Communication de nos partenaires

Hellfest 2011 – Samedi!

Le 28 juin 2011 posté par Gwenn

Le cœur du festival!



Les tentes ont tenu le coup, c’est déjà ça. En effet, le vent a fait son petit effet durant la journée du Vendredi et dans la nuit. Les yeux à demi fermés (c’est ça qui est rigolo), les têtes sortent des toiles de tente doucement. Plus rien pour se restaurer, la première chose est d’aller envahir les rayons du Leclerc et de profiter de cette ambiance si particulière. C’est toujours mythique de voir une grande surface pleine corbeaux noirs! Des Cds et Dvds Metal ont été mis à l’entrée pour l’occasion, pour certainement la seule fois de l’année! Nous ratons donc beaucoup de groupes ce jour. Plusieurs raison, la logistique des achats du matin, l’attente dans la file des photopits, et les Interviews placés à des horaires cruciales. Cependant la météo, ayant eu encore quelques sanglots, nous a laissé plus ou moins nous ébattre dans cette ambiance Hellfest qu’on aime tant.Et avec un groupe comme Crucified Barbara le démarrage était digne de celui d’une Porsche…

 

MAIN STAGE 1:

 

Crucified Barbara

[celtik] Le coup de cœur de cette journée est donnée par les belles de Crucified Barbara, un bon hard rock entraînant, les nouvelles Girlschool ou alors leurs petites sœurs. Elles ont la même énergie et aussi même façon de s’éclater sur scène. S’amusant avec le public sur une musique aux riffs simples et aux refrains mémorisables en deux secondes qui restent en tête pour un bon moment. Une très bonne prestation pour ce jeune groupe venu de Stockholm et réussissant grâce aussi bien à leur musique qu’à leur tenue à se mettre le public dans la poche, venu jouer dans la bonne humeur et la joie.

 

Hammerfall

[celtik] Un peu de Heavy tout de même. le grand retour du groupe qui grâce à la sortie de son nouvel album « Infected » remonte un peu la pente. La set list mélange les époques et les albums reprenant bien sur les classiques que sont « Heart On Fire » , « Hammerfall » et « Bloodbound » avec les nouveaux titres de « Patient Zero » , « Bang Your Head » et « One More Time » qui sont tous taillés pour le live, ravageant le public. Clôturer ensuite par « Let The Hammerfall » permet d’enfoncer plus loin le clou histoire que tous comprennent bien que le groupe est revenu et est prêt à reprendre le devant de la scène Heavy Metal .

[SON] Pris en cours de route et assez surprise qu’ils aient été programmés aussi tôt dans la journée, le groupe Hammerfall a assuré sa prestation sans grande frasque. Beaucoup d’énergie dans un set plutôt tournés vers les premiers albums, ce qui visiblement a ravi les fans. Ne connaissant pas particulièrement, je ne m’attarderai pas sur le sujet, mais juste dire que c’est un concert agréable à voir et appliqué, et le public n’est pas laissé de côté.

 

UFO

[SON] J’ai bien aimé, mais je ne sais pas quoi dire, je ne connais pas particulièrement. Leur son était bon et j’ai trouvé qu’ils arrangeaient vraiment bien leurs compos. Cela aura t’il suffit pour une rencontre du 3eme type ? Même si les notes jouées furent les bonnes, nous en tout cas on était content de la prestation.

 

 

 

 

Thin Lizzy

[celtik] : Thin Lizzy nous balance lui son Hard Rock très planant, des bons riffs et des guitares aimant pleurer et partant dans de nombreux plans très intéressants, bien qu’il faille je pense pour apprécier pleinement le groupe, être plus posé.

