Communication de nos partenaires

Arvorig Du Fest: Paimpont [20.11.2010]

Le 24 novembre 2010 posté par Gwenn

Soilreporter et photographe: Gwenn

20 Novembre 2010…

L’Arvorig Du a choisi pour Terre Natale la forêt de Brocéliande. Par passion pour le Black Metal et sa culture, la Soilreporter Gwenn est allée accompagner l’équipe dans la réalisation d’un rêve, organiser un festival entièrement dédié au Metal extrême. Très grossièrement, elle dira qu’il est réellement dommage que l’Art de la musique ne puisse trouver sa route qu’uniquement dans le commerce. Tout y était ce Week End. Qualité des groupes présents, un son excellent, des gens passionnés qui se connaissent pour la plupart, et cette ambiance Old School qui manque trop souvent dans les gros événements. Mais cela se paye… trop cher.

Organisatrice Deborah après sa nuit quasi blanche

Arrivée sur Rennes ce Jeudi soir, les préparatifs commencent le lendemain dans la soirée. L’équipe de l’Arvorig Du trépigne dans les incertitudes de derniers moments, toujours ces petits détails qui ne marchent pas toujours comme on veut. Après des soucis d’horaires, des problèmes de praticables et d’autres tout aussi concrets, la « pure true fucking Black Metal tartiflette » à faire dans la nuit pour Samedi. Je m’active entre deux discussions sur l’avenir de Satyricon ou sur l’esprit dégagé par certaines photos de Black Metal, pour trouver des plats, à honorer mon rôle de découpeuse d’oignons sans chialeries *rires*. Nuit blanche ensuite et surtout pas le moment de dormir pour presque toute l’équipe, chacun assume son rôle avec plaisir et galères (comment ça, ça va ensemble ?).

Lendemain Samedi, le jour où la magie de la forêt se teintera de rouge. Au taquet, les personnes présentes grouillent comme des abeilles dans une ruche noire. Les groupes arrivent doucement et l’ambiance s’annonce saine et pleine de motivation. La plupart d’entre eux ne sont pas nés de la dernière pluie et assurent les balances avec efficacité. Les dernières heures avant le début des concerts sont interminables, élastiques. Il s’avère que la salle n’est pas pourvue d’une puissance électrique suffisante pour faire éclater le Black Metal dans sa lumière. La nouvelle tombe comme un couperet aiguisé, seuls deux spots rouges et fixes seront placés au dessus de la scène. Annonce prise avec grande sagesse par les musiciens (cela va sans dire, merci à eux). En revanche ces conditions me tracassent, l’Arvorig Du sera réellement sanguinolent. En même temps pourquoi chercher la facilité, en photo ? N’est ce pas plus important d’avoir, en réalité, cette ambiance étrange, fixe, rougeoyante… au final ça n’a pas été gênant, plutôt intéressant.

Petite anecdote entre deux et lors de l’interview réalisée grâce au temps consacré par Berzerk pour une interview, nous avons tous deux été enfermés dans leur camionnette par l’un des musiciens présents… c’est malin *rires*. Attention l’esprit du Diable était bien là !

Les lumières s’éteignent enfin, et je me place devant Morzhol. Les musiciens, encadrés par un son d’une qualité qui ravit mes oreilles (Merci Alexis), annoncent la couleur de leur musique avec des yeux mauvais. Avec une énergie sans nom, le set démarre brusquement, et d’un bout à l’autre, sans un moment de répit, je me trouve littéralement prise dans la sphère d’un Black Metal puissant et surtout, pur. Le jeu de scène est franc, carré et le tout fait preuve d’une belle maturité. Le bassiste, extrêmement charismatique, est quasiment celui autour duquel se construit la qualité du set. Le lent, puissant passage qui marque le centre du show sera celui où du sang est versé sur chacun d’entre eux. Moment musical et visuel qui confirme le caractère excellent de Morzhol. J’ai littéralement adoré, des coups de sang au cœur du genre, je n’en ai pas tous les jours. Mais comment se fait il qu’il n’en existe qu’une démo K7… qu’en plus je ne pourrai trouver… Vivement une sortie d’album !

Petite pause le temps de faire le changement de décor. Je virevolte parmi les gens que je reconnais aisément pour la plupart. Toujours sympa d’échanger une passion avec des gens vraiment supers, autour d’un godet. A l’intérieur Odium trépigne d’impatience avant de nous balancer un set puissant et radical. Le chanteur est si énergique que j’ai réussi à le faire brûler dans mon appareil photo. Il fallait le faire ! Toujours ce son de qualité et les morceaux « d’Universal Genocide » respectent parfaitement la structure complexe du Black Metal extrême. Odium est incontestablement un groupe à soutenir et à faire monter sur la scène Black et encore une fois, j’ai été surprise de constater, bien qu’ils soient très différent de Morzhol, une ouverture de festival d’une extrême qualité.

Odium, la torche!

L’ambiance dans la salle, bien que les entrées tardent à augmenter, reste très bonne. Chacun est ravi de profiter d’un moment intime avec le Black Metal et sa culture, ses adeptes. Ça m’est confirmé à chaque instant. De plus, tout est prévu en salle. Restaurations autour de bières, de galettes saucisses, de cette délicieuse tartiflette peu commune en festival, qui remettra plus d’un metalleux d’aplomb… directement. On pense sans peine à une prochaine édition, il est évident qu’un festival tourné uniquement sur l’extrême dans un cadre pareil, il faut soutenir. Tout le monde est prêt à mettre la main à la pâte.

