guitares à gogo par les soins de Joe.

En tout cas si vous ne connaissez pas, je vous engage vivement à découvrir cette perle du metalcore/Rock alternatif. La setlist n’était pas suffisante ni rassasiante, il manquait beaucoup de morceaux comme « Dead To Me », ce n’est pas la meilleure façon de se faire pardonner son absence des salles françaises pendant 8 ans. Il aurait juste fallait d’une heure de plus !

A la fin du concert, tous les membres du groupes se rendent au stand du merch’ pour discuter avec les fans, dédicacer tout et n’importe quoi, prendre des photos… Marshal nous y demandera si Hinder est si méconnu que ça, certainement à cause du peu de personnes présentes (car aux USA, ils remplissent l’équivalent d’un Zénith). Il avouera cependant qu’il préfère ce genre de petits concerts où chacun est à fond et l’ambiance est très cool.

En guise d’au revoir, ils finiront par nous promettre de revenir à Paris très bientôt.

Setlist Hinder :

1. Intro
2. Use Me
3. What ya gonna do
4. Homecoming Queen
5. Hit the Ground
6. 2 Sides of Me
7. How Long
8. Intoxicated
9. Wicked Garden (Stone Temple Pilots cover)
10. Wasted Life
11. See you in Hell
12. Lips of an Angel
13. All american Nightmare

Encore:
15. Better than me
16. Get Stoned

Un grand merci à Roger pour l’invitation, à l’organisation, et aux deux groupes pour cette formidable soirée.

Lien de la galerie photoshttp://www.soilchronicles.fr/photographies/hinder-flown-le-divan-du-monde-paris-09092015

 

 

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Hinder + FLOWN au Divan Du Monde (Paris) le 09/09/2015”

  1. pingback pingback:
    Posté: 1st Oct 2015 vers 1 h 20 min
    1
    Hinder + FLOWN (Le Divan Du Monde, Paris, 09/09/2015) | Soil Chronicles

    […] Le live report est par là : http://www.soilchronicles.fr/reports/hinder-flown-au-divan-du-monde-paris-le-09092015 […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green