[Fredo] : Après UFO, la Main Stage 1 accueille sa deuxième légende de la journée : Thin Lizzy. Dans le plus grand respect de ses musiciens disparus (le métis irlandais Phil Lynott, emblème du groupe nous a quitté en 1986, et Gary Moore l’année dernière), les rescapés de la formation des années 80 (Scott Gorham à la guitare, Brian Downey aux fûts, et Darren Wharton aux claviers), ont revisité pour notre plus grand bonheur quelques classiques qui vont au-delà de la sphère Hard Rock. La prestation de l’ex Almighty Ricky Warwick a été particulièrement réussie. En fermant les yeux sur certains passages de « Black Rose », on s’y serait presque cru … et le fait d’entendre certains titres avec la puissance et le son de maintenant est un pur délice. Ainsi, le « Are You Ready » introduisant le show, titre déjà énergique qui se transforme en un véritable brûlot, et le riff de « Emerald » devient énorme. 50 minutes, ce fut trop court, mais je pense que la haut, Phil et Gary ont du taper du pied dans leur nuage.

Apocalyptica

[SON] Je n’ai pas du tout, mais alors pas du tout accroché. Artistiquement, j’ai l’impression que le groupe a du mal à se détacher de son image originelle et qu’il patauge dans la boue sans parvenir à en sortir. Ok, les reprises de Metallica, Slayer et autre consort, c’est chouette mais… qu’avez nous à nous offrir de mieux ? Alors je ne sais pas si ce sentiment négatif a joué sur le reste, mais j’ai eu l’impression que leur son était vraiment à 6 000 pied sous terre. Un violon criard plus que mélodique, des réglages sonores assez incohérents… Bref, j’espérai trouver un peu plus d’intérêt à ce groupe qui mérite sa place… je suis assez déçue…à la limite, j’achèterai plutôt l’album !

 

 

 

 

 

 

Black Label Society



Scorpions

[Celtik] la grosse tête d’affiche de la journée. Profitant de sa tournée d’adieux pour passer sur le site de Clisson. Que dire c’est bon, voire de telles légendes ayant encore la patate fait plaisir, puis entendre les fameux hymnes « Rock You Like A Hurricane« , « Holiday, Big City Nights« ,… est toujours un pur bonheur.

 

MAIN STAGE 2:

 

Lyzanxia

[Celtik] Les français de Lyzanxia débutent la journée du Samedi placée sous le signe du thrash metal. Ce groupe officiant plus dans un mélange de styles, disons que c’est une partie instrumentale thrash avec un chant plus death, un réveil en douceur.

 

Whiplash

[Celtik] Le thrash commence véritablement avec le groupe Whiplash qui nous balance du « old school » venu tout droit du New Jersey montrant qu’il n’y a pas que les Allemands qui sont capables de nous balancer des gros riffs.

 

Hemorragy

[SON] Alors que nous attendions The Haunted, nous apprenons que c’est finalement Hemorragy qui jouera sa place. Les parisiens qui devaient jouer à 2h du matin sur la Metal Corner se retrouvent finalement sous le feu des projecteurs, et The Haunted prendront leur place. Visiblement c’est un changement de dernière minute car le groupe est très surpris et se retrouve tout penaud devant un public aussi dense. Mais les jeunots ne se démontent pas et assurent un bon set de heavy thrash en nous faisant même profiter d’une chouette reprise de Motorhead, « Ace of Spades« . Ils se débrouillent pendant trente minutes et ne déméritent vraiment pas, même si il faudra m’expliquer le coup du mannequin. Pas ridicule du tout, on sent que cela a du être un grand moment pour eux.

[celtik] Un autre coup de cœur de cette journée avec le remplacement de The Hunted par les thrashers français qui ont assuré grave sur cette Mainstage 2, pour un groupe qui n’a pas l’habitude d’avoir affaire à autant de public, le contrat est rempli haut la main. Chapeau bas et choppe tendue bien haute.

[Gwenn] Hemorragy étaient sensés en effet assurer la soirée au Metal Corner, mais alors quelle surprise de les voir débarquer aussi sec sur ma Main Stage 2. je retrouve des amis dans le public qui affirmaient à haute voix… « mais c’est génial, pour eux!! » Une guitariste de talent au sourire ravageur et on sent le groupe extrêmement contents de partager ce moment avec nous. Cela donne un groupe d’une générosité, d’une communication sans faille, cela se voit sur les visages et le set est tout simplement à la hauteur de la scène du Hellfest. Merci!

