Communication de nos partenaires

Hellfest 2013, Report photo de Olive Yeah

Le 10 juillet 2013 posté par celtikwar

Tous les ans les métalleux de France ainsi que du reste de la planète se retrouvent au mois de juin à Clisson pour ce qui est devenu au fil des éditions, l’événement majeur en matière de guitares qui sonnent, de basses qui vrombissent et de double pédale de grosse caisse qui défonce les cages à miel : LE HELLFEST.
Ce vendredi 21 juin les portes de l’enfer vont s’ouvrir pour le plus grand plaisir de tous.

L’entrée est tout simplement superbe, les toiles représentant une cathédrale sont du plus bel effet preuve en est, le nombre de festivaliers prenant les « portes de l’enfer » en photo.
Ayant eu la chance de pouvoir entrer en avance je profite d’un moment rare : personne sur le lieu, tout semble vide et calme alors que les bénévoles s’activent à tout mettre en place avant le déferlement incessant qui ne s’arrêtera que le dimanche âpres le concert de Ghost.

Les hostilités commencent donc sur la mainstage 2 avec le groupe Dr Livin Dead. Ce groupe suédois ouvre dans un trash tout ce qu’il y a de plus classique, influencé entre autre par Suicidal Tendencies. Finalement la seule originalité du combo est que les membres jouent tous avec un masque de squelette. Ceci étant il faut bien entamer le festival et le groupe ne s’en tire pas s’y mal que ça.

 

 

Suite sur la mainstage 01 avec les allemands de Kissin Dynamite. Changement de style radical puisque là c’est le glam qui est à l’honneur avec tous les clichés qui l’entourent. Le chanteur ressemble à s’y méprendre à Dragon Ball Z avec sa coiffure au vent. Le bassiste nous offre des poses du plus bel effet. Finalement (bien que pas spécialement fan du genre) c’est avec le sourire aux lèvres que passent ces 30 minutes rafraîchissants.

Je cours sous la Temple pour aller nos compatriotes Stille Volk. Les balances semblent durer un peu plus longtemps que prévu mais lorsque le groupe se met en place, la magie opère. Le pagan folk acoustique de Stille Volk est tout simplement envoûtant. Les influences médiévales sont parfaitement maîtrisées et les instruments traditionnels tel que la vièle recueille un avis plus que favorable de la part du public.

 

Demi tour pour aller juste en face profiter la performance de Misanthrope sous l’Altar, et là comment dire…. Ce concert restera pour moi la déception de ce vendredi. Non pas que le groupe ne soit pas en place, loin de là , mais le son n’est vraiment pas à la hauteur (ce qui sera le seul concert des 3 jours a connaitre se problème) et les lumières rouges viennent gâcher le plaisir des photographes. Ceci étant le groupe enchaîne les titres et le public semble répondre présent.

 

Deuxième petit sprint de la journée vers la mainstage 01 pour aller le bon stoner heavy rock de nos amis anglais Black Spiders. Belle surprise, ici pas de chichi, ça joue ça envoie et c’est bon. Du bon rock qui transpire la sueur, la bière et le jack daniel’s . LA surprise de ce vendredi.

 

Hop deux pas sur la gauche pour jeter une oreille sur le thrash des ricains de Vektor. Le sourire affiché par les musiciens fait plaisir à voir et c’est sans difficulté que l’on passe du rock stoner de Black Spider à un thrash du plus bel effet délivré par Vektor. La technique est là, les compos tiennent la route, ça envoie, ça poutre c’est du tout bon. Une belle mise en bouche pour cette journée Thrash puisque suivront Testament et Kreator.

 

 

Retour sur la Mainstage 01 pour Hardcore Superstar. A la vue du chanteur on se dit que l’on va avoir droit à un ressucer de Motley Crue et finalement … pas tant que ça. Nos suédois sont dans un délire Hard Rock tendance Sleaze. Autant être direct ce n’est pas du tout mon style mais les compos tiennent la route et le public semble apprécier, c’est bien là le plus important.

 

Petite pause pizza bière en passant par le Kingdom of Muscadet, et, en route pour un superbe voyage vers les iles Féroés avec Tyr qui joue sous la Temple. Le public est arrivé en masse pour soutenir le folk métal de nos amis. Les dieux ancestraux et les rites anciens sont mis à l’honneur, amis païens soulevez vos kilts et dansez slammez sur la superbe musique de Tyr. Un très bon concert avec une superbe ambiance.

 

Retour sur les mainstage pour une sacrée brochette de groupes.

