Communication de nos partenaires

Live Report photographies de juliA photosynthese.

En ce samedi soir de novembre froid et pluvieux, le Divan du monde ouvre ses portes pour une soirée à l’apparence de château hanté, avec sur les planches et en deux actes les Américains de The Gates Of Slumber et les emblématiques anglais de Cathedral.
Au rendez-vous, un public nombreux et contrasté. Attirés par la curiosité, les plus jeunes viennent admirer les pères de la nouvelle vague postcore/ stoner. Sont là également, les amoureux de la dark ambiance, les nostalgiques de la scène métal du début 90 mais aussi les thrashers amateurs de bon gros son old school.

Acte 1
Voici l’entrée en scène de The Gates Of Slumber, groupe fondé en 1998 composé de Karl Simon au chant et à la guitare, Jason Mc cash à la basse et J « cool » Clyde Paradis à la batterie. On compte à leur actif 17 Ep / démos et albums dont le dernier « Hymns of blood and thunder » est sorti en 2009. Le trio, à l’allure de bikers, saura nous surprendre par un beau son doom, une rythmique lourde, lente et une basse groovy.

Le set débute par « Chaos Calling », titre du dernier album qui annonce l’univers du groupe : un doom rock/heavy, auquel j’ajouterai même une influence blues. Un son subtil mixant les classiques du genre (de Black Sabbath, Saint Vitus et bien sûr Cathedral) et un son plus récent stoner et postcore avec une voix claire, rêche, rock et des musiciens efficaces.
Néanmoins le jeu de scène est relativement fatigué même si de temps à autre le bassiste nous offre de jolis headbangs ! Le public est attentif mais est à l’image du groupe : calme (surtout quand on sait de quoi ils seront capables pendant le set Cathedral) !

Vous pourrez retrouver The Gates Of Slumber au Hellfest 2011.

Entracte, on notera pendant celle-ci que les musiciens de Cathedral désirent des serviettes noires !

Acte 2, envoyez les chauves souris. Les Anglais entrent en scène.
Cathedral est fondé en 1990 par Lee Dorian (fraîchement parti de Napalm Death, ne se reconnaissant plus dans le virage death du groupe), de Garry Jenning du groupe Acid Reign et de Mark Griffiths roadie du groupe Carcass. Leur goût commun pour le doom et des classiques comme Candelmass, Dream Death, Pentagram etc. fera leur entente. Le groupe est considéré comme à l’origine du stoner en raison du chant plaintif et d’une rythmique lourde et lente. Aujourd’hui Lee Dorian est toujours au chant et Garry Jenning à la guitare. Désormais Leo Smee assure la basse et Brian Dixon la batterie.

Ce soir les Anglais ne vont pas nous décevoir et sauront satisfaire toutes les oreilles. Cathedral ouvre ses portes et le public sera de la cérémonie. L’entrée en scène se fait par « A Funeral Dream » et dès les premières notes l’atmosphère se réchauffe par du pogo, des refrains repris en chœur. Nous assisterons par la suite à de nombreux slams et intrusions sur scène!
Devant cette ambiance de concert de thrash, les musiciens restent imperturbables (si ce n’est au début d’un titre où Lee calme les ardeurs d’un fan qui lui casse le suspens de son entrée en piste !) . La set list est pertinente et adéquate pour un show doom rock’n'roll à la sauce Vincent Price. Il est appréciable de constater la complicité entre les musiciens, ils ont plaisir à jouer et cela se voit. Lee Dorian maître de cérémonie s’efface de temps à autre (assis dos au public) pour laisser les cordes s’exprimer. Un très bon son dans la salle du Divan du monde, la musique prend corps et nous habite. Lee s’improvisera également chef d’orchestre psychédélique en désignant tour à tour les solos de Garry Jennings et de Leo Smee.

Nous sommes également séduits par son jeu de scène, entre la qualité de son chant sombre et plaintif et ses allures de zombie possédé. On apprécie également les « classiques » étranglements à coup de fil de micro, micro dans la bouche et autres danses chamaniques! (qui n’est pas sans rappeler un de mes derniers concerts de Taake ! Le sang en moins !)
A noter aussi la présence d’un clavier qui ne jouera pas beaucoup mais qui saura placer ses effets pour une touche 70’s subtile.
En bref un concert efficace, dynamique, et insolent !

Si vous avez loupé ça …. C’était le dernier concert de la tournée …Mais vous pouvez vous rattraper avec un rendez-vous spécial à Londres le 3 décembre où Cathedral jouera l’intégralité du 1er album : Forest Of Equilibrium.

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Cathedral – The Gates Of Slumber [20.11.2010]”

  1. 1

    Très beau travail, Julia! :) Un plaisir à lire et à regarder

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green