 

Municipal Waste

[Celtik] : Municipal Waste continue lui sur la même lancée, montrant eux qu’il n’est pas nécessaire d’avoir quarante balais pour jouer du thrash comme on le faisait dans les années quatre-vingt. Un groupe ayant devant lui un bel avenir.

[Gwenn] Dans la file d’attente pour les photos, c’est en riant à pleine gorge qu’on a assisté aux tumultes formés par le public en furie. Bouées, guitares en tous genres, étranges personnes déguisées (!), basquets, ballons, slameurs munis de bouées afin de mieux se diriger sur cette mer humaine par force 7, c’était tout simplement génial à voir. Musicalement? Un concentré d’énergie et de technique, des visages plein de vie, des bonds de kangourou… Apparemment attendus pour fournir un thrash propre à eux mêmes, ils n’ont déçu personne.

 

Destruction

[celtik] le groupe vient alors montrer que c’est en Allemagne que sont les meilleurs groupes, et que c’est là bas qu’est joué le meilleur Thrash. Le pire c’est qu’ils n’ont pas vraiment faux.
Un trio envoyant des riffs tranchants comme des lames de rasoirs, avec un chant montant dans les aigus histoire de continuer dans la violence.

 

Sodom

[Celtik] Comme tout à l’heure, un trio vraiment puissant. Le meilleur groupe de thrash pour moi, un chant lourd et hargneux, ce groupe a un côté destructeur impressionnant. Entendre « Agent Orange » fait toujours autant de ravages, et les titres du nouvel album « In War And Pieces« , surtout le morceau éponyme d’ailleurs, ne sont que des coups de poing pris en pleine poire.

 

Kreator

[Celtik] Ce groupe a la réputation d’être le meilleur dans le thrash allemand. Il faut dire que Pleasure To Kill y est peut être pour quelque chose. En tout cas, ça fait mal par là où ça passe. Prends le dans ta gueule et tais toi.

 

Coroner

[Nickox] Une des raisons de ma venue cette année… ah bien sûr pour beaucoup ça ne parle pas, mais le trio suisse composé de Ron Royle (basse et chant), Tommy T Baron (guitare) et Marquis Marky (batterie) est une légende!! La grand confrérie des groupes cultes des années Noise record, dont faisait partie Celtic Frost, Tankard et autres thrash cult allemands!

Les rythmiques alambiquées bourrées de syncopes et de contre temps vous font tourner la tête lorsque vous vous demandez comment headbanger sur cette musique technique, étrange, sombre, envoutante…
Un show sûrement perçu par les néophytes comme très minimaliste, pas de grandes déclarations, pas de speech, juste des pures chansons de thrash technique qui reste avant gardiste même 15 ans après ! Bref on prend une claque dans l’humilité!
Des titres comme « Grin » ou « Serpent moves » sont balancés à la perfection, et se prend à rêver que Coroner nous mijote un nouvel album…

 

ROCK HARD


Skyforger


[SON] Malgré une renommée étonnamment moindre que leur confrère suédois ou finlandais, les lettons de Skyforger sont une référence dans le milieu pagan folk metal. Et ce fut pour moi un des coup de cœur de la journée. Un show mêlant danse folk et parties plus heavy et plus puissante avec un groupe qui prend un immense plaisir à parler avec le public, à raconter des histoires… et visiblement le public était aux anges. Leur long salut à la fin était très significatif. Encore une fois, c’est le genre de groupe qu’il faut absolument voir au moins une fois dans sa vie, d’autant plus si on est attiré par ce style de métal.

[Gwenn] J’ai bien aimé ce groupe. Une prestation qui aura réconcilié pas mal de personnes avec le Pagan Folk. En effet, beaucoup de groupes sont plus affiliés à un phénomène de mode qu’autre chose, et avec Skyforger, on retrouve effectivement toute la mise en scène, des costumes inspirés du style, mais une musique extrêmement travaillée et qui en live… est tout à fait géniale. Les poses endiablées de certains musiciens ajoutent encore au show et en effet avec ce groupe, on part dans un autre monde.

