Communication de nos partenaires

Ce mardi soir sur Lyon et sa proche banlieue, MyReferencEvents ne vont pas chômer, car pour l’équipe de cette organisation locale (mais qui exporte aussi son activité sur Montpellier et Toulouse depuis peu) ce ne sont moins de deux concerts à gérer qui se profilent. Alors que le hardcore de Madball et Sick Of It All va embraser le Transbordeur de Villeurbanne, c’est du côté du Ninkasi Kao que nos pas vont nous guider, pour une soirée pagan/folk avec deux de ses plus dignes représentants actuels, à savoir les Finlandais de Korpiklaani et les Suisses d’Eluveitie. Une bonne occasion d’aller se prendre une bonne razzia de décibels et de binouzes, histoire d’être dans le ton de la soirée.

Premier acte avec une jeune formation nommée Godnr.universe!, inconnue au bataillon (avec un patronyme pareil, je m’en rappellerais), mais dont les échos récoltés ci et là la décrivent comme un duo féminin électro-acoustique. Bon, et le rapport avec la soirée me direz-vous ? Élémentaire mes p’tits pères, puisque la première musicienne à monter sur scène n’est autre que Meri Tadic, la violoniste … d’Eluveitie, vite rejoint par la vielliste dudit groupe. Là, on comprend mieux même si le style, orienté trip-prog-folk électro-acoustique n’a en effet pas grand-chose à voir avec les deux formations de tête d’affiche. D’ailleurs, le public cueilli à froid aura bien du mal à rentrer dedans, mais va peu à peu donner de la voix pour finalement aller jusqu’à surprendre le groupe qui, visiblement, ne s’attendait pas à un tel accueil. Et vu que je suis là, je vais quand même en profiter pour donner mon avis, hein. J’ai bien aimé. Même si elle réclame une écoute approfondie, la musique se révèle être assez originale et le quatuor (Merlin (batterie) et Ivo (basse/guitare) d’Eluveitie secondant les deux miss sur cette tournée) se démerde bien. Voici en tout cas la confirmation que la petite Anna Murphy est décidément une excellente chanteuse, même si elle peinera un peu en fin de set sur les vocaux plus appuyés. Le set sera court (4-5 morceaux) mais idéal pour faire découvrir leur musique au public. A tout de suite, donc.

Set list godnr.universe!:

Moondrunk
Journey Home
The Ailing Moon
The Crosses
The Dandy
Intoxicate Me Again

Quoi que non, à tout à l’heure, puisque c’est le backdrop de Korpiklaani qui est hissé en fond de scène. Etrange, car il semblait plus logique que les Finlandais clôturent la soirée, ne serait-ce qu’en terme d’ambiance (même si Eluveitie est devenu une machine à vendre), surtout que de mémoire, c’était bien eux qui étaient initialement prévus en haut de l’affiche. Enfin bref. Passons. Au son d’un ‘Vodka’ logique en guise d’ouverture, le public se déchaîne d’un bloc et rapidement, une bonne humeur communicative va s’emparer du Ninkasi surchauffé. Comme un seul homme, une partie du public va se mettre à sautiller gaiement, tandis que l’autre optera pour le headbanging et les slams. Mais rapidement quelque chose semble ne pas tourner rond du côté du groupe qui, malgré la bonne réaction du public, ne se montre pas très volontaire dans son jeu de scène, surtout Juho Kauppinen (accordéon) et Jaakko Lemmetty (violon) qui tirent carrément une tronche de 6 pieds de long. A peine Jonne Järvelä (chant/guitare) et Kalle Savijärvi (guitare) parviennent à faire illusion, même si leurs interventions ne sont pas des plus spontanées. En tout cas, ce qui devait arriver arriva, l’ambiance dans la fosse va progressivement décroître pour ne pas durer plus de quatre morceaux. Pour ne rien arranger (à l’ambiance, car découvrir cette facette musicale de leur répertoire n’est pas non plus déplaisant), les Finlandais vont placer en milieu de set quelques titres bien heavy, lourds et plombé. Pour ne citer personne, il faudra attendre la fin du set pour les voir « se retirer enfin les doigts du cul » et faire revenir un semblant d’esprit bon enfant au rythme de quelques instrumentaux sympathiques et d’un ‘Beer beer’ repris en cœur. Bref, après une déception au Hellfest il y a quelques années et une très agréable surprise au Summer Breeze cet été, j’étais relativement impatient de voir ce qu’allait donner un show de Korpi dans une salle acquise à sa cause, et bien on dirait que la qualité de celui-ci est proportionnelle à l’humeur des musiciens, mais que ces derniers ont bien du mal à être constant dans leur attitude. Un jour sans, va-t-on dire.