Ça commence avec Saxon, véritable légende anglaise du heavy metal. Biff et ses camarades sont là et bien là. Le groupe enchaîne les classiques sans aucune faute de gout. Les souvenirs remontent, les papys sont en forme, le public est là lui aussi (de très jeunes avec des personnes qui pourraient être leurs grands parents). Saxon surf sur le temps sans prendre de ride.

 

La suite avec Hellyeah et son allure de all star band. Il faut dire que compter Vinnie Paul à la batterie, Chad Gray au chant et le 6 cordiste Greg Tribbett de Mudwayne ainsi que Bob Zilla guitariste de Nothingface, ça fait une belle carte de visite. Le power metal thrashisant du groupe fait mouche, les salves s’enchaînent pour le plus grand bonheur des slammeurs qui vont donner du boulot aux costaux de la sécurité.

J’en profite d’ailleurs pour souligner l’extrême professionnalisme des membres de la sécurité qui pendant les 3 jours sont toujours restés agréables et ont fait en sorte que personne ne se blesse en slammant. Un grand respect pour eux et principalement ceux des mainstages qui ont souvent été mis à l’épreuve.

Nous enchaînons de suite avec Europe. Les suédois avaient mis le feu lors de leur précédant passage au Hellfest qu’en est il de cette année ? Un peu déçu je l’avoue car Europe possède des titres plus heavy que la set list qui nous est proposée. Joey fait joujou avec son pied de micro pendant tout le set. Alors oui ça joue mais c’est un peu mou, le groupe aurait pu nous pondre tellement mieux que la déception est présente. Le public exultera pour The Final Countdown que Europe aurait pu jouer en boucle sans que la ferveur ne retombe. Mais bon Europe c’est tellement que ça …

 

Après cette petite déception on enchaîne avec deux crochets dans la tronche, crochet du droit par Testament et crochet du gauche par Kreator, une double salve de thrash qui va en laisser plus d’un KO.

Testament, que l’on ne présente plus (allé ok groupe de thrash US pour les incultes), est une des légendes de la Bay Area ayant donné ses lettres de noblesse au thrash. Chuck Billy demande des pogos et sera écouté, ça brasse dans la fosse, ça pogote, ça slamm. Coté scène ça envoie du bois. Into the pit résume bien la situation, il faut être dans le mosh pit pour le vivre pleinement.

On souffle un peu, en faisant le plein de bière ou de red bull,pendant que les Twisted Sister jouent, et paf on retourne dans le ring pour affronter Kreator et se prendre un uppercut dans la gueule. Pour les non initiés s’il y en a, il faut savoir que Kreator est LE leader incontesté de la scène thrash allemande. Le premier méfait « Endless Pain » avait mis tout le monde d’accord en 1985, et oui à cette époque certains festivaliers étaient encore en couche, voir même pas encore au stade embryonnaire. Le back drop est à l’image du groupe, agressif. Mille Petrozza déboule avec un superbe T shirt Milk Kills (ici c’est la bière un point c’est tout). Une putain de leçon de thrash, Pleasure to kill, tu m’étonnes paf dans la tronche, tu es encore debout ? bim une autre dans la face. Encore plus que pour Testament ici ça pogote, ça brasse, ça vole. Verdict ?

KREATOR vainqueur par KO.Une superbe claque comme on aime en prendre.

La fin de la soirée sera Black Metal ou ne sera pas.

On commence avec Carpathian Forest. Petite déception personne dans la fosse aux photographes pour cause de pyrotechnie. Mouais si on veut, quelques flammes sur le premier titre et c’est tout. Du coup pourquoi ne pas avoir fait entrer les photographes sur les titres 2 3 et 4 ? Sinon niveau musique les norvégiens connaissent le protocole. Croix inversée ; clous, maquillage tout est là. Le malin n’est pas bien loin, d’ailleurs il serait pratiquement possible de lui toucher les cornes s’il se montrait tellement Carpathian Forest met en avant son annihilation et sa haine.

La soirée se terminera avec God Seed autre pointure norvégienne du black métal. Il faut dire que King ov Hell et Gaahl ne sont pas des inconnus et que le nom de Gorgoroth n’est jamais bien loin lorsque l’on évoque God Seed . Gaahl est toujours impressionnant avec son regard si particulier qui ferait passer Charles Manson pour un enfant de cœur. Ça commence avec Sign of an open eye, et wouaaaa on assiste bien à une illumination de musique noire. Le rythme, l’attitude tout est en parfaite symbiose pour faire de ce moment un concert parfait. Un rituel auquel on aimerait assister bien plus souvent.

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green