 

1349

[SON] Gwenn, notre spécialiste du black, en parlera mieux que nous, mais elle a encore réussit à attisé notre curiosité, ce qui nous a poussé à aller les voir dans la Rock Hard Tent. Au menu, des cracheurs de feu (deux des musiciens) pour ouvrir le concert dans une ambiance plus que malsaine mais au son pour cette fois mieux réglé. Le grand regret sera que ce groupe passe trop tôt dans la journée. Un concert de nuit aurait été bien plus adapté pour rendre compte de façon plus exacte l’univers de 1349.

[Celtik] : Un petit tour par le Black Metal entre temps pour allez voire les méchants . J’ai attrapé froid dans le dos, j’ai besoin d’une veilleuse pour dormir, je fais des cauchemars… Mais à voir ça vaux le coup d’œil.

[Gwenn] Évidemment Gwenn est aux anges, là. C’est LE groupe que je souhaitais voir ce Samedi, et c’est en courant comme une dératée que j’arrive pour ne pas rater une milli-miette de la prestation des Norvégiens. Un Black Metal structuré et juste, un show qui dépasse ce que j’attendais avec évidemment la mise en valeur de « Demonoir« , le dernier album. « Revelation of the Black Flame » définissait déjà le côté décalé, ambiant de 1349 mais Demonoir revient à des inspirations plus anciennes. j’ai le sentiment que Frost, batteur de Satyricon, est bien plus créatif et ouvert ici, et c’est dans toute sa splendeur qu’il est venu nous cracher flamme et essence sur les objectifs, c’était fabuleux et magnifique. Ravn est sans aucun doute un chanteur hors pair, nul besoin de fioritures, il a juste à être là pour dégager tout le « Dark Side » de sa personne et de ce qu’il compose. A voir, et à revoir. Les amateurs de Black étaient évidemment ravis… et moi aux anges, ou aux petits démons, comme vous voulez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Septic Flesh

[SON] L’autre grand coup de coeur de la journée ! Les grecs ont mis un de ces feu de dieu mes amis ! Quelle prestance ! Quel charisme ! Et quelle voix ! Des centaines de festivalier étaient ralliés à la cause, ce qui n’était pas sans rappeler les évènements grecs qui ont eu lieu il y a quelques mois. Dans le genre, on étais tous Grecs pendant presque une heure. Le dernier album a eu bien sur la part belle, mais les premiers skeuds furent également de la partie, et c’est sur un poignant et magnifique Anubis que le show se termina.

 

Bolt Thrower

[Gwenn] Il ne fallait pas que je rate ça. Découverts chez un ami dernièrement, j’avais été soufflée, mise sur les fesses, par la qualité de leur Death ultra puissant et ultra technique. « Ça envoie du bois », comme on dit. Fondés en 1986, quand même, pas nés de la dernière pluie. Assisté aux trois premiers morceaux à cause des impératifs photos, j’ai pu constater que la qualité Live est quasi similaire à ce qu’ils produisent en studio, et très sérieusement je me suis régalée. Merci FX pour la découverte et pareil ici, j’apprécie les groupes qui pondent des lives énormes comme ça sans pour autant faire la promo d’un nouvel album…

 

 

 

 

 

 

Triptykon

[Gwenn] Très particulier, ce projet. Triptykon et évidemment il fallait le savoir, ça n’est autre que le projet de Thomas Gabriel Fischer… ex chanteur de Celtik Frost. Énormément d’inspirations de ce dernier groupe évidemment, et rien qu’en écoutant l’unique album du groupe (« Eparistera Daimones« ), on retrouve l’esprit Monotheist de l’époque, et c’est bien ce que le Leader avançait il y a peu… « je souhaite que Triptykon soit encore plus sombre, encore plus poussé que « Monotheist« . C’est réussi, Un concert très chouette tout à fait cohérent, TGF et son charisme particulier toujours aussi présent, un plaisir pur pour terminer cette journée sur les chapeaux de roue.
Pour cause d’Interviews, de logistique et de photos, je n’ai cependant pas assisté à beaucoup de concerts ce Samedi, mais c’était un régal, une journée de rêve digne d’un Hellfest.

 

Rendez vous demain pour clôturer le festival avec la journée de Dimanche tout aussi infernale, mais surtout chaleureuse!


 

 

 

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green