Communication de nos partenaires

Pour la première édition d’un festival, ça valait le coup de se lever à 3h30 du matin pour faire le trajet Grenoble – Valenciennes en TGV.
L’association des membres de Rozz, Promorock en Nord, nous proposera huit groupes oscillant entre le bon (hard) rock et le heavy metal, rivalisant tous de talent et de pêche, non sans s’être financièrement mis en danger.
De 14h à 2h du matin, les huit groupes se succèderont, sans grand temps mort hormis celui pour quelques balances, tous avec un son qui se révèlera excellent de bout en bout.

Les groupes jouant l’après-midi, Aesthesia, M.Z., The Lightseekers et Shannon, se verront offrir un set de quarante-cinq minutes chacun.
Aesthesia, groupe fortement influencé par Guns ‘n’ Roses tant par la musique que par l’attitude, ouvrait le bal de fort belle manière. On regrettera quelques attitudes franchement Axliennes, ôtant quelque peu la personnalité propre du chanteur, mais son charisme et ses qualités vocales restent indéniables : une vraie bonne surprise somme toute, énergique à souhait et très convaincant.
Photos Aesthesia

M.Z. n’a fait que confirmer tout le bien que je pensais du groupe (que l’on peut lire sur la chronique du live ici) : prestation aussi solide que carrée avec deux véritables monstres techniques que sont le bassiste et le guitariste, prestation vocale de haute volée, avec une reprise de Yngwie Malmsteen (« Rising force ») en fin de set, prouvant qu’on peut avoir autant de talent que son influence principale, sans en avoir le melon démesuré. La disponibilité et la gentillesse ensuite des membres du groupe se voulant également être une preuve que ce groupe a tout d’un grand.
Photos MZ

The Lightseekers, évolue dans un registre heavy mélodique à la sauce Foreigner tant le timbre du chanteur fait penser à celui de Lou Gramm. La prestation du groupe a de quoi ravir tous les amateurs de mélodique.
Photos The Lightseekers

Shannon, quant à eux, évoluent dans un registre hard FM de grande qualité, bien influencé par Gotthard desquels ils se seront fendu d’une reprise de haute volée (« Master of illusion »)…Composé nouvellement de deux ex-Square (batteur et bassiste) pour qui ce festival était l’occasion de monter pour la première fois sur scène avec Shannon, le groupe a proposé un set propre et carré, dévoilant déjà une grande osmose entre tous les membres du groupe. A revoir.
Photos Shannon

Une heure de pause bien méritée pendant laquelle chacun sera parti vaquer à d’autres occupations et le festival reprenait. Après les mises en bouche de qualité proposées en première partie, le festival allait repartir de plus belle avec du lourd.

Molotow, groupe quasiment inconnu par chez nous, mettait d’entrée le feu avec son sleaze glam entraînant. Une heure durant, le public a eu droit à un set péchu, avec son lot de soli et de refrains rapidement mémorisables. Dire qu’ils ont mis une grosse baffe à tout le monde relève de l’euphémisme : le public ne s’y est pas trompé, prenant d’assaut leur stand de merchandising peu de temps après. Inutile de préciser qu’il fallait être rapide pour espérer acheter un de leur CD tellement ils se sont vendus comme des petits pains.
Photos Molotow

Difficile de passer après une telle déflagration, Rozz se devait de relever le challenge, ce qu’ils firent avec brio. Les soixante minutes qui leur étaient attribuées sont passées à vitesse grand V, rappelant à quel point l’entente entre les deux guitaristes se veut aussi efficace que complémentaire, que JP Mauro tient son public en haleine à grand renfort de charisme, et que les progrès de la rythmique basse/batterie ont été flagrants entre la date d’Attignat et le Nord Metal Fest. Leur date de Lyon le 29 mai avec MZ fera partie de celles que je compte aller voir, le rendez-vous est pris.
Photos Rozz

Quand des légendes de la NWOBHM telles que peuvent l’être les Praying Mantis prennent place sur la scène, on sent autant d’excitation que de curiosité principalement par les anciennes générations, celles qui ont pris les arrivées d’Iron Maiden, de Diamond Head, de Def Leppard ou de Saxon en pleine face. Plus de trente ans de carrière faisant toujours la différence, c’est un set monstrueux de qualité et de bonne humeur que nous ont offert ce groupe visiblement heureux de participer à cet évènement, faisant profiter le public de leur professionnalisme et de leur joie communicative. Une heure et quart durant, ils ont revisité toutes les périodes de leur répertoire, au grand bonheur de tous. Le rappel avec « Captured city » sera le point d’orgue d’un set fantastique.
Photos Praying Mantis

Voir les petits jeunots de Babylon Bombs en tête d’affiche pouvait, à prime abord, faire office d’erreur de casting tant les Praying Mantis ont été à la fois attendus et bien accueillis : c’était sans compter sans le talent de ce groupe, premier du genre sleaze glam avec douche intégrée au vu du nombre de fois qu’ils ont recraché en l’air le contenu des bouteilles d’eau qu’ils avaient sur scène. Musicalement, ça a tabassé sévère sur fond de sleaze glam suffisamment bien foutu pour que le public reprennent bien souvent en chœur leurs refrains.
Un pur moment de rock ‘n’ roll… malgré la fatigue qui commençait sérieusement à poindre pour votre serviteur.
Photos Babylon Bombs

On l’aura compris, le Nord Metal Festival premier du nom aura été un gros risque financier pour Rozz et compagnie avec à peine 150 entrées payantes, qu’ils auront maintenu malgré le trop peu de pré-ventes par respect pour tous leurs fans, tout ça malgré une promo alléchante… mais donnent d’ores et déjà rendez-vous à l’année prochaine.
Pour cette année, les seuls qui ont eu tout faux sont ceux qui ne sont pas venus.
Cela dit, un gros coup de gueule aux innombrables promesses de gens ou de membres de groupes ayant promis de venir et s’étant désistés pour des raisons qui n’appartiennent qu’à eux.
Quoiqu’il en soit, les éternels « je-ne-viens-pas-mais-je-compte-malgré-tout-sur-ton-soutien-quand-je-me-produirai » ont loupé un festival bourré de qualités et de bonne humeur, avec la grande complicité des musiciens de Rozz, Marcel Ximenes et Jean-Pierre Mauro en tête, qui se sont littéralement cassés le cul pour que tout se passe au mieux.

Grand bravo à eux et à l’année prochaine.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green