Pour en revenir à la musique, ce sont les remplaçants d’Orthanc qui assureront le prochain set. En effet, ils ont assuré avec grand plaisir cette opportunité de pouvoir faire une réapparition sur scène. Depuis le Menhir Chevelu de l’année dernière, le groupe dit ne plus avoir joué devant un public. Force est de constater que c’est atrocement dommage, Abnorm a même évolué plus Death, et les lights rouges et fixes assurent un environnement posé, mature qui renforce la qualité de leur prestation. Chacun a gagné en expérience, les morceaux sont plus clairs, encore plus précis. Vivement qu’Abnorm nous reviennent vite. Leur retour a été clair je cite Kevin, « ça fait du bien ».

Alors que la nuit avance, Christicide, loin d’être un groupe de première timidité, fait son avancée sur la scène de l’Arvorig. Première impression, la bande à Scars n’a rien à prouver. Leur son est bon, et on a ici un nouveau volet de la culture Black. Des riffs plus arrêtés, plus lourds, plus martelant que les précédents. C’est avec plaisir et intérêt que je reçois l’agressivité malsaine des morceaux dans la tête, et j’apprécie la précision du jeu, encore une fois.

Je pars prendre en suite quelques photos du public, me rendant compte par la même que c’est chose quasiment impossible, les fumigènes envahissant toute la salle. En même temps les meilleurs souvenirs résident dans la tête. L’ambiance rendue par cette atmosphère un peu étouffante est encore meilleure, dans le contexte.

Le noir sera notre prochaine couverture lumineuse. Seules de petites bougies ornent les praticables et la Cérémonie de Malhkebre entame ses premières respirations. Étrange, unique et particulier, je dirais à ceux qui connaissent les shows de Watain que sans en aborder l’écriture d’une comparaison, les deux prestations pourraient toutefois se trouver des points communs. Cela surtout dans l’attitude du porteur du Message, Berzerk. Celui-ci, les yeux tantôt révulsés, tantôt persuasifs, nous entraîne dans un Black Metal à la fois rapide, mais contrasté dans des moments de recueillement osés, sombres, lourds, magnifiques. Sektarism, l’autre opus de Berzerk, approfondira ce thème plus intensément.

Je ne pouvais évidemment pas rater ça.

Difficile de reprendre le chemin pour la Terre, et finalement les pauses entre le passage des groupes sont vraiment utiles. A noter que pour une première édition, rien n’est avancé, déplacé, reculé, tout se passe avec la plus grande décontraction dans le timing. Grande qualité quand on constate que certaines grosses organisations prennent parfois énormément de retard.

Miss Retours plateau/tech, Tiphaine!

Temple of Baal, les parisiens entament quelque chose qui rappelle la puissance. Le son est encore meilleur et je sens une grande expérience de la scène, ainsi qu’une très belle cohésion entre chacun des musiciens. A savoir que Temple a, au-delà de son expérience des références énormes en termes de Black Metal et à la limite, j’aurais presque voulu qu’ils reviennent totalement à cette période tellement la maturité sonore y est… Énorme, vivement la suite en Avril au Menhir Chevelu.

Et enfin, après être passée dans les loges assister au « Paintcorpsing » d’Enthroned dans une ambiance bien Metal *rires satanique*, les tant attendus montent sur scène. Là je prends une claque illico je n’en dirai à la limite… pas plus. Ces gars jouent aussi bien devant 3000 personnes que 100 !!! Quand certains gros groupes font la gueule devant 20000, les musiciens d’Enthroned prennent leur pied à faire crier leurs instruments dans un set absolument parfait. Et moi qui ne les avais vu que rarement, ça a été un cadeau de pouvoir toucher leur Black Metal d’aussi près. Pentagrammaton !!!

(Merci à la personne qui a pris une photo au flash, pour cette dernière *rires*)

Après coup, une after est organisée pour les membres de l’équipe ainsi que les groupes et là c’est énorme, ça permet de se marrer, d’échanger jusqu’à en avoir plus de salive, et de se restaurer. Chacun trouvera une solution pour dormir ensuite bien sagement *rires*.
Un clin d’œil à Vincent qui nous a offert quelques godets de son excellente bière, la « couille de loup » au nom du Metal, merci Vincent *rires*.

Je suis rincée, je m’écroule avec plaisir, les souvenirs de ce Week-end resteront impérissables, ça faisait bien longtemps que je n’avais pas touché le réel esprit du Black Metal dans toute son ampleur… et finalement sa simplicité.

Merci à Deborah et Christian d’avoir eu les couilles de monter un tel fest dans le cadre d’une vie de famille pas toujours simple.
On espère sans peine une nouvelle édition.

A savoir aussi, quelques interviews seront bientôt disponible ici, ainsi qu’une galerie photos plus conséquente. A venir très bientôt.

Retour en début de page

2 commentaires sur “Arvorig Du Fest: Paimpont [20.11.2010]”

  1. 1
    commentaires actuellement

    Bon, à savoir que les photos de concerts, même rouges, sont beaucoup plus nettes en haute résolution. Gwenn

  2. Avatarsaintmichel696
    Posté: 5th Sep 2012 vers 16 h 27 min
    2

    si tu cherches la demo de morzhol, elle est disponible chez forgotten wisdom pour 4 euros, et ça vaut vraiment le coup!

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green