Setlist Korpiklaani probable :
01. Vodka
02. Journey man
03. Korpiklaani
04. Cottages and saunas
05. Erämaan ärjyt
06. Kipumylly
07. Huppiaan aarre
08. Pellonpekko
09. Viima
10. Juodaan viinaa (Hector cover)
11. Metsämies
12. Palovana
13. Paljon on koskessa kiviä
14. Tuli kokko
15. Pine woods
16. Crows bring the spring
17. Wooden pints
Rappel :
18. Happy little boozer
19. Beer beer
20. Let’s drink
21. Ii lea voimbi /Shaman

Après les scaldes des forêts finlandaises, c‘est au tour des guerriers (et guerrières) des sommets enneigés helvètes de prendre possession de la scène du Ninkasi. Peu de temps après leur passage au dernier Pagan Fest (Mars 2010) ou l’un des gratteux manquait à l’appel, Eluveitie est cette fois-ci au complet pour assurer un show qui va tenir toutes ses promesses. Après l’intro de rigueur, les 8 musiciens débarquent aux tonalités d’un efficace ‘Nil’. Avec tout ce monde sur les planches, la scène du Ninkasi parait bien étroite mais moins qu’en 2004, où la salle avait accueilli les 10 musiciens de Therion. Là, les zicos ont encore la place nécessaire pour bouger et encourager le public. Et à deux guitares, force est de constater que le rendu live s’en trouve logiquement plus intense, notamment pour les nouveaux titres de « Everything Remains as It Never Was », très orientés ‘In Flames’ avec un joli travail sur les chœurs. Premier gros moment à l’annonce « d’une chanson pour vous, mes frères gaulois » (en français dans le texte) laissant présager l’arrivée imminente d’un ‘Your gaulish war‘ étrangement absente lors du précédent passage des suisses. L’affront est réparé et la suite sera du même acabit : ‘Thousandfold’, ‘Quoth the raven’, etc. Le son, ce soir, est très clément, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas dans cette salle, si bien que tous les instruments acoustiques du combo seront bien mis en valeur (violon, flûtes, mandolines et autre vielles à roue). En alternant les titres de leurs trois albums, Eluveitie arrivent à varier les ambiances et à garder le public en chaleur. Même le décrié « The Arcane Dominion » sera représenté avec la dorénavant obligatoire incartade acoustique de ‘Omnos’. ‘Inis Mona’, ‘AnDro’, ‘Tegernakô‘ (en rappel) : Eluveitie connaît ses classiques et l’assistance aussi, répondant aux moindres sollicitations (et elles sont nombreuses, entre les ‘circle pit’ et les ‘wall of death’) du charismatique chef de clan qu’est Christian Glanzmann (chant/guitares/flûtes). Le set va finalement passer assez vite et malgré quelques éclairages trop roses, il n’y a rien à redire à la prestation des suisses. Bon travail, les gars !

Setlist Eluveitie probable :

01. Intro (Otherworld)
02. Nil
03. Gray sublime archon
04. Bloodstained ground
05. Your gaulish war
06. Thousandfold
07. Inis mona
08. Slania’s song
09. Omnos
10. Isara
11. Quoth the raven
12. Kingdom come
13. Dominion
14. Andro
15. Tegernako

En tout cas, avec cette soirée complète, force est de constater que le folk-metal fait encore recette dans l’ex-capitale des gaules. MyReferencEvents nous ont encore offert une bien bonne soirée, dommage que cette prestation en demi-teinte de Korpiklaani ait un peu refroidi l’ambiance générale. On les avait prévenu de ne pas goûter à la bière du Ninkasi !

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green